Pro D2 – J11

Billère confirme, Dijon et Saran en embuscade

vergely-billère2.jpg
Billère passera une nouvelle semaine à la première place de Pro D2 grâce à son succès sur le parquet d’Istres (26-29). Saran a également confirmé en ne faisant qu’une bouchée d’Angers (35-22) tandis que Nancy est reparti de l’avant contre Besançon (36-28), tout comme Dijon à Pontault (27-33). Toujours pas de victoire pour Valence, englué à la dernière place.

L’affiche du week-end

Credit photo : Guillaume Boitiaux

Credit photo : Guillaume Boitiaux

Entre Istres, ancien pensionnaire de LNH avec le plus gros budget de Pro D2, et Billère, tout nouveau leader, le choc au sommet de la 11ème journée s’annonçait passionnant. Victor Donoso ne l’avait pas caché cette semaine sur notre site : les billérois pensent clairement à la première place du classement. Ils devraient encore plus l’avoir en tête suite à leur belle victoire en terre provençale (26-29).

Les joueurs d’Aitor Etxaburu ont une nouvelle fois démontré leur force de caractère et leur abnégation, ne s’avouant jamais vaincus. Ils étaient pourtant menés de quatre buts à 13 minutes de la fin (24-20, 47’). Istres venait en effet de mettre son emprise sur le match, sans laisser la moindre opportunité à son adversaire de prendre les commandes. Mais un 4-0 de Vergely, Crépain, encore Vergely et Verdier va tout changer (24-24, 52’). Querin en remet une couche juste après avec un doublé qui plonge Istres en plein doute.

Les istréens voient alors le match leur échapper, alors qu’ils avaient fait la course en tête jusque là (14-13 à la pause). Seuls Tricaud et Massot-Pellet parviendront à marquer lors des 12 dernières minutes. Cette absence de réussite offensive se paye cash pour l’équipe de Gilles Derot, qui doit s’incliner face à un adversaire direct dans la course à la montée (26-29). Et dire que c’est Dijon qui se présente sur la route d’Istres lors de la prochaine journée …

Le joueur du week-end

Ducreux NancyUn sans-faute en forme de note parfaite pour Yann Ducreux vendredi soir avec Nancy, qui a littéralement terrassé Besançon (36-28). Avec une telle performance et une présence de tous les instants sur le front de l’attaque nancéenne, l’ailier gauche est le meilleur joueur de cette 11ème journée de championnat.

Battue la semaine passée par Mulhouse (33-28) après une belle série de six matches sans défaite, l’équipe de Stéphane Plantin a retrouvé le chemin de la victoire. Et comment ! Face à Besançon, en perte de vitesse depuis quelques semaines après un début de championnat tonitruant, Nancy a toujours eu la maîtrise de la rencontre. Jamais les nancéens n’ont semblé pris au dépourvu face à un adversaire privé de plusieurs joueurs mais qui a surtout montré des signes de faiblesse en défense. Très vite, dans le sillage de Ducreux et Dieme, l’ASPTT fait le break (6-2, 7’). La défense individuelle sur Dieme n’y change rien : le GBDH n’est pas dans son assiette face à une équipe qu’il connaît pourtant très bien. L’écart gonfle au fil des minutes (12-5, 13’) avec notamment Mayayo à la finition. A la pause, il n’y a déjà presque plus de suspense (23-15).

Besançon redonne du rythme à son match en seconde période, en haussant son niveau de jeu et en serrant les rangs en défense. Après avoir encaissé 23 buts lors des 30 premières minutes, l’urgence était de retrouver davantage de sérénité. En attaque, Bedel et Gros font le boulot (27-23, 41’). On imagine alors la rencontre totalement relancée, mais Nancy profite notamment du retour de Potteau dans les cages pour reprendre de l’air (30-24, 45’). L’équipe de Stéphane Plantin ne tremble pas dans le dernier quart d’heure et s’impose de huit buts (36-28).

Les autres rencontres

Cramoizy MassyLes semaines se suivent et se ressemblent pour Valence. Les joueurs de Milorad Davidovic ont été battus pour la onzième fois de suite, cette fois-ci par Massy (26-33). Les coéquipiers d’Obradovic avaient pourtant donné le change lors de la première période. Malgré un premier avantage pour Massy (4-7, 11’), les valentinois ne s’affolent pas et reviennent progressivement au tableau d’affichage (8-8, 17’). Un véritable mano à mano commence alors entre les deux formations. Aucune ne craque avant la pause, Cramoisy et Carnier répliquant à Roby et Nebois (11-12, 22’). A la mi-temps, Massy passe en tête de justesse (14-15). Les ennuis commencent au retour des vestiaires pour la lanterne rouge de Pro D2. Un 3-0 adverse annonce la couleur (14-18, 34’). Cramoisy et Réault enfoncent le clou quelques minutes plus tard en concluant un 5-0. La messe est dite (16-24, 43’). Kankaras tente bien de secouer le cocotier mais Massy a fait le plus dur. La formation de Benjamin Braux s’impose de sept buts (26-33).

ProD2 - Saran HB - MUYEMBO-NSAHLes sourires n’auront duré que l’espace d’une semaine sur les visages des joueurs d’Angers. Oubliée la victoire contre Valence à domicile (27-24) : c’est une nouvelle claque que les joueurs de Laurent Sorin ont reçu vendredi. Saran s’est en effet imposé de 13 buts (35-22). Le promu a mené la rencontre de main de maitre, se mettant à l’abri au score après seulement 15 minutes de jeu (9-2, 15’). Encore une fois, la défense angevine est aux abonnés absents et prend l’eau de toute part face aux attaques de Muyembo ou encore Drouhin. Heureusement pour les angevins, l’attaque retrouve des couleurs avec Plaza-Lara, auteur de son seul but (12-6, 22’). A la pause, Angers est dans les cordes (15-9). Lettens est toujours aussi précieux dans les buts de Saran, annihilant bon nombre d’attaques adverses (16 arrêts). Les contres menés notamment par Drouhin font mal à l’avant dernier de Pro D2 (24-15, 42’). Saran se dirige tout droit vers son septième succès de la saison sans qu’Angers ne montre la moindre résistance (35-22).

Leriche-CherbourgPour ses retrouvailles avec son ancienne équipe, Laszlo Fulop a écœuré ses anciens coéquipiers. Le portier de Cherbourg a réalisé 19 arrêts, à près de 50% de moyenne. Une performance de haut vol qui a permis à sa formation de l’emporter face à Sélestat (23-21). L’intensité n’a pas manqué dans cette rencontre où les défenses ont souvent pris le pas sur les attaques. Devant plus de 2.600 personnes, ce sont Savic et Martin qui plantent les premières banderilles. Très vite, Cherbourg réagit avec Calandre ou encore Manebard (3-3, 9’). Les buts sont peu nombreux, ce qui n’empêche pas les deux équipes de proposer un duel accroché. Sélestat et Cherbourg se rendent ainsi coup pour coup pendant les 30 premières minutes (9-9 à la pause). La suite est du même acabit pendant dix minutes (13-14, 40’). Cherbourg fait alors lever son public en inscrivant un 4-0 en quelques minutes (17-14, 46’). Le duel prend une autre tournure, mais le SAHB relance le suspense dans les dernières minutes (21-20, 56’). Il faudra attendre un dernier but de Soudani pour libérer la JS (23-21).

Ciobanu Mulhouse 2Et de trois pour Mulhouse ! Les mulhousiens ont remporté leur troisième match de rang en s’imposant de cinq buts (31-36) contre Limoges. Les joueurs de Brahim Ighirri ont fait valoir leur supériorité contre un promu limougeaud qui peine à confirmer ses victoires de fin octobre. Avec un effectif quasi au complet, le MHSA a d’abord dû se montrer patient avec de déborder son adversaire dans les dernières minutes de la première période. Serrano et Gallotte sont imités quelques instants plus tard en attaque par Aubard et Aitsahalia (6-6, 11’). C’est alors le moment choisi par Mulhouse pour passer la vitesse supérieure. Dans le sillage de Gallotte et Becirovic, les visiteurs créent un premier break (8-13, 18’). Quelques arrêts de Ciobanu permettent également aux alsaciens de compter 6 longueurs d’avance à la pause (12-18). Les joueurs de Nenad Stanic retrouvent des couleurs en seconde période. Ils se montrent davantage en réussite en attaque et mettent plus de pression sur Mulhouse (21-23, 41’). Ce retour des limougeauds au tableau d’affichage sonne comme un signal pour le MHSA qui repart au combat et fait à nouveau le trou (24-30, 49’). Le promu ne reviendra pas.

La 11ème journée de Pro D2 se terminait samedi soir par le match entre Pontault-Combault et Dijon. Après une première période très équilibrée (15-15) où les deux équipes se sont rendues coup pour coup, Pontault a totalement craqué. Dijon a alors déroulé, profitant des espaces dans la défense adverse. Kuduz a été dans tous les bons coups. Le résumé complet du match avec les réactions de Vincent Moreno et Jackson Richardson est à retrouver ici.

Olivier Poignard

Pub Espace Pronos Proligue

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves