EL (M)

Montpellier manque son choc

Christian O’Sullivan (SC Magdeburg)

Dans ce second duel franco-allemand, entre Starligue et Bundesliga, Montpellier recevait Magdeburg. Comme entre Nîmes et Berlin, c’est une affiche entre les deux gros poissons de la mare du groupe C. Montpellier, invaincu, pouvait faire un très grand pas vers la première palce disposant des hommes de Bennet Wiegert, mais la rencontre ne s’est pas déroulée comme prévu (30-32) …

Au sortir d’un match ô combien disputé du côté de St Raphaël ce weekend (victoire 29-30), le Montpellier Handball remet le couvert, en ligue européenne cette fois. Face à Magdeburg, l’autre grosse équipe de son groupe, les hommes de Patrice Canayer n’ont pas le droit à l’erreur s’ils veulent continuer leur parcours sans faute, et leur voie vers les quarts de finale. En face, les Allemands n’ont perdu qu’une fois, en s’inclinant chez les Suédois d’Alingsas. Orphelins de leur principal artilleur Michal Damgaard, les joueurs du SCM sortent d’une victoire étriquée face à Minden, et ont aussi à l’esprit la réception de Kiel ce weekend. Malgré tout, la victoire est très loin d’être acquise pour les Bleus.

Hornke Tim (SC MAGDEBOURG)

Montpellier passe à côté de son entame

Avec Truchanovicius comme seul absent dans le groupe, le MHB ne démarre pourtant pas fort. Rapidement le SC Magdeburg parvient à mettre la tête de ses adversaires sous l’eau (1-4, 4′). Les hommes de Patrice Canayer vont vite se reprendre, mais l’écart se maintient. Les Allemands sont efficaces en attaque et Tim Hornke ou l’islandais Magnusson se régalent dans le premier quart d’heure montant l’écart à 4 unités (8-12, 19′).

Heureusement pour nos Montpelliérains, l’exclusion du défenseur Piotr Chrapkowski va leur donner la fenêtre de tir qu’ils attendaient. En une petite minute, avec une défense haute et un Diego Simonet impeccable, Richardson et lui vont permettre d’infliger un 3-0 pour relancer la rencontre (11-12, 20′). Les débats s’équilibrent tandis que l’écart s’amenuise, et Kyllian Villeminot maintient les siens à -1 avec un bijou de shoot à la hanche dans la dernière minute (MT : 15-16).

SIMONET Diego (Montpellier Handball)

Les Français mettent lentement la main sur le match

En mode diesel, les champions d’Europe 2018 vont rapidement mettre la main sur le match. 2 buts d’entrée de jeu d’Hugo Descat permettent à son équipe de revenir à hauteur (17-17, 32′), avant que l’ancien Ivryen Benjamin Bataille ne donne pour la première fois l’avantage aux siens (19-18, 36′). Cet avantage, ses partenaires ne comptent pas le dilapider, et progressent sereinement dans la rencontre. Avec Simonet à la mène et une bonne relation avec les pivots, Borges puis Bataille par deux fois assurent un écart de trois longueurs (26-24, 46′). Christian O’Sullivan est en échec, et les exclusions des pivots défenseurs Magnus Gullerud et Zeljko Musa n’augurent rien de bon pour la troupe de Bennet Wiegert. Pourtant, c’est sur l’exclusion du croate que ses partenaires vont se remobiliser.

Tim Hornke (SC Magdeburg)

Montpellier s’écroule au pire moment

Les Montpelliérains n’étant pas parvenus à se détacher plus nettement au score, Omar Ingi Magnusson ramène les siens rapidement à une longueur sur pénalty (27-26, 49′). Pourtant, malgré le temps mort de Patrice Canayer, le diable islandais ne s’arrête pas en si bon chemin et reprend l’avantage en trompant Kévin Bonnefoi pour la 9ème fois (27-28, 50′). Rien ne va plus, et les pertes de balle se multiplient. Les Allemands ne font pas de manières pour les convertir en buts et l’entrée de Marin Sego n’y fait rien. A 6 minutes du terme, temps mort montpelliérain. Patrice Canayer voit ses hommes sur une série de 6 buts encaisser sans marquer : le match est clairement en train de leur échapper (27-30, 54′).

Hugo Descat met fin à la disette offensive des siens sur 7m mais Omar Magnusson lui répond. Il ne reste alors plus que 3 minutes à jouer et Alexis Borges, aux 6 mètres, manque la cage… le mal est fait et le MHB a laissé passer sa chance (28-31, 58′). La double parade de Sego et l’énergie de ses partenaires en attaque n’y feront rien, Montpellier parvient à se rapprocher à une longueur dans la dernière minute mais Tim Hornke met le couvercle sur la rencontre d’un superbe kung-fu (SF : 30-32).

Cette défaite laisse logiquement une réelle frustration du côté de Montpellier, avec le sentiment que le premier comme le dernier quart d’heure n’ont pas vu l’équipe héraultaise jouer à son réel niveau. Avec désormais une défaite au compteur, la course à la première place est totalement relancée, et les hommes de Patrice Canayer n’auront plus le droit à l’erreur s’ils veulent terminer à la tête de leur groupe.

Le meilleur du hand européen est sur l’appli Eurosport

Statistiques :

Montpellier : Simonet (3/7), Villeminot (1/1), Descat (7/8, dont 2/3 pen.), Pellas (2/2), Tskhovrebadze, Bos (1/1), Bataille (3/4), Pettersson (2/4), A.Lenne, Richardson (1/2), Borges (2/3), Porte (2/3), Y.Lenne (4/6), Duarte (2/3). Sego (2/7, dont 0/2 pen., 29%), Bonnefoi (7/35, dont 0/4 pen., 20%).

Magdeburg : Musa (1/2), Chrapkowski, Kluge, Steinert (2/3), Pettersson, Magnusson (11/12, dont 6/6 pen.), Hornke (6/7), Gullerud (2/2), Mertens (3/7), O’Sullivan (6/12), Bezjak (0/1). Thulin (1/10, 10%), Green (6/27, dont 1/3 pen., 22%).

Antoine Piollat

22 CommentairesPoster un commentaire

  1. philippemhb - le 16 février 2021 à 22h19

    Quelle honte….

    • Rouc - le 16 février 2021 à 23h17

      Honte de quoi ?

      Dans ces enchaînements de matchs, sans public qui plus est, le MHB peut perdre des matchs.

      Pour rappel, magdeburg a perdu à Alingsas dans cette poule. On a dit quelle honte ?

      Rhein Neckar a perdu à domicile contre Schaffausen, berlin se fait accrocher par nimes.

      C’est une période particulière, Montpellier sort d’un gros match à saint Raphaël, patrice gère son effectif pour qu’il aille jusqu’à juin. On peut accepter que cela ne passe pas toujours je crois.

      • philippemhb - le 17 février 2021 à 09h35

        OK j’y vais peut-être un peu fort mais je suis épuisé d’assister systématiquement a ce mauvais scénario ou mon équipe favorite court après le score, a de monstrueux trous d’air et défend mal, surtout au centre. Quand au contexte particulier, il est le même pour tout le monde donc je n’en tiens pas compte. Depuis Fabrégas et, à un degré moindre Mamdouh, nous n’avons plus de bons pivots et au milieu, c’est “open bar”…

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).