Challenge Cup (F) – 1/8

A la découverte du Yellow Winterthur

Pour sa deuxième année d’existence et autant de participations en Challenge Cup, l’UMB-B rencontrera à nouveau une formation suisse ce week-end sur la scène européenne. Après avoir éliminé Bâle en huitièmes de finale l’an dernier (45-22 / 43-25), les filles d’Emmanuel Mayonnade devront écarter le Yellow Winterthur, au même stade de la compétition, pour continuer l’aventure continentale. Découverte.

Yellow

Commençons par une évidence. Le club étant baptisé “Yellow Winterthur”, les joueuses jouent donc avec des maillots jaunes. Voilà. Ce secret désormais dévoilé, attardons nous sur l’histoire de cette entité helvète.

Le club a été fondé en octobre 1961 et la première équipe senior fut baptisée “Vikings”. Elle regroupait plusieurs étudiants issus de la même école supérieure basée à Winterthur. Malgré des débuts compliqués, l’équipe masculine s’est rapidement développée pour atteindre, en 1977, la première division suisse. Elle y est restée jusqu’en 1982 avant de redescendre dans la division inférieure. Aujourd’hui, le club évolue toujours en MNLB, au deuxième échelon national (ne pas confondre avec le Pfadi Winterthur qui, lui, joue en MNLA). Les féminines du club ont connu un parcours sportif moins tortueux que celui de leurs homologues masculins. Depuis leur accession au plus haut niveau national en 2009/2010, le Yellow Winterthur ne cesse de surprendre et de décrocher des places qualificatives pour les diverses compétitions européennes. De plus, l’équipe réserve et la troisième équipe du club évoluent respectivement en deuxième et troisième division suisse.

Sandro_Bou

Sandro Bou, l’entraîneur de Winterthur.

La saison 2011/2012 reste la saison la plus aboutie pour le club du président Marco Beugger. Finaliste de la Coupe de Suisse, le Yellow Winterthur, après une défaite honorable contre le LC Brühl (24-30), avait décroché son ticket pour disputer la Coupe des Vainqueurs de Coupe l’année suivante. Il y avait été éliminé par les Turques d’Izmir au troisième tour (30-41 / 27-28). L’an dernier, Winterthur avait été éliminé en demi-finale de la coupe nationale et avait terminé sixième du championnat.

Cette année et après quatorze journée, le Yellow Winterthur pointe à la sixième place du classement général avec huit points au compteur. “Il nous manque quatre points par rapport à notre plan de marche, regrette Sandro Bou, l’entraîneur suisse. Durant la première partie de saison, nous avons perdus des unités à cause de la jeunesse et du manque d’expérience de mon équipe. Mais j’ai senti les filles progresser tout au long de la saison et se trouver de mieux en mieux sur le terrain.” Preuve en est, samedi dernier, les Jaunes ne se sont inclinées que de cinq buts contre le leader, Spono Nottwill (24-29). “Un match très satisfaisant, savoure le technicien helvète. D’autant plus qu’il a permis aux filles d’emmagasiner de la confiance avant d’affronter l’UMB-B“. L’objectif du club, malgré ce début de saison compliqué, reste d’accrocher la quatrième place du classement final.

Mais, une nouvelle fois, le rapport de force entre la formation française et son adversaire semble déséquilibré. “Mais attention, prévient Manu Mayonnade, l’entraîneur unionnais. On s’était déjà un peu enflammés lors du tour précédent face à Schuler et nous étions passés proches de la catastrophe (29-28 / 32-31 tab). Alors, ne faisons pas la même erreur. Même si le rapport de force semble favorable, il faudra jouer le jeu dès les premières minutes du premier match.

Murer

L’UMB-B devra notamment se méfier de Jennifer Murer.

Au tour précédent, justement, Winterthur avait éliminé une autre équipe suisse, le DHB Rotweiss Thun (17-16 / 23-18), actuel quatrième du championnat local. “Nous savions que Thun tournait régulièrement avec sept joueuses majeures, explique Sandro Bou. Grâce à une grosse défense et à notre jeu de transition, nous sommes parvenus à faire la différence. De toute façon, et nous le savons, ces deux aspects seront essentiels si nous voulons espérer quelque chose face à l’UMB-B.” Le jeu des Jaunes s’appuie beaucoup sur la rapidité de son ailière gauche Jennifer Murer, actuelle meilleure marqueuse de son équipe en championnat avec 63 buts passée par toutes les sélections jeunes du pays. “Sur les vidéos que j’ai pu voir, cette joueuse pourrait prétendre, je pense, à jouer en LFH, souligne Manu Mayonnade. C’est le plus gros danger de cette équipe. Cependant, je crois que Winterthur sait très bien jouer sur ses qualités, notamment en courant énormément, et semble proposer un plan de jeu cohérent. C’est une équipe intelligente.” Autres forces de cette équipe, sa base arrière composée de la demi-centre Julie Casartelli, également membre des U20 suisses, de l’arrière gauche Ria Jugovic, et de la Danoise Kamilla Andersen mais aussi sa pivot et tireuse de pénalty autrichienne Jacqueline Toifl.

Une fois n’est pas coutume, l’UMB-B ne se déplacera pas pour cette double confrontation en Challenge Cup et accueillera les deux rencontres dans le bassin bordelais. “C’est une superbe opportunité pour nous, explique Manu Mayonnade. Nous jouerons trois de nos cinq derniers matchs à domicile en championnat et proposer des affiches européennes peut permettre de fidéliser encore davantage notre public. C’est aussi pour cette raison que nous nous devons de faire deux bons matchs pour faire plaisir à nos supporters.

Vendredi 6 février à 20h30 (Gymnase Duhourquet – Bègles) : Yellow Winterthur – UMBB
Samedi 7 février à 20h30 (Salle de la Verrerie – Biganos) : UMBB – Yellow Winterthur
Arbitres : Tomas Barysas et Povilas Petrusis (Lituanie)

HandNews & CasalHand

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).