LSL – J15

Montpellier perd le fil

Andrea Guillaume (Istres Provence HB)

Après avoir chuté à Ivry la semaine dernière, le MHB a été battu à domicile par Istres qui réalise la sensation de cette J15 (27-28). Chartres a aussi fait fort en s’imposant face à Chambéry à domicile (26-22) pendant que Dunkerque évitait le piège à Tremblay (28-30). Dans les autres matchs, Nîmes, Nantes et Paris ont dominé respectivement Créteil, Ivry et Aix-en-Provence.

“Montpellier est malade“, annonce tristement le capitaine Valentin Porte, au sortir d’un match douloureux pour son équipe. En effet, les semaines se suivent et se ressemblent pour Montpellier et, après Ivry, c’est Istres qui est venu apporter le doute. Incapables de prendre l’avantage face à des adversaires surmotivés, les Héraultais restent au contact mais encaissent, impuissants, les piques istréennes. Montrant la voie à son équipe, le jeune sniper Andrea Guillaume réalise une sortie monstrueuse, faisant trombler les filets à 11 reprises. Et si on pensait le MHB capable de reprendre les rennes dans le money time, il n’en a rien été. Malgré un dernier miracle leur permettant d’obtenir la balle d’égalisation, Mehdi Harbaoui s’interpose et offre une aux siens la première victoire de l’histoire du club en terres montpelliéraines. Score final : 27-28.

Valetin Porte est abattu. “Ce ne sont pas les mêmes ingrédients que la semaine dernière, c’est là le problème. La semaine dernière on a complètement raté notre match mais ce soir j’ai vu de l’envie, j’ai vu de la motivation, mais j’ai aussi vu une équipe qui doute, désespère le capitaine. J’ai vu des joueurs qui fuient leurs responsabilités, qui se chient dessus dans les moments chauds. En ligue des champions, on a pas le même visage parce qu’on a tellement peur de s’en prendre une qu’on ne calcule pas et on joue notre jeu. J’ai l’impression qu’on perd le fil. On perd tout, complètement. Je ne reconnais pas l’équipe que j’aime, je ne reconnais pas le MHB. Et aujourd’hui on est malades.” Ces mots durs, désespérés dénotent radicalement avec la joie du capitaine des violets, Nicolas Boschi : “C’est un gros exploit. Je pense que, du début à la fin, on a mis tout ce qu’il fallait pour battre une équipe comme Montpellier. C’est un match qu’on avait pas forcément coché, les deux qu’on avait cochés, c’était les prochains (Chartres et Créteil, ndlr), sur ceux là il ne faudra pas se louper. Après, on ne fait pas de plans sur la comète mais c’est ceux là qu’il faut aller chercher.” Au classement, cette rencontre a un fort impact en propulsant Istres à la 9ème place, tandis que Montpellier, 4ème, prend 4 points de retard sur Nîmes et court le risque de descendre encore en cas de victoire toulousaine dans le Var demain.

Vanja Ilic (Chartres)

Hasard du calendrier, les deux prochains adversaires de Montpellier et Istres se sont rencontrés ce soir. Et dans cette rencontre de bas de tableau, c’est bien Chartres qui a réalisé le gros coup en dominant un Chambéry moribond. A la mène pendant toute la première mi-temps, les Euréliens imposent leur loi en s’appuyant sur un bon Nebojsa Grahovac (38% en première période) qui met la misère aux ailiers droits chambériens (0/2 pour Richert, 2/4 pour Melic). A la mi-temps, rien n’est fait pour autant (11-10). La deuxième période n’arrange pas les choses pour les savoyards, et le serbe Vanja Ilic sort le grand jeu sur son aile gauche avec 8 buts dans le seul second acte. Si à cela on ajoute la suite du show de Grahovac face à des Chambériens bien trop brouillons, il en résulte une victoire chartraine qui paraît presque facile à 5 minutes de la fin (55′ : 24-19). La formation chartraine enregistre donc une deuxième victoire à domicile cette saison, et avec la manière (SF : 26-22). En fin de rencontre, Youssef Ben Ali traduit la joie chartraine en dédicassant la victoire à son capitaine blessé et salue un public que son équipe et lui ont trop souvent déçu en première partie de saison. De l’autre côté, un Chambéry en crise perd sa 10ème place au profit de son adversaire du jour. Lors de la prochaine journée, les savoyards affronteront Montpellier dans un classico qui aura rarement eu si peu de prestige : “Au final, c’est peut-être pas plus mal de jouer Montpellier apres deux matchs pourris parce qu’on sera obligés d’être bons. Peut-être que ça nous mettra un coup de pied au cul ou quelque chose …” commente Pierre Paturel. A l’inverse, l’affrontement entre Chartres et Istres sera un réel choc entre deux équipes en forme qui auront des arguments à faire valoir.

Dunkerque calme Tremblay

A domicile, Tremblay, vainqueur de St Raphaël la semaine dernière, avait à coeur d’enchaîner face à Dunkerque pour confirmer son bon début d’année 2020. La réalité du terrain a été plus complexe pour les joueurs d’Île-de-France qui montrent pourtant un bon début de match, notamment marqué par un 4/4 de Bakary Diallo en position d’ailier dans le premier quart d’heure. Malheureusement, un 6-1 encaissé entre la 19e et la 28e va faire très mal à l’équipe hôte qui rentre aux vestiaires avec un débours de 4 longueurs (12-16). Si le retour des vestiaires des nordistes est excellent (33′ : 13-19), les Séquano-Dionysiens ne se laissent pas marcher dessus et remontent rapidement grâce à un très bon Luka Brkljacic, auteur de 9 buts (38′ : 18-20). Mais si Tom Pelayo avait été précieux à la marque en première période, c’est bien Reinier Taboada qui va livrer une très belle partition en seconde avec 8 buts qui vont sécuriser les 2 points pour son équipe (57′ : 25-30). Dunkerque s’impose finalement de 2 longueurs et devra encore hausser son niveau de jeu avec la réception de Nantes la semaine prochaine (SF : 28-30). Les Tremblaysiens, de leur côté, souffrent évidemment des victoires de prestige de leurs concurrents directs. Pour se relancer, ils auront un déplacement compliqué à Toulouse, adversaire qu’ils avaient largement battu en première journée. Mais les états de forme sont aujourd’hui bien différents …

Reinier Taboada (Dunkerque)

Nantes évite le piège, Paris écrase le piège

Après une prestation décevante la semaine dernière, la réception d’Ivry avait tout d’un match piège pour Nantes. Les Loirétains s’en sont pourtant plus que bien sortis avec une première mi-temps aboutie offensivement, avec de bons David Balaguer et Olivier Nyokas à la marque. Les Val-de-marnais, amputés de Matthieu Bataille, Linus Persson, Wilson Davyes et Axel Cochery, restent dans le match grâce au cadet des frères Bataille qui plante 5 buts en première période (MT : 16-13). Si les Ivryens avaient espéré revenir dans le match, ces espoirs ont vite été oubliés et la fin de match fut un long fleuve tranquille pour des Nantais qui se régalent et mettent en confiance Balager (8/10) et Nyokas (5/5). Score final : 38-24. Ivry, premier non relégable, vit comme Tremblay la pression mise par Chartres et Istres et préparera un match intéressant face à St Raphaël lors de la prochaine journée.

Qui peut arrêter Paris ? A domicile, une équipe d’Aix déjà tournée vers la coupe d’Europe, n’a pas fait long feu face aux champions en titre. Si Toulouse avait tenu une mi-temps, les Provençaux ont tenu 7 minutes (7′ : 3-3). Les joueurs de la capitale prennent vite le large grâce aux arrières Sagosen et Rémili et ont déjà fait le plus gros à la pause (17-11). Les Parisiens font tourner, et permettent à Kamil Syprzak (6/6) et Rodrigo Corrales (18 arrêts à 39%) de s’illustrer. A noter la très belle performance de Noah Gaudin avec 7 réalisations en 11 tentatives (SF : 28-38). Le PAUC, 6ème, voit Dunkerque se rapprocher à un point mais reste à 2 points de Montpellier.

La défaite de Montpellier, si elle fait les affaires de Nantes, fait aussi celles de Nîmes. Les petits hommes verts n’ont pas vraiment tremblé du côté de Créteil (35-28). “On se demandait comment on allait rebondir après la défaite de Rhein-Neckar de dimanche. C’est nouveau pour nous ce genre de choses, et on l’a bien négocié. Je suis très satisfait de l’implication que tout le monde a mis” souriait Franck Maurice, le coach gardois. Ses hommes ont mis un quart d’heure à prendre la mesure de leurs adversaires, avant de faire exploser toute résistance. Avec un Elohim Prandi encore précieux et auteur d’une nouvelle perle, un coup-franc à la mi-temps tel qu’il en a désormais l’habitude. La seconde période a été d’une tranquillité rare pour les Nîmois, chez qui O’Brian Nyateu a réalisé un festival, avec dix réalisations. Ce soir, les Nîmois pointent à la troisième place du classement, avec quatre points d’avance sur le voisin héraultais. La fin de saison est encore loin mais, journée après journée, le podium final se rapproche…

 

Antoine Piollat

34 CommentairesPoster un commentaire

  1. Martial - le 12 février 2020 à 23h13

    Une journée surprenante. Un MHB sur courant alternatif et des petits qui font plus que résister partout. Des clubs solides l an dernier en pleine décomposition. C est assez intéressant, même si j ai le sentiment que le niveau de jeu global a baissé d un cran mis à part paris bien sûr et Nantes qui me semble en net progrès dans le jeu.

    • tymo - le 12 février 2020 à 23h20

      L’USAM est également en progrès et est beaucoup plus constant que l’an passé.

      • jpf_hb - le 13 février 2020 à 08h34

        oui, l'usam monte à son rythme, et (re)devient un des très grands de France

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).