LdC (M)

Le PSG a du mal à repartir

Le PSG s’est imposé largement face aux Suisses de Kadetten Schaffhausen ce soir en Champions League (34-26). Un écart qui ne dit rien des difficultés rencontrées par les Parisiens.

Si vous espériez profiter de ce samedi soir pour voir William Accambray, Xavier Barachet, voire Dylan Nahi profiter de la réception d’un Schaffhausen déjà éliminé, vous en avez été pour vos frais. Car Paris, ce soir, avait encore la tête à mercredi et à la défaite face à Montpellier (28-34) en coupe de France. Les quarante premières minutes ont été dans la continuité de la dernière sortie des hommes de Noka Serdarusic. Une défense trop attentiste, un Thierry Omeyer dépassé et aucune balle de contre-attaque à se mettre sous la dent pour creuser l’écart, les carences ont été les mêmes. Et heureusement que les joueurs de Schaffhausen, si on excepte un Csaszar inarrêtable, étaient d’une trempe bien moins dangereuse que celle de Mathieu Grébille et consorts, ou le score à la pause (17-16 pour Paris) aurait été bien différent. “Le match contre Montpellier était encore inconsciemment dans nos têtes, en première période, dès qu’on ratait quelque chose, on était chacun dans notre coin” résumait Luc Abalo, forcé de jouer plus de quarante-cinq minutes encore ce soir. “On en a parlé à la mi-temps et on a changé les choses”.

Skof, le détonateur

L’effet n’a pas été immédiat et il a surtout été impulsé par Gorazd Skof. Avec ses quatorze parades et en fermant sa cage entre la 39ème et la 48ème minute, le gardien slovène a offert les ballons de contre à ses coéquipiers qui les ont convertis, se ménageant une fin de match plus tranquille (28-21, 48′). Permettant enfin aux habitués du banc d’en sortir, dans le sillage des vingt minutes convaincantes d’Accambray. Paris a donc su relever la tête, en l’absence de Nikola Karabatic, et au vu du début de match, ce n’était pas forcément chose acquise. “Le fait de jouer tous les trois jours nous permet de ne pas nous appesantir sur une défaite, on n’a même pas eu le temps de faire la vidéo. Le match de ce soir allait forcément être compliqué, entre nous qui sortions de la défaite face à Montpellier et eux qui n’avaient plus rien à perdre. Il fallait se relancer rapidement au vu des échéances qui nous attendent, et c’était un bon match dans ce sens” concluait Luka Karabatic, encore utilisé avec parcimonie ce soir. Paris a mis le temps, mais Paris s’est remis la tête à l’endroit.

Statistiques

PSG HANDBALL – KADETTEN SCHAFFHAUSEN 34:26 (17:16)
Arbitres : Alexey Kiyashko, Dmitriy Kiselev (RUS)

PSG : Omeyer (2 arrêts / 12 tirs), Skof (14 arrêts / 28 tirs dont 1/2 pén, Gensheimer (6/7 dont 2/2 pén), Mollgaard (2/3), Accambray (2/4), Stepancic (4/10), Kounkoud, Barachet, Rémili (0/1), Abalo (4/4), L. Karabatic (3/3), Hansen (6/8), Narcisse (3/3), Nielsen (3/4), Nahi (1/1)

Schaffhausen : Kindle, Bringolf (1 arrêt / 12 tirs), Marinovic (6 arrêts / 28 tirs dont 0/2 pén); Meister (2/2), Delhees (2/4), Küttel (3/7), Richwien, Graubner, Pendic (1/3 dont 1/1 pén), Brännberger (2/2), Marinovic (1/1), Csaszar (10/13 dont 0/1 pén), Markovic (1/3), Maros (3/7), Muggli (1/2), Kindle

Kevin Domas

Pub Espace Pronos EHFCL

24 CommentairesPoster un commentaire

  1. Toto - le 26 février 2017 à 00h06

    Omeyer nul, barachet aussi (et c’est lui qui est interviewé par le reporter du club à la fin xD), remili pareil…
    Heureusement que c’était que les Suisses xD
    Bon au moins Dylan nahi a marqué

    • Tata - le 26 février 2017 à 11h16

      Et ton commentaire, il est pas nul ? Tu juges la performance d’un joueur qui a joué à peine 5 minutes ?

  2. jo - le 26 février 2017 à 00h13

    L’entrée d’Accambray change tout notamment en défense ! J’espère que Martini ait sain dans sa tête par rapport à cette situation entre Serdarusic, Accambray et Barachet ! Et dire que le club a proposé une prolongation à William en décembre…Non mais t’es sérieux Bruno ? Ecoute en boucle l’interview d’après match d’Accambray si tu comprends pas le malaise installé par Noka dans une partie de cette équipe…normal qu’il n’y ait presque pas de cohésion d’équipe en défense ou en attaque aussi d’ailleurs !
    Et quand je vois le repli défensif de Barachet et son chippage de ballon sur une de ses seules actions de jeu, je me dis que même un Barachet qui revient de blessure sera toujours meilleur en défense que Remili et surtout Stepancic…
    Désolant de n’avoir presque pas vu ces 2 excellents joueurs depuis 2 ans…

    Sinon, Gabor Csaszar, la grosse classe en attaque ! Dommage qu’il n’ait jamais réussi à s’imposer dans un grand club européen !

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves