EHF CL – J1

Du lourd en entrée

Hansen PSG 6

Pour leurs retrouvailles avec la Champions League, le PSG et Montpellier vont tout de suite entrer dans le vif du sujet. Face à deux habitués de la compétition qui se sont considérablement renforcés cet été, il va falloir être solide pour s’imposer.

Serdarusic PSG 3“Il n’est pas d’animal plus dangereux qu’un lion blessé”. Tel sera le proverbe que les Parisiens devront avoir en tête samedi après-midi à l’heure d’entrer sur le terrain de la Flens-Arena pour y affronter le SG Flensburg-Handewitt. Car si le PSG est invaincu en match officiel depuis la reprise, leurs adversaires restent sur deux défaites en championnat, auquel on peut ajouter une prestation des plus compliquées il y a dix jours à Hambourg (22-21). Melsungen (32-33), Wetzlar (21-24), les noms n’ont pourtant rien de bien impressionnant, mais deux fois en quatre jours, les hommes de Ljubomir Vranjes n’ont pas réussi à l’emporter. “Je ne suis pas sûr que le fait qu’ils aient perdu leurs deux derniers soit vraiment bien pour nous” anticipait déjà Luka Karabatic après la victoire à Ivry mercredi. “Jouer là bas n’est pas facile, il y a une grosse ambiance, cette salle est une forteresse et si en plus les joueurs sont touchés dans leur orgueil, ça va être un enfer”. Un enfer que les anciens Kielers Thierry Omeyer, Nikola Karabatic, Daniel Narcisse et Noka Serdarusic (qui a coaché le SG pendant trois saisons dans les années 90) connaissent bien. En sept passés sur les bords de la Baltique, le gardien de l’équipe de France ne s’est incliné que trois fois chez le voisin Flensburger mais s’attend à un “gros gros match”, face à une équipe qui a remporté la Champions League en 2014 et qui aura à cœur de se racheter devant son public.

Andersson-Eggert-Glandorf, des joueurs qui peuvent faire basculer un match

Andersson FlensburgL’opposition de style, en tout cas, risque d’être totale. Les petits gabarits de Flensburg, à l’image de Thomas Mogensen ou de Rasmus Lauge Schmidt, vont devoir s’armer de courage au moment de franchir la muraille des frères Karabatic. Et c’est finalement là où le bat du recrutement de Vranjes, pourtant si alléchant sur le papier, blesse. Tous les joueurs de sa base arrière (Mogensen, Gottfridsson, Lauge, Mahé) sont d’excellents manieurs de ballons et dévoreurs d’intervalles, mais peinent à apporter un réel danger au delà des 9m. Et face à une défense 0-6, comme proposera sans Noka Serdarusic, Holger Glandorf risque bien d’être une nouvelle fois d’être le seul véritable dynamiteur longue distance, puisque Petar Djordjic reste assis sur le banc depuis le début de la saison. N’allons pas quand même jusqu’à conclure que pour Paris l’affaire est déjà dans le sac, loin s’en faut ! “Flensburg a gagné la Champions League il y a deux ans, ils font partie des favoris pour le titre, on commence chez eux, c’est du lourd” avertit Luka Karabatic. “On est prêts, et on va pouvoir se jauger d’entrée pour savoir où on en est”. Se jauger face à Mattias Andersson, parmi les tout meilleurs gardiens du continent, face à la paire d’ailiers danois Svan Hansen-Eggert, véritables machines à marquer des buts et face aux coups tactiques de Ljubomir Vranjes, qui avait bien failli rejoindre le projet parisien il y a deux saisons. Voilà ce qui attend le PSG pour son premier obstacle sur la route de Cologne. Et si on vous dit que, sur les trois dernières saisons, seuls trois équipes ont réussi l’exploit de s’imposer à la Flens-Arena (Hambourg, Barcelone et Kiel) et que sur ces trois, deux ont fini sacrées à la Lanxess Arena, une victoire demain pourrait être un premier bon présage.

SGF-PSG-COMPO

Le Vardar s’est donné les moyens d’aller à Cologne

Crédit photo : SEHA League

Crédit photo : SEHA League

Si le recrutement du PSG et de Flensburg est quantitativement et qualitativement impressionnant, celui du Vardar Skopje, qui se déplacera à Bougnol pour y affronter Montpellier, ne l’est pas moins. Jugez plutôt : Jorge Maqueda, l’arrière droit espagnol que l’on connait bien, Dejan Manaskov, la petite pépite de l’aile gauche macédonienne, Aleksander Dereven, le jeune arrière gauche russe qui a explosé la saison dernière avec Chekhov, Luka Cindric, l’explosif demi-centre arrière croate…Tout ce beau monde a rejoint le vaisseau conduit par le président Sergey Samsonenko, qui a laissé partir ses deux compatriotes russes Mikhail Chipurin (Ivry) et Alexey Ratsvorsev (HC Vojvodina) dont le temps de jeu était de toute façon réduit à la portion congrue. “Nous avons cherché à améliorer l’équipe, comme nous le faisons tous les étés” reconnait le président sur le site internet du club. “Et pour l’améliorer, il faut aussi penser au futur. Nous avons donc focalisé notre recrutement sur des joueurs jeunes et de qualité”. Et après avoir été arrêté de justesse deux fois de suite en quarts de finale ces dernières saisons (par Flensburg au nombre de buts marqués à l’extérieur il y a deux ans, par Kielce la saison passée), le Vardar espère bien franchir les portes de la Lanxess Arena cette saison.

Saisir chaque opportunité de prendre des points

Crédit photo : SEHA League

Crédit photo : SEHA League

Les Montpelliérains auront fort à faire face à une équipe qu’ils ont déjà croisé la saison dernière. Si ils avaient obtenu le nul à domicile (34-34), ils s’étaient inclinés dans les Balkans (26-30). Sans Diego Simonet, encore absent pour quinze jours, sans Vid Kavticnik, les rotations risquent encore d’être limitées côté héraultais. Si, bien sûr, une défaite ne remettrait aucunement en cause la qualification, il faudra quand même engranger le maximum de points à domicile, et il faudra batailler à chaque fois dans une formule de la Champions League encore plus relevée. “Tout le monde veut plus de matchs, le public, les télés…” nous confiait Rémy Lévy, le président du MHB cet été. “Mais on a va devoir encore plus tirer sur les joueurs”. La preuve qu’il n’y aura pas de petites équipes ? Kristianstad, pourtant sensé être le Petit Poucet, s’est imposé, dans le groupe B, face à Kolding, huitième de finaliste la saison dernière, 33-26.

Compo-LdC

Kevin Domas

Pub Espace Pronos EHFCL

2 CommentairesPoster un commentaire

  1. korogho - le 19 septembre 2015 à 12h36

    Premier vrai gros test pour Paris, qui a été plutôt mitigé en prépa contre Kielce et Vezprem. En tout cas, j'ai hâte de voir le combat de gardiens Andersson – Omeyer. Deux styles complètement différents, mais du spectacle à coup sur.

  2. Sasori9 - le 19 septembre 2015 à 19h17

    marre de ce forum qui s'autoactualise…..

    Je vais faire court : PSG offre un boulevard très large aux Flensbourg avec des gardiens inexistant. Premier match catastrophique !

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).