Starligue – J3

Théo Laguillaumie et Istres, la bonne surprise

Crédit photo : Guillaume BOITIAUX / Istres Provence Handball

Si le classico entre Montpellier et Chambéry mercredi devrait tenir toutes ses promesses, dans le même temps, Istres recevra Tremblay. Les Provençaux ont réalisé la performance de la semaine passée à Saint-Raphaël et aimeraient bien confirmer devant leur public.

Quand on vous parle des révélations ou des confirmations de ce début de saison, vous pensez sans doute à Hugo Descat ou à Emil Nielsen. Peut-être même à Rémi Desbonnet. Sans doute moins à Théo Laguillaumie. Et pourtant, le gaucher de 25 ans est monté sur ressorts depuis la reprise de la saison. Au point d’être le meilleur buteur d’Istres après deux rencontres, avec dix réalisations. “Tout le monde est un peu surpris, moi le premier” sourit-il. “Du point de vue de l’équipe, c’est anecdotique, tant qu’on gagne, peu importe qui marque. Mais d’un point de vue personnel, c’est toujours bien d’engranger un peu de confiance depuis le début de saison.” D’autant plus que l’ancien joueur de Besançon, arrivé à Istres en 2018, a du repenser complètement son handball cet été. Ailier depuis plusieurs années, il a été délocalisé sur la base arrière par Gilles Derot, une manoeuvre réussie au point que les dirigeants istréens abandonnent le recrutement d’un gaucher cet été. Et, aux dires de Laguillaumie, jouer arrière, ça change la vie. “J’ai toujours oscillé entre les deux postes, mais je ne prenais plus beaucoup de plaisir à l’aile. C’était frustrant, d’autant plus que, la saison passée, on ne montait pas trop les ballons” se souvient-il. Désormais conscient du problème, s’attache-t-il à décaler plus fréquemment ses ailiers ? “J’essaye !” rigole-t-il. “En tout cas, Gilles me le dit tout le temps, je sais ce que c’est de ne pas avoir de ballon, alors je dois encore faire des efforts.”

Un comportement collectif impeccable à Saint-Raphaël

Malgré les lacunes et quelques ajustements à parfaire, pour l’instant, les performances personnelles de Laguillaumie ne s’en ressentent pas. Et celles de son équipe non plus, puisqu’elle est revenue de Saint-Raphaël avec les deux points la semaine dernière. Si, pour les observateurs, on a pu croire à une surprise, pour les joueurs en revanche, on ne s’y attendait pas, mais presque. “On n’y allait pas en victimes. Et le contenu a été super intéressant, notamment parce qu’on a eu un gros temps faible et qu’au lieu de couler, on est passé au dessus” raconte celui qui a encore trouvé le chemin des filets à cinq reprises. Quand on sait qu’Istres a déjà autant de points que la saison passée à Noël, cette victoire peut-elle changer l’ambiance au quotidien ? “On a gagné de la sérénité, pas tant parce qu’on a pris des points que parce qu’on a fait un bon match, avec un comportement intéressant. A nous d’en profiter pour continuer face à Tremblay, un match à ne pas rater si on veut continuer à avancer” conclut le néo-arrière gauche. Qui savoure tant que les choses vont dans son sens.

La passe de trois pour Paris, Nîmes et Aix ?

Pour Montpellier, c’est déjà le moment de faire tourner la roue, après deux défaites la semaine passée. Jamais très loin, mais jamais devant, les hommes de Patrice Canayer n’ont pas l’adversaire le plus simple pour se remettre dans le sens de la marche : Chambéry. Les trois leaders du championnat, quant à eux, rencontrent des équipes à leur portée. Aix à Ivry, Paris à Chartres et Nîmes face à Créteil, la mission sera simple : faire la passe de trois. Pour Saint-Raphaël, l’heure est déjà à la rebellion. “Je n’ai jamais connu un match comme ça depuis que je suis arrivé ici” disait le capitaine Adrien Dipanda après la défaite face à Istres. Autant dire que le match à Nantes, au moins dans les attitudes, revêt déjà un caractère important. Enfin, à Toulouse, on ne sait pas sur quel pied danser. Un coup enthousiasmant, un coup déconcertant, le Fenix ne sait pas encore où exactement il se situe. La réception de Dunkerque pourrait permettre d’en savoir un peu plus.

Le programme de la troisième journée :

Mercredi 18 septembre
Chartres – Paris à 20h30 (en direct sur beIN Sports Max 4)
Istres – Tremblay à 20h30 (en direct sur beIN Sports Max 5)
Ivry – Aix à 20h30 (en direct sur beIN Sports Max 6)
Nîmes – Créteil à 20h30 (en direct sur beIN Sports Max 7)
Toulouse – Dunkerque à 20h30 (en direct sur beIN Sports Max 8)
Montpellier – Chambéry à 20h45 (en direct sur beIN Sports 1)

Jeudi 19 septembre
Nantes – Saint-Raphaël à 20h45 (en direct sur beIN Sports 1)

Kevin Domas

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).