Starligue – J4

Paris enchaîne, Limoges sauve un point

Nedim Remili (Paris-SG)

Avec notamment d’excellents Nikola Karabatic et Kamil Syprzak, Paris s’est imposé facilement contre Toulouse en ouverture de la quatrième journée (41-35). Istres, longtemps devant au score, a vu le gain du match lui échapper dans la dernière minute à Limoges (27-27).

Les Toulousains y auront cru une mi-temps. A Coubertin, le Fenix Toulouse a opposé une belle résistance contre le sextuple champion en titre. Mais à la fin, chez lui, le Paris Saint-Germain sait toujours faire la différence. Il a été aidé par des facteurs qui ne dépendent pas de lui : les sorties prématurées sur blessure de Luc Steins (œil) et d’Henrik Jakobsen (dos), puis, en début de deuxième période, de Jef Lettens, après avoir pris un ballon dans l’œil. Mais il a surtout pu compter sur lui-même, et sur sa qualité de gestion de la partie. Pendant les 25 premières minutes, aucune équipe n’est capable de prendre plus d’un but d’avance sur l’autre (17-17, 25′), mais Paris profite d’une supériorité numérique et du talent d’Elohim Prandi et de Mikkel Hansen pour creuser l’écart avant la pause (21-18, 30′).

Toulouse n’a pas tenu la distance

Edouard Kempf

La tendance ne s’inverse pas en deuxième période, bien au contraire. Sous l’impulsion de Nikola Karabatic et de Kamil Syprzak, meilleurs buteurs du match (9 buts chacun), Paris creuse l’écart (28-21, 40′). “On était plus dans le dur en deuxième mi-temps”, reconnaît l’ancien Parisien et désormais Toulousain Edouard Kempf, lui aussi à 9 buts, au micro de beIN Sports. Les Toulousains comptent jusqu’à neuf longueurs de retard (37-28, 50′), avant de réduire légèrement la marque en fin de rencontre, alors que Raul Gonzalez a fait tourner et a donné du temps de jeu notamment à Sadou N’Tanzi, qui provoque l’exclusion de Luka Sokolic (53′) et à Louis Despreaux, auteur du 40e but parisien (58′). Paris s’impose au final logiquement dans une rencontre riche en buts (41-35). Avec une quatrième victoire en quatre rencontres, les Parisiens s’installent seuls en tête de la Starligue, en attendant le match de Nantes à Montpellier dimanche.

Limoges décroche le point du nul au bout du suspense

La rencontre a été plus incertaine dans le Limousin entre le promu Limoges et Istres. Les Limougeauds n’ont été devant au score que lors des quatre premières minutes, avant que les Provençaux, sous l’impulsion d’Oussama Hosni (6 buts) et aussi grâce à la belle performance d’Arnaud Tabarand dans les cages (13 arrêts), prennent l’avantage. Sans jamais, toutefois, vraiment larguer leur adversaire au score : Limoges est toujours parvenu à garder un écart inférieur ou égal à trois longueurs, en égalisant à quelques reprises (4-7, 11′ ; 10-10, 21′ ; 13-14, 30′). Malgré un bon Dragan Gajic (8 buts), le scénario reste en défaveur du LH en deuxième période (16-19, 39′). Mais l’égalisation de Yoav Lumbroso à huit minutes du terme laisse encore rêver le public de Beaublanc à une issue favorable dans une rencontre compliquée (22-22, 52′).

Martin Lindell (Limoges)

Des espoirs vite douchés par les Istréens, qui reprennent trois buts d’avance. A moins de trois minutes du terme, la messe semble dite (24-27, 58′). Et pourtant… “On a mal géré notre money-time, regrette le demi-centre istréen Guillaume Crépain, au micro de LNH TV. Même eux, Limoges, pensaient avoir perdu…” Des buts de Julian Emonet et de Martin Lindell dans la dernière minute permettent en effet à Limoges de ne pas repartir bredouille. Un dernier tir contré d’Oussama Hosni scelle l’issue du match (27-27). “On a limité la casse, mais on doit attendre autre chose de nous à domicile”, remarque Romain Ternel, toujours au micro de LNH TV, à l’issue de la rencontre, pestant contre le déchet trop important de son équipe (15 pertes de balle, contre 12 pour Istres). Les deux équipes se contenteront de ce point, qui leur permettra normalement de rester dans la première moitié du tableau à l’issue de la journée.

Mickaël Georgeault

17 CommentairesPoster un commentaire

  1. Djoker - le 9 octobre 2020 à 23h20

    Karabatic en mode Nadal

  2. Martial - le 9 octobre 2020 à 23h43

    Toujours un psg bizarre. Remili qui évolue à l aile, hansen qui disparaît après 10mn, karabatic très bon qui joue 60mn…..une défense qui ne as en première mi temps, prandi qui donne l impression de jouer match exhibition (mate mon jump, mon bras….). Je ne comprends pas cette équipe, ce coaching. Bon Toulouse sur la 1ère mi temps et des arbitres qui alignent les 2mn comme les joueurs les buts. Ah si vincent Gérard autour de 25% avec quelques arrêts mais globalement peu d inspiration. Curieux de voir quand le potentiel de cette équipe va se dévoiler.

  3. Moorgan9 - le 10 octobre 2020 à 00h02

    Arbitrage niveau N1 sur ce match! 20 minutes de grand n’importe quoi. Puis 40 minutes de totale absence…
    Sincèrement, ces 2 hommes n’ont rien à faire (en tous cas avant un gros travail) à ce niveau…

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).