LDC (M)

Hold-up parfait pour le PSG !

Il ne fallait pas rater ce rendez-vousà Flensburg pour continuer d’espérer une première place pour Paris. Pourtant mal embarqués, les Parisiens sont revenus en toute fin de match pour arracher la victoire à cinq secondes du terme (33-34, FM). 

C’est parti sur les chapeaux de roue dans la Flensburg Arena. Les Parisiens avaient leur objectif en tête, terminer premier de leur poule. La victoire était donc obligatoire dans cette conquête derrière Barcelone qui n’a perdu qu’un seul de ses duels en Ligue des Champions depuis le début de la saison. En face, Flensuburg avait besoin des points pour assurer la qualification pour les huitièmes. Malgré un début de rencontre très ouvert avec beaucoup de buts, la tension se fait sentir à l’image des retrouvailles entre Uwe Gensheimer et Matthias Angersson qui sont animées et ce, dès le début du match. C’est en suite Nikola Karabatic qui est pris en grip par le public allemand. Le demi-centre du PSG est sifflé sur chacune de ses prises de balle. Cette atmosphère n’empêche pourtant pas les Parisiens de jouer leur jeu, du moins en attaque. En défense, l’affaire n’est pas aussi simple. La formation de Ljubvomir Vranjes parvient à répondre aux offensives de son adversaire sans jamais paniquer. Ces quelques errances défensives, laissent donc les coéquipiers de Lauge Shmidt faire le premier écart (15-13, 26′). Mais quand le portier de la formation allemande fait des arrêts en fin de première mi-temps, Thierry Omeyer  a du mal à lui répondre (10% d’arrêts en première période), Flensburg en profite pour mener à la mi-temps de trois longueurs (18-15, MT). 

Quand Gorazd entre, Gorazd sauve!

Malgré le changement effectué dans le but de Paris, le début de deuxième mi-temps part sur les mêmes bases. Une formation allemande qui trouve facilement des solutions pour prendre quatre longueurs d’avance. Ce n’est pas Kentin Mahé et sa vitesse qui dira le contraire. L’international français se régale en trouvant des espaces pour finir à 6m face à Gorazd Skof. Pourtant le portier parisien se met doucement dans la rencontre pour faire des arrêts. Cela permet à Paris de réduire l’écart revenant à un but de son opposant du soir (25-24, 42′). Le passage en 0-6 côté français fait clairement du bien en face d’un attaque allemande qui ne trouve plus aussi facilement le chemin du but. Quand la défense va bien, Paris retrouve du jus pour prendre les devants après avoir été mené pendant plus de vingt minutes (27-28, 48′). La période de domination reste cependant assez courte. Si Noka Serdarusic a bien ajusté sa défense, Vranjes en fait de même. Une 0-6 beaucoup plus performante dans le duel qui leur permet de monter rapidement les ballons pour reprendre la main sur la rencontre (30-28, 51′). Kévin Moller qui a remplacé Matthias Andersson ne se montre pas timide malgré l’enjeu et fait des parades dans les dix dernières minutes. Des arrêts qui comptent pour les siens et qui font grandir l’écart (32-29, 54′). Rien ne semble pourtant atteindre le PSG réduit à 6 après l’exclusion de Luka Stepantic alors qu’il ne reste que quatre minutes à jouer. Les coéquipiers de Nikola Karabatic jettent toutes leurs forces dans la bataille en évoluant avec Daniel Narcisse au poste de pivot et reviennent (32-32, 28′). Dans une fin de match folle, Uwe Gensheimer gratte la balle alors qu’il reste moins d’une minute à jouer. L’ailier allemand est d’ailleurs à l’origine du dernier kung-fu qui est conclu par Nédim Rémili sur le buzzer pour offrir ce hold-up parfait aux Parisiens (33-34, FM). La course à la première place reste donc possible pour la bande de Serdarusic qui a eu chaud sur le parquet allemand.

Maxime Cohen

Pub Espace Pronos EHFCL

73 CommentairesPoster un commentaire

  1. Yuri - le 18 février 2017 à 19h26

    Magnifique victoire (sans Hansen et L.Karabatic) qui conclut une belle semaine pour l’institution PSG 🙂
    Il fallait bien ca pour suivre le parcours hors du commun du Barça qui va peut être ne réussir à perdre que le match a Paris ce qui serait absolument dingue vu qu ils auront eu à aller à paris, Kiel (je ne crois malheureusement pas qu’ils vont battre ce Barça), flensburg et vezsprem, excusez du peu!
    Pourtant, sur le papier, leur équipe semble une de leurs moins fortes de ces 10-15 dernières années mais ils compensent par une cohésion collective hors norme

    • seb - le 18 février 2017 à 20h47

      Je ne suivais vraiment de très loin Barcelone avant 2010 avec Sorhaindo hormis quelques matchs parce qu’il y avait Fernandez mais j’ai quand même pas l’impression que l’equipe du Barça de cette année soit une leurs moins forte de ces 10-15 dernières années ! Elle n’est certes pas du niveau de ce que j’appellerais la dream team du handball sur les 2 saisons avec Karabatic mais pour moi déjà l’an passé et cette année, je considère le Barca comme le 2e meilleur effectif derrière Paris et c’est clairement l’adversaire le + dangereux pour Paris en LDC même tout se passer sur les matchs à élimination directe comme l’an passé où ils se font taper en quarts par kiel alors qu’ils étaient assez nettement favoris pour le FF voire la finale/le titre…
      Et Barcelone a l’avantage d’avoir nettement moins de concurrence que Paris en championnat..leurs matchs sont beaucoup moins accrochés que Paris contre Nantes, Montpellier, St Raph…

      • Yuri - le 21 février 2017 à 18h51

        Justement, le manque de concurrence dans leur championnat devrait au contraire les défavoriser au moment d’affronter des équipes bien plus fortes que dans leur championnat

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).