EHFCL (F)

Fleury, l’authentique exploit

Barbosa Fleury

Une seule équipe s’était imposée sur le terrain de Larvik depuis le début de la saison, les Russes de Rostov-Don. C’est donc une vraie performance qu’a réussi le Fleury Loiret Handball en s’imposant en Norvège hier soir (31-26).

Dans la course à la qualification pour les quarts de finale, ce sont deux points qui compteront certainement, à condition de les valider la semaine prochaine en gagnant face à Baia Mare à la maison. Mais quoi qu’il en soit, les filles de Fred Bougeant se sont mises dans des conditions idéales en l’emportant à Larvik, qui plus est en maitrisant parfaitement le match. En tête dès les premiers instants, comptant quatre buts d’avance après un quart d’heure de jeu (6-10, 16′) elles n’ont jamais lâché le morceau. Surtout, elles n’ont jamais laissé la gardienne adverse Sandra Toft se mettre dans le match. La récente championne du monde n’a rien pu faire face au retour en pleine forme d’Alexandrina Cabral Barbosa, pas passée loin du match parfait avec son 9/11 au shoot. Il n’y a bien qu’en première mi-temps que les Françaises ont un peu tremblé, courbant l’échine sous les coups d’une Nora Mork stratosphérique. L’arrière droite (12/17 au final) envoyait Gro Hammerseng-Edin donner l’avantage aux siennes pour la première fois de la partie peu avant la pause (12-11, 23′). Mais loin de se démonter, les Loiretaines repassaient devant à la pause (14-15, MT).

Un avantage parfaitement géré

Bruneau-FleuryFleury avait commencé le match tambour battant, il revenait sur le terrain de la même manière. Darly Zoqbi de Paula fermait la boutique à double tour tandis que Gnonsiane Niombla et Barbosa, toujours elle, se chargeaient des affaires courantes en attaque. Bilan, huit minutes après la reprise, les filles de Fred Bougeant étaient de nouveau trois buts devant (19-22, 38′). Hors de question, cette fois-ci, de laisser passer l’occasion de s’imposer, comme dans les matchs précédents où les avantages avaient été mal gérés. Audrey Bruneau faisait parler la poudre de loin deux fois de suite, tandis que par trois fois, Larvik manquait une balle de -2 au début du dernier quart d’heure. Bilan, Fleury passait à +5 et la victoire lui tendait les bras (23-28, 51′), et cette fois elle ne lui échappait pas. Un dernier but de Niombla pour conclure, Fleury peut désormais entrevoir une qualification en quarts de finale (26-31, FM). Mais pour cela, il ne faudra pas de sortie de route le weekend prochain.

LARVIK – FLEURY 26:31 (14:15)

LARVIK : Toft (12 arrêts dont 1/3 pén), Grizovic; A.Hammerseng-Edin (1/3), Frafjord (3/6), Molid Sabstad, Breivang (0/2), N. Mork (12/17 dont 3/3 pén), G. Hammerseng-Edin (3/5), Johansen, Breistol (1/2), Stange (2/4), T. Mork (1/3), Solberg (1/2), Kurtovic (2/6), Osnes Graesholt

FLEURY : Zoqbi de Paula (18 arrêts dont 0/3 pén), Foggea; Mino, Agathe (1/2), Kamdop (3/3), Houette (1/3), Chavez (3/3), Bruneau (4/9), Lopez (2/4), Doucouré, Nze Minko (2/2), Niombla (6/10), Deville (0/1), Cissé, Grimaud, Cabral Barbosa (9/11 dont 2/3 pén)

Pub Espace Pronos EHFCL

3 CommentairesPoster un commentaire

  1. DkHb13 - le 7 février 2016 à 16h53

    Petite précision, Sandra Toft étant danoise et non norvégienne elle n'est donc pas récente championne du monde 😉

  2. Sasori9 - le 7 février 2016 à 17h26

    Pour une fois, les panthères maitrisent parfaitement le match sans dépenser des énergies inutiles. D'habitude, elles crament en précipitant les choses….
    Le panthères ont changé le jeu, ils ralentissent le jeu de Larvik. Peut etre ce genre de jeu a fortement énervée les Larvik. A part Mork, les autres n'arrivent pas à jouer comme d'habitude. Et elles se sont heurté face à la bonne gardienne de Paula.
    SI elles continuent à jouer comme ca, elles battront les Baia Mare, trop individualiste.
    Gagner en Norvège, dans les pays Nordiques pour un club Francais, c'est extrêmement rare ! Et Si elles gagnent au retour à Orléans ou à Saran contre Larvik ce serait une apothéose !

    • chasingcar - le 8 février 2016 à 10h46

      Match retour au Palais des Sports à Orléans. Tout à fait d'accord avec ton analyse. Pour une fois elles ont tenu le choc de bout en bout, n'ont pas craqué. D'habitude elles arrivent à la mi-temps largement en tête (cf MAIA BARE et ROSTOV, ect.) et craquent. Là sérieux jusqu'au bout. Un authentique exploit ! GO PANTHERES !

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).