Starligue – J12

La grève ? Pas un souci !


On aurait pu penser que la douzième journée de championnat serait perturbée par les grèves liées à la réforme des retraites. Il n’en sera rien.

Quand son équipe était venue s’imposer du côté de Créteil il y a deux semaines, Philippe Gardent, l’entraineur de Toulouse, énumérait les défis auxquels son équipe allait devoir faire face lors du mois de décembre. “Des gens pensent avoir trouvé le bon séquençage géographique en coupe de France pour éviter les gros déplacements. Je les invite à aller regarder le GPS et la distance entre Cherbourg et Toulouse” pestait-il, à l’idée du déplacement en coupe de France dimanche dernier. Avant d’ajouter : “La coupe de la ligue, les matchs face à Montpellier et Chartres, il va falloir bien gérer les organismes.” Gardent a donc fait des choix forts, dont celui d’envoyer la réserve s’incliner dans la Manche, assumant parfaitement d’avoir épargné un aller-retour de plus de 24 heures à son équipe. Ce à quoi l’entraineur toulousain ne pensait pas encore, ce sont les mouvements sociaux, qui paralysent jusqu’à ce jour le système ferroviaire. Et ça, Montpellier l’a subi de plein fouet la semaine passée, montant en bus à Paris pour son quart de finale de la coupe de la ligue. “Nous avons accédé à la demande de beIN qui nous a demandé de jouer le jeudi. Nous avons fait dix heures de bus mercredi pour aller jouer, même je ne cache pas derrière ça pour expliquer la défaite. A partir du moment où la fédération a refusé de nous laisser jouer samedi en coupe de France, arguant qu’il fallait laisser trois jours entre les deux rencontres, j’ai décidé de rapatrier une partie de l’effectif professionnel sur Montpellier” explique Patrice Canayer. Dont les joueurs sont remontés dans le bus pour rallier la ville rose avant le match au sommet de demain, entre deux équipes qui pointent à la deuxième place. Tout comme ceux de Paris et de Chartres, à l’heure de se déplacer à Tremblay et Ivry.

Les équipes qui font ou feront face à des déplacements plus importants ne sont pas non plus impactées. La chance au hasard, plus qu’à un changement de plan dernière minute. “Il y a un moment qu’on a prévu de monter en avion à Dunkerque, c’est encore ce qui nous met le moins de contraintes. Il faut juste espérer que l’avion décolle” nous disait l’entraineur de Chambéry Erick Mathé, quelques minutes avant de monter dans le bus pour Lyon. Même son de cloche à Créteil, qui ralliera Saint-Raphaël par les airs demain matin. “On vient d’envoyer la liste des passagers, donc normalement, pas de problème. Par contre, si Air France nous plante à la dernière minute, on n’a pas de plan B” sourit Pierre Montorier. En fin de compte, du côté d’Aix, qui se déplacera à Nantes jeudi, c’est plus le déplacement de coupe de France à Besançon vendredi soir qui a pu poser de légers problèmes. “On a préféré le faire en bus pour s’éviter toute galère. C’est un poil plus cher, mais on a préféré ne pas être à la merci d’un train annulé” ajoute Stéphane Cambriels, le manager du PAUC. Un changement de plan qui a légèrement modifié le plan hebdomadaire de son entraineur, notamment sur le plan de la récupération. “On est revenu à 5 heures du matin, donc on a laissé les joueurs au repos samedi et dimanche. Mais avec le match suivant jeudi, et sachant qu’on part le mercredi soir, on pouvait se le permettre” détaille Jérôme Fernandez. Dont les joueurs seront bien à Beaulieu pour l’affiche jeudi soir. Comme quoi, si la grève a impacté le handball français, c’était plutôt le weekend dernier, pas ce mercredi.

Le programme de la douzième journée :

Mercredi 11 décembre

Dunkerque – Chambéry à 20h30 (en direct sur beIN Sports 5)
Ivry -Chartres à 20h30 (en direct sur beIN Sports 6)
Nîmes – Istres à 20h30 (en direct sur beIN Sports 7)
Saint-Raphaël – Créteil à 20h30 (en direct sur beIN Sports 8)
Tremblay – Paris à 20h30 (en direct sur beIN Sports 4)
Toulouse – Montpellier à 20h45 (en direct sur beIN Sports 1)

Jeudi 12 decembre

Nantes – Aix à 20h45 (en direct sur beIN Sports 1)

Kevin Domas (avec G.B.)

2 CommentairesPoster un commentaire

  1. sim - le 10 décembre 2019 à 18h09

    Heureusement quand même que les vols intérieurs ne sont pas interdits.. quoique si la grève touche aussi ces vols là…

  2. sim - le 10 décembre 2019 à 18h12

    Pour compléter sur le voyage de la réserve de Toulouse :
    Philippe Dallard, président du Fénix :
    “Philippe, 1er accroc, cette élimination de la coupe de France…
    Oui mais j’assume complètement cette décision d’envoyer l’équipe réserve car les instances nous ont refusé de jouer le match plus tôt, le vendredi et pour rentrer sur Toulouse, le dimanche soir, il n’y avait pas d’avion. Il était hors de question d’infliger 24h de bus à des pros qui ont une échéance importante en championnat, trois jours plus tard. On aurait aimé passer ce tour, les jeunes se sont bien battu mais voilà…” hz

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).