Recherche

Pas de résultat

Veuillez taper au moins 3 caractères...

LMS (J6)

Toulouse déroule contre Aix, Limoges s'impose d'une courte tête

, par Omeyer

ILIC Nemanja (Fenix Toulouse Handball)

Fort de sa victoire contre Cesson (32-24), le FENIX recevait un PAUC frustré par sa défaite face à Chartres. Défait de peu contre Nîmes, Saran cherchait absolument à prendre d'importants points face à Limoges. Toulouse fait le plein de points tandis que Saran s'incline sur la plus petite marche.

Un FENIX diesel dispose d'Aix

Ce sont les visiteurs qui font le show en ce début de rencontre en passant rapidement à +3, bien emmené par un Romain Lagarde des grands soirs (0-3, 3'). Bousculés en attaque et pris de vitesse en défense, les toulousains voient l'écart se creuser de plus en plus au point de poser un temps mort au bout de seulement neuf minutes de jeu (2-7, 9'). Le temps mort a fait du bien aux hommes de Daniel Andjelkovic qui recollent progressivement au score et surtout défendent mieux, proposant une organisation plus haute et plus agressive. Les entrées de Bakary Diallo et de Baptiste Briet posent problème aux Aixois, perdant plusieurs ballons en attaque (8-9, 18'). "On a changé le dispositif en défense et c'est là qu'on est venus récupérer des ballons" (Daniel Andjelkovic).

Par deux fois sur jet de sept mètres, le vice-capitaine remet les siens à égalité et donne même l'avantage sur un troisième consécutif, après l'exclusion définitive d'Adrien Vergely. La tendance a tourné en faveur des locaux, désormais à +3, toujours emmené par Nemanja Ilic. Les arrêts de Jef Lettens permettent au FENIX de rentrer à la pause avec une avance de quatre buts (16-12, 30').

Tout roule pour le FENIX, désormais à +5. Seule ombre au tableau lors de cette seconde période, c'est l'indiscipline des occitans puisque Uros Mitrovic est exclu définitivement tandis qu'Edouard Kempf est exclu temporairement. Malgré cette double réduction, les locaux conservent leur avance mais commencent à voir Aix recoller petit à petit (22-20, 43'). Revenus à cinq buts d'avance, les locaux vont gérer leur avance et même continuer d'accroitre l'écart dans les dix dernières minutes, la faute à une défense aixoise prise de vitesse et vont réaliser une très bonne opération, dans un match pourtant mal embarqué (33-26, score final). "On a vu la différence entre une équipe qui se cherche et une équipe qui est rodée. On est un peu en interrogation et dès qu'on a un coup de moins bien, on plonge tous" (Wesley Pardin, gardien du PAUC).

Limoges prend deux précieux points à Saran

Après un départ sur les chapeaux de roue, c'est Limoges qui a pris les devants pour ne pas les lâcher. Bien aidés par Tomislav Kusan, les limougeauds prennent une petite avance de deux buts (12-14, 20'). La bonne entrée de Gauthier Ivah permet de contenir les assauts de Saran, qui peine à trouver des solutions offensives. L'ancien portier de Cherbourg plonge les Septors dans une disette de buts.

Malgré la bonne rentrée d'Ivan Panjan, Saran va voir les hommes d'Alberto Entrerrios rester hors de portée. Ewan Kervadec et Matej Hrstic font le show dans le second acte et profitent des trop nombreuses pertes de balles des saranais. Malgré un écart réduit à la plus petite marche, Saran va s'incliner face à Limoges (31-32, score final).

 
TUZOLANA Junior-Cesson Rennes

Dijon s'incline, Créteil et Saint-Raphaël se neutralisent

Même si Dijon à domicile démarre bien le match en prenant l’avantage tôt dans la rencontre (4-3, 5’), il aura suffit d’une accélération des Cessonnais pour reprendre la main sur le match (4-7, 10’). Pourtant, à l’instar de Jules Lignieres, les Dijonnais ne lâchent rien et recollent au score (9-9, 18’). Mais bis repetita et les Bretons s’envolent en prenant 4 buts d’avance (12-16, 30’). Après la pause, les coéquipiers d’Arthur Pecaud reviennent avec de nouvelles intentions et infligent un 5-0 à Cesson pour mener à nouveau (17-16, 36’). Sous l’impulsion de leur ailier gauche Junior Tuzolona (10/10 100%), les irréductibles défendent mieux laissant des dijonnais sans solutions (24-27, 50’). Les Bretons vont conclure la rencontre tout en maîtrise (29-33, score final).

 

C’est un match ultra offensif qui démarre à Créteil face à Saint-Raphaël où les deux équipes se rendent coup pour coup. C’est Créteil qui fait le break en premier (10-8, 12’) avant que la machine Micke Brasseleur (7 buts) ne se mette en route, offrant l’avantage à ses coéquipiers (18-19, 28’). La deuxième mi-temps repart avec des Cristoliens conquérants qui reprennent 3 buts d’avance (25-22, 33’). Les béliers pensaient avoir fait le plus dur dans ce match grâce à une paire de gardien sensationnels (37-33, 56’). Mais une remontée fantastique est menée par Saint-Raphaël, Johannes Marescot en fer de lance (9/11 82%). Inspiré et précis face au but, le pivot permet aux siens d’accrocher un match nul (37-37, score final).

 

Théo Alleaume et Aurélien Fort

Prochain match TV

Slovénie

18:00

Jeu. 29 Fév.

France

Voir le programme TV
0 0 votes
Évaluation de l'article
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x