Starligue

R. Stefanovic : “Signer à Tremblay, c’est comme revenir à la maison”

Joueur pendant six saisons, de 2005 à 2011, entraineur adjoint de décembre 2013 à juin 2014 et, pour les deux prochaines saisons, entraineur principal, Rastko Stefanovic a bouclé la boucle du côté de Tremblay en France. L’ancien demi-centre, vainqueur de la Champions League en 2003 avec Montpellier et qui avait emmené le club francilien en finale de la coupe des coupes en 2011, s’assiéra sur le banc tremblaysien à la rentrée, c’est désormais officiel. Et il nous livre ses premières impressions.

– Rastko, revenir à Tremblay, qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

– Pour moi, signer avec Tremblay, c’est comme revenir à la maison. Je connais tout le monde, les habitudes du club, la manière de penser et de travailler, donc je ne serai pas surpris. Je tiens d’ailleurs à remercier les dirigeants de me faire confiance. Et j’ai vraiment envie de profiter de cette opportunité pour faire quelque chose de bien.

– En quoi Tremblay est un club qui a compté dans votre carrière ?

– Tremblay a beaucoup compté. Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre quand j’ai signé mon premier contrat ici, mais on a eu de très bons résultats. Sur le plan sportif, évidemment, puisqu’à l’époque, on finit deux fois troisième, et on fait une finale de coupe d’Europe. Mais humainement également, le groupe vivait bien, il y avait une vraie cohésion entre les joueurs, le staff et les gens autour du club. C’est quelque chose que je vais m’attacher à recréer.

– Qu’est-ce que vous a appris votre première expérience d’entraineur principal à Ivry ?

– Plein de choses. Je pense m’être amélioré dans la capacité à transmettre les choses à mon groupe. Cela a été une très belle expérience dans tous les domaines, qui m’a ouvert les yeux sur beaucoup de choses, alors que j’étais un jeune entraineur. J’en ai retenu qu’il faut toujours chercher à progresser, que ce soit sur le terrain, mais aussi en dehors.

– Qu’avez-vous fait de la saison passée, où vous n’avez pas entrainé ?

– Justement, j’en ai profité pour progresser. J’ai été voir ce qui se faisait ailleurs, à Celje, en Slovénie, en Serbie, en Autriche, j’ai passé une semaine avec Patrice Canayer à Montpellier. J’ai vu beaucoup de matchs sur la région parisienne, également. Il y a toujours des choses à prendre chez les autres, et le meilleur moyen, c’est d’aller sur le terrain.

“Trouver une cohésion de groupe assez rapidement”

– Quel regard portes-tu sur l’effectif à ta disposition pour la saison prochaine ?

– Il va y avoir pas mal de mouvement, l’important sera de trouver une cohésion de groupe assez rapidement pendant la préparation. Il faudra responsabiliser les joueurs, mais pas que sur le terrain. Ce groupe a un très bon potentiel, mais il faudra tout mettre en place pour qu’il soit capable de l’exprimer sur le terrain. Et pour cela, tout le monde doit adhérer au projet, à tous les étages du club, du gardien de gymnase au président.

– Mirza Saric sera votre adjoint. Pourquoi ce choix ?

– Mirza respire le handball comme moi. Il a également de l’expérience, puisqu’il s’est occupé du centre de formation d’Aix pendant cinq ans. Il va m’apporter sa vision, mais aussi sur le travail avec les joueurs. On partage, d’ailleurs, la même vision du handball, la même approche. Je ne veux pas que ce soit un membre du staff qui fasse juste la video, mais qui s’investisse au quotidien. Je sais qu’il est capable de le faire. Mais, comme les joueurs, il faudra trouver la bonne cohésion au sein du staff.

Mirza Saric comme adjoint

Après cinq ans passés à Aix en Provence à s’occuper du centre de formation, l’ancien gaucher d’Ivry, Nîmes et du PAUC, où il a fini sa carrière, sera sur le banc de touche à la reprise aux côtés de Rastko Stefanovic. A 44 ans, il compte déjà une petite expérience en tant qu’adjoint, puisqu’il a joué les seconds de Noka Serdarusic pendant une année au sein du club provençal. “Il demandait à chacun une implication totale et de donner le meilleur de soi-même au service de l’équipe” se souvient Saric. En Seine Saint-Denis, il formera avec Stefanovic un binôme inédit. “Je serai son bras droit, je vais l’épauler sur certaines tâches, que ce soit sur la vidéo ou pour certaines séances. J’aurais un peu plus de recul que lui et je serai, je l’espère, capable d’apporter un autre regard sur les performances individuelles et collectives” explique celui qui a porté les couleurs de plusieurs clubs mythiques des années 2000, dont Wuppertal (Allemagne), Zagreb (Croatie) ou Leon (Espagne).

Kevin Domas

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).