LdC (F) – J3

Brest veut sa première, Metz reste vigilent

Après une semaine de battement entre leurs deux matchs de Ligue des Champions, Brest et Metz vont clôturer la phase aller de cette phase de poule, respectivement contre Midtjylland et Buducnost. Pour Brest, la victoire est quasi-impérative. Pour Metz, l’occasion est très belle pour prendre, un peu plus, le large sur un adversaire direct.

Six jours sans jouer pour Metz, cinq pour Brest. Lorsqu’on est habitué à mener de front plusieurs compétitions, il est rare d’avoir une telle pause entre deux matchs. “Lorsqu’on est habitué à avoir un rythme régulier, ce genre de pause est toujours un peu traitre, explique Manu Mayonnade, l’entraîneur des Dragonnes. On s’est demandé s’il fallait calmer un peu pour laisser les filles souffler mais on aurait perdu deux jours de préparation… Donc finalement, on a décidé de continuer à s’entraîner avec une intensité plutôt importante.” Côté brestois, le staff a misé sur la récupération. “En tout début de semaine, on a pu se reposer un peu à la maison, ça fait vraiment du bien, savoure Pauline Coatanea, ailière droite brestoise. Surtout qu’on avait enchaîné plusieurs déplacements lointains de suite, plutôt fatiguant. Mais cette semaine nous a aussi permis de mieux nous préparer.”

Brest veut ses premiers points

Et de la préparation, il n’y en a pas eu de trop pour décortiquer le jeu de Midtjylland. Troisième du groupe à égalité de points avec Rostov, les Danoises ont été très solides pour faire le plein à domicile contre les Russes la semaine passée (24-21). “On retrouve beaucoup d’engagement physique, tout est fait à fond, avec une superbe circulation de balle et des caractéristiques offensives et défensives propres à ce pays, explique Laurent Bezeau. Le handball danois a réorienté son jeu défensif, avec aujourd’hui du fille à fille plus agressif que ce n’était le cas il y a une dizaine d’années. Ça va aussi très vite, c’est le handball nordique, ça défend et ça va vite vers l’avant.”

Malgré deux prestations très séduisantes face à Rostov (24-26) puis Györ (23-26), Brest n’a pas encore réussi à accrocher le moindre point dans cette compétition. Un résultat face aux Danoises à domicile est donc quasi-impératif. “On n’a pas le choix et on le sait, tonne Pauline Coatanea. Si on veut se qualifier pour le tour suivant, on doit gagner contre elles à la maison comme là-bas. Ça nous rajoute une pression supplémentaire mais on a très envie de continuer ! Après nos matchs face à deux grosses écuries, ce désir prend vraiment tout son sens. Il y a un vrai engouement collectif vis-à-vis de la Ligue des Champions, on sent que l’on progresse toutes ensemble, à chaque match. Dès le tirage au sort avec ce groupe de la mort, on avait pointé Midtjylland comme étant éventuellement l’équipe la plus abordable. On a une vraie volonté de continuer cette aventure.”

Actuellement troisième du championnat danois, le FCM s’est lourdement incliné à Silkeborg en milieu de semaine (16-27). Preuve que la nouvelle mayonnaise mise au point cet été (sept départs, huit arrivées) est encore perfectible. Veronika Kristiansen, la capitaine, Mie Augustesen, Tonje Loeseth… Les dangers sont cependant multiples. “On doit apprendre à mieux gérer nos temps faibles, explique l’internationale française. Contre Györ, on a perdu 16 ballons. C’est beaucoup trop ! Il faut qu’on arrive à rester concentrer à 100% pendant 60 minutes, c’est l’une des raisons pour lesquelles nous avons perdus nos deux premiers matchs.”

Forme actuelle de l’adversaire : Défaite à Silkeborg 16-27 / Victoire contre Rostov 24-21 / Victoire contre Copenhague 24-21

Brest – Midtjylland, ce soir à 19h à La Cimenterie de Landerneau sur beIN Sports 3

Metz ne s’enflamme pas

Avec deux victoires en deux matchs, la situation comptable du Metz Handball est actuellement plus confortable. Leader de son groupe, deux points devant Kristiansand et Buducnost, la troupe de Manu Mayonnade refuse pour autant de s’enflammer. “La route est encore très très longue, rappelle le technicien messin. On aspire à passer au tour suivant, évidemment, mais rien n’est fait. Et surtout, il ne faut pas oublier qu’au tour principal, deux victoires n’auront servi à rien, en quelque sorte, puisque les points seront retirés. Et on ne sait pas contre quelle équipe ce sera le cas. Alors aujourd’hui, on se dit toujours que les points glanés ne serviront peut-être pas. Pour ne pas se prendre la tête, le calcul est simple : on doit tout gagner.”

Servi à rien sur le plan comptable, certes, mais Metz a tout de même livré deux belles copies contre les Norvégiennes tout d’abord (30-22) puis contre Bietigheim (30-26). De quoi commencer à montrer les muscles aux autres formations européennes. “Globalement, je suis assez content du travail des filles en Ligue des Champions même si tout n’a pas été parfait, explique Manu Mayonnade. Surtout, l’équipe a su se relever lorsqu’on était dans une phase difficile. Contre Vipers, par exemple, notre début de match n’est pas bon. Mais on a su revenir, sans s’affoler et c’est cette manière qui est vraiment très intéressante.”

Demain aux Arènes se présentera une des écuries la plus renommée du Vieux Continent : Buducnost Podgorica. Une équipe en pleine transformation après le départ de trois joueuses majeures de son sept : Dragana Cvijic (Vardar), Cristina Neagu (CSM Bucarest) et Katarina Bulatovic (Rostov). “Il est difficile de savoir le niveau de jeu réel de cette formation, analyse l’entraîneur messin. Sur le premier match, beaucoup pensait qu’elles allaient perdre par manque d’expérience et au final, elles ont rappelé à tout le monde qu’il fallait toujours compter sur elles en battant Bietigheim (32-24). Peut-être aussi que les Allemandes les avaient aussi pris à la légère. Une semaine plus tard, j’ai le sentiment que Buducnost s’est un peu relâché et Vipers en a parfaitement profité. Ce serait mentir que de dire que Buducnost est plus fort que l’an dernier avec le départ de telles joueuses. Mais je pense que leur groupe est aujourd’hui plus homogène et Buducnost a toujours eu un état d’esprit irréprochable. Personnellement, j’ai toujours été fasciné par la façon dont cette équipe arrive toujours à se régénérer. De toute façon, nous sommes prévenus.”

Forme actuelle de l’adversaire* : Défaite à Vipers Kristiansand 19-29 / Victoire contre Bietigheim 32-24 / Défaite contre Krim (Ligue régionale) 22-23
*Actuellement, Buducnost ne dispute pas le championnat monténégrin, seulement la Ligue des Champions et la Ligue des Balkans qui se dispute sous forme de mini-tournois tous les mois environ.

Metz – Buducnost, samedi 21 octobre à 17h30 aux Arènes de Metz sur beIN Sports 4

Clément Domas

Pub Espace Pronos EHFCL

1 CommentairePoster un commentaire

  1. lamirabel29 - le 20 octobre 2017 à 14h30

    Le match du BBH est retransmis aussi gratos 😉
    en direct sur la chaine bretonne TEBEO (353 sur Orange par exemple)
    Commentaires avec Allison Pineau.

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves