EHFCL (F)

Fleury grille son joker

Pineau Baia Mare
Après s’être inclinées de la plus cruelles des manières face aux Roumaines de Baia Mare (17-18), les filles du Fleury Loiret Handball sont désormais en mauvaise posture pour se qualifier pour les quarts de finale de la Champions League.

Le scénario n’aurait pas pu être plus cruel pour le Fleury Loiret Handball. Devant au score pendant près de cinquante minutes, les filles de Fred Bougeant ont du s’incliner sur un tir à deux secondes de la fin d’Allison Pineau. Un tir à la hanche, copie conforme de celui inscrit deux minutes plus tôt, qui offre la victoire à une équipe de Baia Mare qui a lutté de bout en bout et profité des petites erreurs loiretaines pour rester dans le match et coiffer ses adversaires sur la ligne. Sans que le coach de Fleury n’ait trop de regrets quant au résultat final : “Je n’ai pas de regrets sur le résultat parce que Baia Mare est une grosse équipe taillée pour ce genre d’événements. J’ai quelques situations en tête qu’on ne gère pas bien mais je n’ai rien à reprocher à mes joueuses”.
Effectivement, il y a bien quelques ballons qui auraient pu être mieux négociées, comme ces deux balles perdues un peu bêtement par Elisabeth Chavez au cœur de la seconde période mais dans un combat de tous les instants, les détails ont souri aux Roumaines. Celles-ci auront eu le mérite de ne pas s’affoler après un début de match cauchemardesque. Menées 2-6 au bout de dix minutes, en échec sur une Darly Zoqbi dantesque, elles ont pris leur temps pour revenir dans le match, égalisant sur le gong de la pause (déjà), grâce à Lois Abbingh. “On a manqué de patience en début de match, on a perdu trop de ballons mais on a réussi à rester calmes” confiait l’arrière gauche néerlandaise, meilleure buteuse de son équipe avec six réalisations. “Elles aussi ont aussi ratés beaucoup de tirs, ce qui nous a permis de rester au contact.”

Allison Pineau, décisive dans le money-time

Zoqbi de Paula FleuryLa deuxième mi-temps a ressemblé à un combat de boxe, où les deux adversaires se sont rendu coup pour coup avant que l’un des deux ne tombe KO sur le gong. A chaque banderille d’Abbingh, Manon Houette répondait par un but, à chaque parade d’une Ungureanu en feu, Zoqbi faisait se lever le palais des sports avec une parade improbable. Et quand Tanasie a donné deux buts d’avance à Baia Mare à neuf minutes du terme (14-16, 51′), les Françaises ne se sont pas démontées, repassant devant, avant le final qu’on sait.
Une dernière action où Allison Pineau a pris ses responsabilités, elle qui a été surveillée comme “un Brownie au four”, dixit Fred Bougeant, pendant cinquante-cinq minutes. “On avait bien identifié que c’était elle qui avait chaud à Baia Mare” confirmait le coach de Fleury, tout en regrettant ne pas avoir été en capacité de l’arrêter sur la dernière action. La demi-centre de l’équipe de France a, elle, pris ses responsabilités et inscrit ses trois buts dans les dix dernières minutes. “J’ai bien senti que Fleury s’était adapté par rapport au match aller” explique-t-elle. “Je prends les deux tirs importants, j’ai l’expérience sur ce genre de match, même si je ne marque pas dans le jeu, le résultat final est le plus important. J’ai essayé de me re-concentrer sur la défense et j’ai attendu le bon moment pour prendre les tirs que j’avais à prendre”.

Fleury en fâcheuse posture

Bougeant FleuryCette défaite n’élimine pas Fleury, mais elle lui complique sérieusement la tâche. Désormais, deux choix s’offrent au club loiretain. Le plus simple ? Il gagne ses deux derniers matchs, à Rostov la semaine prochaine, et face à son adversaire direct Larvik dans deux semaines. Problème, les Russes sont invaincues depuis le début de la compétition, et les troupes de Fred Bougeant devront plutôt espérer une victoire de Ferencvaros en Norvège la semaine prochaine. Un scénario qui leur offrirait un véritable huitième de finale à la maison dans deux semaines face à Larvik, qu’elles ont dominé à l’aller (31-26).
“Y’a-t-il un coup à jouer à Rostov ? Sommes-nous plus libérées à l’extérieur ?” s’interroge le coach fleuryssois. “Il va falloir digérer le match de ce soir. On va aller à Rostov et voir ce qu’on est capable de faire. On va voir si Larvik est capable de gagner chez lui un gros match la semaine prochaine, si il y aura, ou pas, une finale pour nous. Tout ça, c’est encore très loin. Ce soir je suis surtout triste avec mes joueuses”. Baia Mare, en revanche, a désormais les cartes en main, comme le confirme Lois Abbingh : “Un match nul nous allait très bien, mais gagner ici est le scénario parfait. Il nous reste désormais deux matchs pour aller chercher la deuxième place et nous avons notre destin entre nos mains”.

FLEURY LOIRET HB – HCM BAIA MARE 17:18 (8:8)

FLEURY : Zoqbi de Paula (19 arrêts dont 1/4 pén), Foggea; Mino, Agathe (0/1), Kamdop (2/3), Houette (7/9 dont 1/2 pén), Chavez, Bruneau (0/2), Lopez (0/3), Doucouré, Nze Minko (1/3), Niombla (3/12 dont 0/1 pén), Deville, Cissé, Grimaud, Barbosa (4/10 dont 1/2 pén)

BAIA MARE : Munteanu, Ungureanu (17 arrêts dont 3/5 pén); Do Nascimento (2/7), Geiger (1/4), Tanasie (1/1), Pineau (3/9 dont 1/1 pén), Szucs, Abbingh (6/11 dont 2/3 pén), Parianu (1/2), Ardean (0/2), Jezic (4/8), Marin (0/1), Tatar, Preda, Nechita, Vizitiu (0/1)

A Orléans, Kevin Domas

HandNews nouvelle application
Pub Espace Pronos EHFCL

1 CommentairePoster un commentaire

  1. Sasori9 - le 15 février 2016 à 08h00

    Fleury retrouve ses mauvaise habitudes : tir raté. Et en plus elles tirent souvent à coté !:

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).