LMS

Toulouse à deux doigts de faire tomber Cesson

Erwin Feuchtmann (FENIX Toulouse HB)

Pour la 9e journée de Starligue, on a eu le droit à un match à rebondissement entre Cesson et Toulouse. Après une première période dominée de la tête et des épaules par les Bretons (19-12), les Toulousains ont refait leur retard avec brio et auraient pu l’emporter dans une folle fin de match (27-27). Dans les deux autres rencontres de la soirée, Limoges a retrouvé le goût de la victoire en battant nettement Saran (32-26). Dans le Nord, Dunkerque a peiné mais s’est finalement imposé face à Nancy (24-23).

Ça aurait été un hold-up“. Ces sages paroles sortent de la bouche d’un des héros de la soirée côté toulousain : Jef Lettens. Alors qu’ils auraient pu bénéficier d’un jet de 7 mètres sur la dernière action et ainsi potentiellement l’emporter, les Toulousains doivent se contenter du match nul. Le gardien belge n’en perd pas moins son calme au micro de Bein Sports en analysant intelligemment la rencontre.

Dans ce match en effet, chaque équipe a eu sa mi-temps, ou plutôt ses 10 minutes. Et si Cesson-Rennes a littéralement illuminé le premier acte (19-12), le Fenix a réussi un retour fantastique en deuxième mi-temps, montrant un tout autre visage. Pendant les 30 premières minutes, les Haut-Garonnais ont souffert. Tout de suite nettement derrière au score (4-0, à la 5e), les joueurs de Danijel Andjelkovic parviennent cependant à ne pas lâcher totalement et sont ainsi encore dans le coup à la 20e minute sur un but de Téo Jarry (11-10). C’est le moment où Cesson accélère violemment, infligeant un 8-2 juste avant la pause (19-12, MT). Toulouse semble dépassé, voire épuisé, ce que semble avoir décelé Florian Delecroix (3/4) au micro de Bein : “On essaie de jouer rapide car on sait qu’ils ont joué avant-hier.”

Hugo Kamtchop-Baril (Cesson-Rennes Metropole HB)

En deuxième mi-temps, les Toulousains reviennent sans doute un peu secoués par le discours de leur coach. La base arrière sans gaucher (Balenciaga-Gilbert-Feuchtmann) se met à trouver des solutions. Les arrières retrouvent le chemin des filets, à l’image de Feuchtmann (8/12) notamment, mais également leurs pivots (4 buts pour Pettersson et 2 pour Wagner). En plus de ses trois magiciens en attaque, Toulouse peut compter sur Jef Lettens dans les buts. Le gardien va finir le match avec 15 arrêts, en ayant stoppé 38 % des tirs adverses. Une nouvelle grosse performance.

Il n’aura donc finalement pas manqué grand chose à Toulouse pour s’imposer. Revenus à égalité à la 41e minute (19-19), les joueurs de la ville rose ne lâchent pas l’affaire malgré un regain de forme côté Cesson (22-19, 45e). Malgré leur manque de rotation, ils tiennent le choc et mènent à la 59e minute grâce à un joli but de Téo Jarry (26-27). Cesson réussit à égaliser grâce au très bon Kamtchop-Baril (27-27, 59’32″”). La dernière possession est un peu confuse et aurait pu déboucher sur un jet de 7 mètres à la suite d’une faute sur Edouard Kempf. Finalement, les arbitres accordent un 9 mètres pour une faute en amont de l’action. Les deux équipes se séparent sur un nul (27-27). Cesson est temporairement 2e du classement avec 11 points tandis que Toulouse est 11e avec 7 points.

DUNKERQUE ET LIMOGES BATTENT LES PROMUS

Dans les autres matchs de la soirée, Dunkerque et Limoges ont battu les promus. Limoges n’a pas douté face à Saran et a mené toute la rencontre (32-26). Les hommes du nouveau coach Ratsko Stefanovic ont pu compter sur leurs anciens avec 14 buts pour Gajic et 11 arrêts à 38 % pour Idrissi. Le Slovène bat ainsi son record de nombre de buts lors d’un match. En face, malgré les 9 buts de Sevaljevic et les 6 buts du remuant Fadhuile, Saran a globalement souffert. Les Saranais restent à 4 points tandis que Limoges s’offre un peu d’air avec 7 points, remontant à la 10e place.

Dragan Gajic (Limoges Hand 87)

Nancy nourrira beaucoup plus de regrets en revanche en revenant du Nord. Les Lorrains ont fait jeu égal avec Dunkerque mais sont tombés sur un excellent Valentin Kieffer en 2e période (8 arrêts à 47 %) venu au relais de Samir Bellahcene plutôt bon aussi (6 arrêts à 30 %). Nancy a proposé de belles choses, à l’image de ce magnifique kung-fu d’Ogando (22-20, 49e). L’ailier gauche auteur de 5 buts a mené les siens en attaque, bien aidé par Asgeirsson (6 buts) ou encore la puissance de Luka Groff (4 buts). A Dunkerque, Imare, Pelayo et Pujol (5 buts chacun) ont réussi à prendre le dessus sur Ivezic pourtant en forme (13 arrêts à 36 %).

Dunkerque, en gérant mieux le dernier quart d’heure, s’impose par la plus petite des marges (24-23). Les Nordistes distancent ainsi leurs adversaires du soir. Ils ont 6 points tandis que Nancy n’en a que 4.

 

Tristan Paloc

 

23 CommentairesPoster un commentaire

  1. Un handballeur - le 12 novembre 2021 à 23h51

    La match de Limoges – Saran on a pas fini dans entendre parler. Saran a porté réclamation suite à des décisions litigieuses il me semble. L’arbitrage pas top …

    • drauglin09 - le 13 novembre 2021 à 08h26

      Je n'ai pas vu les images de Limoges mais Nancy, carton rouge du pivot portugais après 20 secondes de jeu… Le mec va au contre et un peu maladroitement plus que par volonté de faire mal, ses mains heurtent le visage du tireur. Expulsé… Ok, faut protéger les joueurs, mais un carton rouge quand c'est évident que le mec ne veut pas faire mal, ça devient de la dinette ce sport. Suis sur que si c'est un Karabatic ou un Porte qui fait ce geste, il a au mieux 2 minutes voire un carton jaune.
      Bref, dur d'être un promu, c'est zero respect.

      • fifou - le 13 novembre 2021 à 09h12

        https://youtu.be/HfPAAGitC2U?t=746
        Limoges-Nancy tarte dans la gueule c’est rouge direct quelque soit l’intention ! Rouge mérité donc, les arbitres ont bien appliqué le règlement !
        Next !

Afficher tous les commentaires

Comments are closed.

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).