LMS – J15

Paris arrache le choc à Nantes

Andreas Palicka (Paris Saint-Germain)

Sur un ultime arrêt sur penalty d’Andreas Palicka, Paris accroche un succès de prestige devant plus de 10000 spectateurs à Nantes (32-33). Le PSG passera la trêve en tête du championnat en compagnie de Montpellier.

Cette fin de première partie de saison est à forts rebondissements, pour le plus grand bonheur des suiveurs, et pour le malheur, ce mercredi soir, de Nantes. Devant 10322 spectateurs pour un match délocalisé à la Neodiff XXL, les Violets ont été battus sur un fil par le Paris Saint-Germain (32-33). Les Parisiens, pourtant privés de Luc Steins, ont dû faire face à un Thibaud Briet aussi XXL que la salle (10 buts), mais ont livré une prestation de grande qualité collective avec un bon apport des jeunes de l’équipe. Surtout, le PSG peut remercier son gardien Andreas Palicka, auteur de l’arrêt décisif à la dernière seconde de la rencontre.

Nantes part bien, mais moins constant que Paris en première période

David Balaguer (Paris Saint-Germain)

Nantes a pris le match par le bon bout en mettant d’entrée le PSG à trois buts (4-1, 5’). Les Parisiens, mis en difficulté par les deux sanctions de deux minutes prises très tôt par Luka Karabatic (1’ ; 13’) subissent le début de rencontre face au jeu nantais bien développé par Rok Ovnicek, mais ils restent au contact au score, qui tourne autour de deux buts d’écart pour les locaux. La sortie prolongée du meneur slovène après un choc peu après son troisième but de la partie (10-8, 17’) a perturbé les plans de Grégory Cojean, Lucas de la Bretèche trouvant moins de solution sur la fin de la première période. De son côté, le PSG monte en puissance, avec un bon Sadou Ntanzi qui compense bien l’absence de Luc Steins et trouve des solutions, et notamment Gautier Loredon, à qui Raul Gonzalez donne du temps de jeu pour ménager Luka Karabatic. Suite à un lob audacieux de David Balaguer sur Viktor Hallgrimsson, Paris prend pour la première fois l’avantage (12-13, 25’), et ne creuse pas davantage son avance avant la pause (16-17, 30’).

Paris contrôle malgré un Thibaud Briet tout feu tout flamme

Thibaud Briet (HBC Nantes)

Au retour des vestiaires, Nantes profite des arrêts de Manuel Gaspar, enfin chaud. Alors qu’il n’y avait eu que 3 arrêts de gardien en première période, le portier portugais en réalise cinq en sept minutes et permet aux siens de reprendre l’avantage (20-18, 37’). Mais Paris parvient à garder la tête froide et une certaine stabilité dans sa réussite dans le jeu d’attaque. L’orage Gaspar passé, ils reprennent l’avantage grâce à Ferran Solé (23-24, 43’). Le PSG reste concentré tant en attaque, avec une belle efficacité sur des actions rapidement exécutées, et en défense grâce à un système 5-1 qui porte ses fruits, Mathieu Grébille étant bon à la pression sur la pointe de la défense (26-28, 47’). Nantes peut pourtant compter sur un grand Thibaud Briet, parfois un peu seul dans ce moment du match en attaque. Le Rouennais fait le spectacle et marque dix buts, la meilleure performance offensive de sa carrière, tout en chauffant les plus de 10000 spectateurs qui n’attendent que ça.

Une fin de match folle

Elohim Prandi (Paris Saint-Germain)

Les ingrédients du grand match sont tous présents, et le retour au score des Nantais dans les dix dernières minutes sur un tir fantastique d’Alexandre Cavalcanti (29-29, 53′) permet à la salle pleine de vibrer et de pousser son équipe. Mais Paris fait preuve d’une grande résilience. Sadou Ntanzi montre toute sa valeur en marquant un superbe but suite à un demi-tour-contact, puis en couronnant de succès une bonne contre-attaque (30-32, 56′). Nantes parvient à revenir, et égalise grâce à Jorge Maqueda, jusqu’ici plutôt discret, à une minute du terme (32-32, 59′). Elohim Prandi parvient à marquer à vingt secondes du terme, mais Nantes a la balle d’égalisation. Une mauvaise défense de Dainis Kristopans, les pieds en zone, offre un sept mètres à Valero Rivera. L’Espagnol, battu peu de temps avant sur un face à face contre Andreas Palicka, et qui s’était déjà incliné sur un de ses sept mètres en première période (contre 4 penaltys réussis), échoue sur son dernier tir, alors que le chrono était écoulé.

Paris parvient à accrocher la victoire (32-33) grâce à la réussite de son gardien suédois. Une victoire extrêmement importante pour le groupe de Raul Gonzalez, qui parvient à retrouver la tête du championnat avec Montpellier. Nantes passera la trêve en embuscade derrière le duo de tête.

Mickaël Georgeault

45 CommentairesPoster un commentaire

  1. Martial - le 21 décembre 2022 à 22h40

    Quel beau match ! Nous sommes gâtés ces derniers temps. Paris a vraiment bien joué malgré l absence de steins. On a retrouvé un bon luka karabatic (mais perdu niko assez discret et maladroit sur cette partie). Kristopans excellent encore. Ferran sole très bon et un Prandi important dans le jeu et impeccable dans l attitude. Grébille a assure en 1-5 et ntanzi a réalisé son meilleur match depuis longtemps. Nantes a eu du mal à trouver un équilibre et une répartition du jeu qui ne repose pas que sur briet.

    Dommage de n avoir pas cherché un peu plus Toto à l intérieur. Monar ne joue pas beaucoup et ne représente pas une alternative en ce moment. Bref victoire méritée des parisiens avec une partie plus carrée et tactiquement aboutie.

    On va avoir une chouette seconde partie de saison. Et un beau Mondial en attendant.

    • NICOLAU - le 22 décembre 2022 à 10h18

      Ntanzi a bien profité de son temps de jeu en faisant un super match.Et Loredon une belle découverte il confirme ses bonnes prestations.Avec un super man Briet.Rien n’est perdu pour Nantes mais faudra plus perdre des points en route.On a assister à 2 derniers matchs intense et serrer avec les 3 predendants au titre.Et malgré les blessés.Place a l’EDF maintenant en espérant autant de matchs intense et serrer avec une 7 ème étoiles au bout…

  2. HandForLife - le 21 décembre 2022 à 22h43

    Match très plaisant. Un PSG même amoindri reste quand même un gros morceau à jouer. Briet a semblé parfois un peu seul côté nantais, mais quel joueur !
    La seconde partie de championnat s’annonce palpitante.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).