LSL – J11

Cesson réagit, Chartres s’éloigne de la zone rouge

Nebojsa Grahovac (Chartres)

Après 5 matchs sans victoire, Cesson-Rennes repart de l’avant en s’imposant 33-30 face à Créteil. De son coté, Chartres enfonce Tremblay avec une victoire 28-23.

A la Glaz Arena, Cesson pouvait recevoir Créteil avec son effectif au complet, pour la première fois de la saison. Côté cristollien, la donne est différente pour ce duel entre concurrents au maintien. Avec toujours Borragan, Kervadec, Anzuini et Carabasse, Pierre Montorier peut néanmoins compter sur le retour de son pivot Valentin Aman, et dispose des deux frères Ferrandier, dont l’état avait pu inquiéter la semaine dernière.

Crédit photo : Panoramic / K.Domas

Au classement, un seul point sépare les deux équipes, et la première mi-temps sera à cette image. Les formations se rendent coup sur coup. La défense cristollienne gène beaucoup les arrières cessonnais, qui parviennent néanmoins à marquer par Cardinal, Kamtchop-Baril ou pénalty. En face, les arrières des Bleu et Blanc menés par Sissoko sont aussi en difficulté, mais les balles récupérées par Felipe Borges en défenseur avancé permettent d’alimenter la marque. Sébastien Leriche tente différentes associations sur sa base arrière, mais les échecs de Seri et Salou, s’illustrant tout deux par deux shoot hors cadre, permettent aux visiteurs de marquer un premier écart (8-10, 20′).

Zaponsek en mode diesel

A l’issue du temps mort de Sébastien Leriche, le retour de Mengon et l’entrée de Delecroix autour de Briffe vont faire du bien à l’attaque bretonne, qui construit une attaque très propre en sortie de temps mort, conclue par Marco Mengon. Le jeune Italien s’illustre ensuite sur l’action suivante en zigzaguant entre les défenseurs centraux Val-de-Marnais pour ramener son équipe à hauteur (10-10, 21′). Les attaques s’enrayent, Rok Zaponsek commence à sortir de sérieux arrêts, et Pierre Montorier pose son temps mort (11-11, 26′). Rigault, Ferrandier et Molinié à droite reviennent sur le terrain avec une belle attaque construite conclue par Aman. Les dernières minutes vont vite, Soyez entre pour arrêter un pénalty de Youenn Cardinal (5/7 en première période), tandis que Zaponsek termine la période sur les chapeaux de roue, flashé à 9 arrêts à la pause (41%). Dans la dernière minute, une cinquième perte de balle bretonne les condamne à rentrer aux vestiaires avec un court retard (MT : 12-13).

Crédit photo : Panoramic / K.Domas

Delecroix et Villeminot sonnent la révolte

Le second acte repart sur les mêmes standards. Zaponsek réalise l’arrêt sur la première action, mais son attaque est en difficulté. Repartis avec les mêmes hommes qu’en première, Salou reste en difficulté et est vite remplacé par Delecroix, qui va débloquer la situation. Alors que son équipe se retrouvait mal en point (13-16, 34′), les arrêts de Zaponsek, puis 2 buts coup sur coup de Delecroix vont ramener l’équipe à hauteur (17-17, 37′). Mais la remontée des Irréductibles ne s’arrête pas là. Avec Allan Villeminot, entré après quelques minutes, le MVP du mondial jeune 2015 va mettre ses adversaires sous pression en enchaînant des buts très rapides sur fin de montée de balle. Que les Cristolliens marquent ou qu’ils soient bloqués par Zaponsek, les deux arrières enchaînent par de puissants tirs à 9, minant la volonté adverse. Le premier temps mort des visiteurs n’y fait rien, et Cardinal assome l’USC, provoquant un second temps mort de Montorier en 5 minutes (25-21, 45′). Antoine Ferrandier de retour, il marque sur sortie de temps mort pour continuer d’y croire, mais rien n’y fait.

Crédit photo : Panoramic / K.Domas

L’attaque cessonnaise se montre plus appliquée, et Romain Briffe franchit la barre des 4 buts par une praline sous la barre, à l’entrée du money time (27-23, 50′). Loïc Diarrassouba, une nouvelle fois fiable malgré ses 17 ans, s’illustre sur contre-attaque et sur l’aile, mais Delecroix à 9 mètres puis Hochet sur une interception terminent les espoirs des Béliers (29-24, 52′). Les Bretons auront finalement très bien profité de leurs rotations et d’une très belle seconde période, avec les performances de Zaponsek, Cardinal, Delecroix ou encore Villeminot, pour s’imposer de 3 longueurs (SF : 33-30). “Beaucoup de déception, livre Sissoko en sortie de match. En première mi-temps on est bien au score, mais en deuxième je n’ai pas reconnu mon équipe… Cesson avait plus les crocs, c’est pour ça qu’ils ont gagné, nous on n’a pas remis les ingrédients nécessaires pour gagner un match.” De l’autre côté, c’est logiquement avec le sourire que Youenn Cardinal, MVP breton, revient sur la rencontre. “Ça fait bien plaisir, parce que là on en avait besoin de cette victoire, pour effacer notre match pourri face à Nantes, explique-t-il. C’était un match de caractère, les deux équipes avaient besoin de points, et on a un mois de décembre qui est primordial pour le maintien, pour nous comme pour eux. En première période ils se sont bien adaptés à ce qu’on leur a proposé, ils ont récupéré des balles pour mettre des buts faciles, mais on a réussi à bien se remettre dedans. On va pouvoir envisager la suite.” Avec un déplacement encore décisif du côté d’Istres.

Avec cette victoire, les hommes de Sébastien Leriche signent leur premier succès à domicile de la saison et rattrapent St Raphaël à la 8ème place avec 7 points (en 10 matchs). Créteil par contre, restent premiers non-relégables avant la réception de Chambéry.

Cesson. Delecroix (6/6), Villeminot (4/5, dont 2/2 pen.), Anic, Hochet (2/2), Briffe (1/1), Kamtchop-Baril (2/2), Salou (1/3), Cardinal (9/11, dont 3/4 pen.), Zmuda, Mengon (4/5), Seri (0/1), Guillo, Camarero, Le Fur (0/1). Zaponsek (15/39, dont 0/2 pen., 38%), Baznik.

Créteil. Aman (2/3), Gibelin (4/7), Molinié (3/9), Poignant (1/1), Pintor, Benezit (2/4), Sissoko (4/8, dont 2/2 pen.), A.Ferrandier (1/2), Diarrassouba (3/5), Borges (4/5), Deen, L.Ferrandier, Rigault (0/2). Robin (5/28, dont 0/4, 18%), Soyez (1/7, dont 1/2, 14%).

Reida Rezzouki (Tremblay)

Tremblay n’y arrive toujours pas

Les semaines se suivent et se ressemblent pour les Franciliens. En 9 journées, Tremblay ne s’est toujours pas imposé et n’a pu accrocher qu’un match nul jusque-là. Avec un seul point, les coéquipiers s’enlisent dangereusement dans la zone rouge. Inquiétant avant de se déplacer chez l’actuel dauphin du championnat, Limoges. Du côté de Chartres, cela va beaucoup mieux. 3ème victoire en 4 matchs,  qui leur permet de prendre 3 points d’avance sur Ivry, premier relégable.

Pourtant, ce sont bien les locaux qui débutent le mieux. Malgré plus de 4 minutes sans but, Lucas Jametal donne 3 buts d’avance à son équipe après un peu plus de 10 minutes (6-3, 12′). Cependant, les Chartrains ne vont pas abdiquer. Ils vont revenir à hauteur de leur adversaire suite au but de Vanja Ilic. Tremblay va concéder 2×2 minutes en 40 secondes et Ilic va en profiter pour redonner l’avantage à Chartres, sur jet de 7 mètres. (7-8, 21′). Juste avant cette double infériorité, l’équipe chartraine a elle-aussi été réduite à 5 mais les Franciliens n’ont pas su en profiter. Les locaux payent cher leur manque de réalisme. Seulement 1 but en plus de 10 minutes. Le money-time de cette première période est équilibrée. Sur un dernier jet de 7 mètres, Pedro Portela réussit son tir. Les deux équipes rentrent aux vestiaires, dos à dos au score (11-11, M-T).

Nebojsa Grahovac (Chartres)

Nebojsa Grahovac décisif, Chartres sort victorieux

Contrairement à la première période, la deuxième est à sens unique. Tremblay bute sur un excellent Grahovac totalisant 15 arrêts, dont 10 rien que sur les 30 dernières minutes. En face, la paire Annonay-Pierre aura été moins influente avec 9 arrêts à eux 2, pour 26% d’efficacité. Les Euréliens vont en tirer profit rapidement avec un 5-1 inscrit en 8 minutes, ce qui leur permet de prendre de l’avance au tableau d’affichage (12-16, 38′). Les choses ne vont pas s’arranger pour les locaux qui continuent de voir l’écart s’accroître en leur défaveur. Perte de balle et 2 minutes ne font pas bon ménage. Ilic, auteur d’un gros match avec un 8/9, tue quasiment le match, en marquant dans la cage vide (16-23, 47′). Rattraper 7 buts en 13 minutes, tel est l’objectif pour Tremblay. Cependant, la marche est trop haute pour cette équipe. Les joueurs franciliens réussiront à en rattraper 3 mais Svetlin Dimitrov scelle l’issue de ce match sur un score de 28-23.

La joie se faisait ressentir dans les rangs chartrains avec une victoire importante pour le maintien comme l’exprime Sergey Kudinov. C’est un sentiment parfait. On est vraiment très heureux. C’était un match à 4 points, et en plus, à l’extérieur. C’est très bien pour le maintien. On va continuer à travailler car on a beaucoup de matchs avant la fin de l’année. Mentalement, on était plus forts, je pense qu’on mérite de gagner ce soir.
Son de cloche différent du côté tremblaysien avec cette nouvelle défaite, que regrette le portier francilien Patrice Annonay. “J’ai un peu l’impression que tout n’a pas fonctionné. Il y a eu des bonnes phases défensives durant le match, mais, encore une fois, on ne trouve pas de stabilité dans notre jeu. Parfois il y a des très bonnes choses, mais pour gagner un match de Lidl Starligue, il faut être constant. Il n’y a pas eu d’arrêts de gardiens chez nous non plus. En face, ils n’ont pas proposé non plus un jeu extraordinaire mais leur défense était hyper solide avec un bon gardien derrière.

Au classement, Chartres remonte à la 12ème place avec 6 points, grâce à cette 2ème victoire consécutive, après celle contre Ivry. Du côté des hommes de Joël Da Silva, toujours 1 petit point avec la place de lanterne rouge.

Tremblay. Butorac (1/4), Portela (3/6 dont 3/3 pen.), Kopco (2/2), Rezzouki (0/2), Lakbi, Sebetic (5/8), Jametal (1/1), Siakam (0/3), Diallo (3/5), Olsson (1/4 dont 1/2 pen.), Bouadjadja, Soussi (4/7 dont 1/2 pen.), Chouiref (2/2). Annonay (5/21, 24%, dont 0/3 pen.), Pierre (4/13, 31%).

Chartres. Ilic (8/9, dont 3/3 pen.), Vasilev (2/3), Jund (0/1), Canellas (3/5), N’diaye (0/1), Jukic (2/4), Kudinov (6/9), De Almeida, Furlan (0/1), Cham, Urban (0/1), Saussay, Dimitrov (4/5), Verin (2/3). Grahovac (15/35, dont 2/5 pen., 43%), Sonne-Hansen (0/2, dont 0/2 pen., 0%).

Antoine Piollat & Alexandre Riotte

4 CommentairesPoster un commentaire

  1. leFnake - le 4 décembre 2020 à 11h38

    Pas de tir pour Anic et Guillo, les deux sont exclusivement utilisés en défense et Kamtchop-Baril rentre pour l'attaque ?

  2. Hand35 - le 4 décembre 2020 à 12h26

    Non Anic est également utilisé en attaque il a pourtant tiré deux fois hier soir, Hugo défend en 3 bas avec GUILLO et où Anic

  3. drauglin09 - le 4 décembre 2020 à 12h43

    Creteil, Tremblay, ça joue avec vraiment peu de rotations et sur la fin de match, tout le monde tire la langue et c'est terminé. J'ai vu le match de Creteil, sur la fin, c'est un festival de pertes de balle et donc de contre attaques.
    Si Creteil veut s'en sortir, il faut vitre récupérer les blessés, surtout que les prochains matchs vont se faire entre franciliens. Et je pense que les deux descentes vont se faire entre Ivry, Tremblay et Creteil

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).