Starligue – J14

Une copie imparfaite

Nantes s’impose sur Chambéry grâce à une seconde période maîtrisée (24-26). Chambéry peut s’en vouloir de ne pas être revenu des vestiaires efficacement, rendant l’issue assez certaines pour Nantes. Nantes deuxième a désormais trois points d’avance sur Chambéry, quatrième.

Dans cette rencontre, les deux équipes ne sont pas sorties réellement satisfaites de leur opération. Côté Chambéry, on regrettait les manques de lucidités et les nombreuses balles données pour les contres de Gurbindo. “On leur donne des ballons faciles qui font contre-attaque derrière, contre une équipe contre Nantes tu paies cash. En début de deuxième on en perd trop, on ne défend pas…” Concède Queido Traoré. Pas mieux du côté de Hugo Brouzet, qui a lui aussi bien noté le départ en seconde mi-temps catastrophique (2-8 en 15 minutes). Un nouveau retour de vestiaire compliqué, comme contre Saint-Raphaël une semaine plus tôt : “On a été un peu en dedans, on a toujours nos démons qui reviennent.” Le pivot savoyards se veut toutefois rassurant : “On travaille tellement qu’on va réussir à l’effacer et régler ça.

Un match à enseignements

De l’autre côté, Nantes savoure la victoire. Un match qu’ils “semblaient avoir bien plus ciblés et préparé que nous” de l’avis de l’entraîneur de Chambéry, Erick Mathé. La joie certes, mais la différence de buts particulière reste à Chambéry, alors que Nantes avait fait en sorte de rapporter ce “point” supplémentaire (22-16, 45e). La faute à un final haché, ou l’excès d’engagement a mené à de nombreuses exclusions, dont celle définitive de Nicolas Tournat à la 56e. “On savait que ce serait tendu, commente Arnaud Siffert, on avait à cœur de gagner ici face à un concurrent direct. Mais il y a tellement de choses à revoir aujourd’hui… J’ai parlé avec les arbitres et elles ont sûrement voulu assurer le match proprement. C’est aussi dommage qu’on se soit arrêté de jouer en attaque. À nous de mettre le maximum de points entre eux et nous.

Tout n’est pas à jeter, et le gardien louera sa défense auteur d’une grande prestation. Seul Alejandro Costoya va trouver la clé de ce verrou offensif pendant longtemps, offrant un festival en première période (5/6 à la pause, 6/7 au final). Un hasard, l’arrière est en effet rentré rapidement après la luxation de l’épaule de Romain Briffe, à la troisième minute. “La sortie de Romain Briffe a compliqué les rotations, mais l’entrée de Alejandro Costoya a été déterminante” remarque également Erick Mathé. Un entraîneur qui regrettera la différence d’engagement entre son équipe et l’adversaire : “On s’est rendu la tâche complexe face à un gros calibre.” Cependant, il aura aussi un sentiment positif : “Depuis le début on travaille bien, mais il nous manque un déclic. Ce soir on a été un peu sonné et on a remis tous les ingrédients pour de la haute compétition. […] On a su relever la tête dans cette partie même si la messe semblait dite, contrairement à Montpellier.” Les montpelliérains, futur adversaires de Chambéry, peuvent s’attendre à un match différent face à une équipe qui ne veut pas abandonner les premiers rôles.

Depuis Chambéry, Maxime Thomas

HandNews & CasalHand

38 CommentairesPoster un commentaire

  1. Arno73230 - le 15 février 2019 à 07h04

    Le niveau de l arbitrage ne suit pas le niveau global de la starligue. C est affligeant pour une telle affiche. La Var dans le hand va bientot aider ?

  2. Morcheeba - le 15 février 2019 à 07h18

    Encore un match où l’arbitrage ne sort pas grandi. Le pire c’est l’assurance que dégage les sœurs Bonaventura alors qu’elle ne maitrise rien du tout.

  3. Crazy Hand - le 15 février 2019 à 07h51

    D’accord avec vous 2 messieurs…
    J’en parlais hier pour le Nîmes/St-Raph de mercredi. Et là, ça a été encore une parodie de sifflets…
    Le V.A.R. (que je trouve indispensable au foot) me semble peut-être un peu too much.
    Peut-être un 3ème arbitre qui se charge de certaines phases. Aussi, il faut clarifier le passage en force, car lorsque l’attaquant est en l’air, dans l’intervalle, et qu’en une 1/2 seconde, des défenseurs viennent « fermer » ou réduire cet intervalle… ça devient impossible de jouer au hand. Ça ne me semble pas si difficile d’inculquer ce réflexe « position des pieds des défenseurs au sol au moment de l’impulsion de l’attaquant »…
    Et favorisons l’attaquant en cas de doute.
    Quand le défenseur ne bouge pas et qu’un attaquant lui rentre dedans, ça se voit !
    Hormis cela, la perte de Briffe est un coup dur pour Chambéry car je trouve que Minel n’offre pas de garantie pendant sa rotation.
    La question du reporter de BeIn (sur la baisse de régime de Chambéry) n’a pour moi pas trop de sens: il y avait un gros Nantes hier en face !

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).