Proligue – J4

Pontault, Chartres et Billère s’accrochent

salinas-chartres
Derrière Tremblay, encore impérial à domicile vendredi soir contre Massy (36-24), trois équipes s’accrochent aux basques de l’ancien pensionnaire de LNH : Pontault-Combault, Chartres et Billère. L’état d’urgence est proche en revanche pour Dijon, battu pour la troisième fois de la saison et lanterne rouge au classement.

MARCHE Pierre-Tremblay-ProLigue-200816-2301Après quatre journées de championnat, une première hiérarchie commence à se dégager en Proligue. Rien n’est vraiment définitif dans une ligue qui a l’habitude de faire déjouer tous les pronostics. Mais après quatre heures de jeu, certains commencent déjà à tirer leur épingle du jeu. Honneur au leader incontesté en ce début de saison : Tremblay. Les joueurs de David Christmann n’ont pas failli depuis la reprise et ont enchaîné avec une quatrième victoire en autant de rencontres de championnat. Vendredi, c’est Massy qui a subi les foudres des coéquipiers de Samuel Honrubia (36-24). Un homme a tiré son épingle du jeu et a mis à mal toute la défense massicoise : Pierre Marche, auteur de neuf buts à 90% de réussite. Massy a rapidement compris que faire chuter le leader ressemblait à une mission impossible. Avec Patrice Annonay à nouveau performant dans ses cages (45% d’arrêts), Tremblay est bien le grand favori au titre en Proligue cette saison.

Derrière les franciliens, on retrouve une autre formation d’Ile-de-France : Pontault-Combault. Les coéquipiers de Vincent Moreno sont habitués à bien débuter leur saison, eux qui avait remporté cinq succès de rang la saison passée. Samedi soir, dans l’autre derby du week-end, il n’y a pas eu de suspense face à Sannois St Gratien, trop vite dépassé (34-22). La formule pontelloise fait merveille depuis le début de saison : Ricardo Candeias arrête tout ou presque dans ses cages (18 arrêts samedi) tandis que l’ancien cristolien Etienne Mocquais se charge de faire tourner le compteur buts (8 buts). Les 7 réalisations de Lacritick n’auront pas pesé lourd tant Sannois était dans un mauvais jour. Pour Pontault, le déplacement à Limoges en fin de semaine sera un vrai test.

ramond-nancy-2Après un premier match perdu contre Istres, Chartres s’est bien repris et semble parfaitement lancé. Les joueurs de Jeremy Roussel l’ont encore prouvé vendredi contre Nancy (29-22). Les 13 pertes de balles des nancéens auront lourdement handicapé les visiteurs, pourtant solides avec Ducreux et Ramond. Mais un Kieffer en réussite (7 buts) et quelques arrêts de Lamariano ont fait le reste. Les chartrains restent ainsi à deux points de Tremblay avant de se déplacer à Sannois vendredi soir.

Si Billère reste dans le peloton de tête, l’équipe béarnaise a eu très chaud dans sa salle contre Caen (25-24). Les coéquipiers de Verdier (7 buts) ont dû leur salut aux arrêts de Tabarand, décisif en seconde période. La défense billéroise a été héroïque lors du second acte, avec seulement huit buts encaissés. Pourtant, le promu caennais a joué crânement sa chance, et a même entrevu une incroyable victoire dans une salle si difficile à conquérir. Le retour d’Ekberg a fait le plus grand bien aux joueurs de Mihailovic, même s’ils rentrent finalement bredouille de leur déplacement.

Cherbourg reste également en embuscade après sa belle victoire devant son public contre Limoges (32-26). Les cherbourgeois, emmenés par leur duo offensif Plaza Lara – Manebard (10 buts à eux deux), ont dominé la rencontre du début à la fin face à une ambitieuse équipe limougeaude. Les joueurs de Sébastien Leriche se sont ainsi bien repris après leur défaite la semaine passée contre Nancy (26-24). A la pause, le plus dur était déjà presque fait (17-12) avec une attaque de feu. A 15 minutes de la fin, l’écart a même atteint dix unités (27-17). Le déplacement à Massy sera riche d’enseignements pour Cherbourg le week-end prochain.

Credit photo : Guillaume Boitiaux

Credit photo : Guillaume Boitiaux

La surprise de cette 4ème journée de Proligue est venue de Provence avec la défaite d’Istres contre Valence (28-32). Capables de battre Chartres lors de la première journée, les istréens sont retombés dans leurs travers vendredi. Yann Roby a été le bourreau du soir côté valentinois, avec 8 buts à son actif. Les locaux ont longtemps couru après le score sans pouvoir revenir à hauteur de leur adversaire (16-17, 33′), malgré l’activité offensive de Cismondo (7 buts). Valence ferme la boutique et inscrit un 7-1 décisif (17-24, 42′). Istres peut alors dire adieu à ses chances de victoire. Les istréens vont vite devoir réagir s’ils veulent rester au contact du peloton de tête.

Le début de saison ne sourit pas à Dijon. Les hommes de Jackson Richardson ont chuté pour la troisième fois de suite (1 match en retard contre St Gratien) contre Besançon (35-26). Dans ce derby, les bisontins ont réalisé un cavalier seul. Les bourguignons ont semblé désemparé face à la défense adverse. Les 11 buts de Naudin n’ont pas été suffisants pour un DBHB en manque total de confiance et de réussite, à l’image de Medhi Ighirri bien muselé par la défense bisontine. Dijon se retrouve déjà au pied du mur, en partageant la dernière place du championnat avec St Gratien. La venue de Billère ressemle à un quitte ou double pour le DBHB.

Olivier Poignard

HandNews & CasalHand
Pub Espace Pronos Proligue

5 CommentairesPoster un commentaire

  1. Aquitaine 64 - le 11 octobre 2016 à 01h54

    BILLERE se situe en Béarn et non au pays basque .Depuis le temps vous devriez le savoir.

    • GoldenCaribou - le 11 octobre 2016 à 06h06

      Man, quand tu parles de s'accrocher aux basques de quelqu'un, c'est que tu le talonnes de près. Je ne vois pas d'erreur géographique de nos amis les rédacteurs de Handnews. C'est même marqué, je cite "Si Billère reste dans le peloton de tête, l’équipe béarnaise a eu très chaud dans sa salle contre Caen (25-24)." Donc pas de problème de frappe.

      Sauf si j'ai le malheur de commenter APRÈS que la correction ait eu lieu… 😀

  2. Schlettstader - le 11 octobre 2016 à 09h39

    Dijon ne va pas bien?
    Pourtant ils ont dans leur effectif le "meilleur joueur de LNH du mois de Décembre 2012", le champion du tir à la hanche téléphoné, le Che Guevarra des vestiaires, le "gros" (lui pense grand) joueur formé à Montpellier (j'arrête là, sinon je pourrait remplir un bouquin).
    Je n'en dis pas plus, ceux qui l'ont connu ailleurs souriront sans doute (jaune) un peu.
    Gaffe quand même à toujours lui ouvrir les deux battants de la porte d'entrée; la tête ne passe pas toujours par la petite…

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).