EDF (F) – Amical

Les Bleues réussissent leur rentrée à Bayonne

Pour leur première depuis leur titre de champion du monde, les Françaises n’ont pas fait dans le détail face à une équipe qui a baissé les bras en deuxième période (28-17). Une belle prestation sur le terrain qui leur a permis de savourer avec le public bayonnais. Prochain arrêt, Pau, ce sera dimanche, une nouvelle fois face au Brésil (16 heures).

Les championnes du monde sont bien là. Le public venu en nombre à Bayonne les attendait (une salle remplie en 24 heures à peine). Pourtant les Bleues ont mis un petit temps avant de retrouver leurs automatismes qui avaient fait des merveilles en Allemagne lors du Mondial. Une défense un peu moins agressive qu’à son habitude, une attaque qui ne parvenait pas à trouver des solutions claires. Une concomitance de facteurs qui ont obligé Olivier Krumbholz à prendre très tôt dans la rencontre son deuxième temps mort (9-8 24’). « On a perdu des ballons bêtement en première mi-temps, on a essayé d’apporter quelques nouveautés dans le jeu mais visiblement elles n’ont pas été bien comprises » regrettait le sélectionneur après la rencontre. Pour cause, les tricolores ont perdu 8 ballons en première période, notamment en pivot, où la relation avec Laurisa Landre avait du mal à fonctionner. Il a fallu attendre la deuxième période pour la voir servie dans de bonnes conditions et marquer. Au quart d’heure de jeu elles avaient le ballon pour prendre le large, mais non. Un peu d’hésitation qui laissait les Brésiliennes y croire et revenir à un but à six minutes de la pause (9-8, 24’). En s’appuyant sur un bon repli, les filles de Jorge Duenas empêchaient les Françaises de jouer sur leur jeu rapide, les obligeant à jouer sur attaque placée.

Une Cléopatre Darleux efficace et des ballons montés

En repassant en 1-5, Olivier Krumbholz permettait à Estelle Nze-Minko de s’exprimer devant les 9 mètres, lui permettant de récupérer les quelques ballons qui ont permis aux siennes de rester devant avant de rentrer au vestiaire (12-9, MT). « C’est un poste que j’adore, je me régale, je suis assez libre devant. Les filles ont beaucoup de travail derrière et ont beaucoup d’espaces à gérer. C’est une défense qu’on commence à maîtriser et qui va nous offrir des options si on continue comme ça » souriait l’arrière-gauche des Bleues. Une belle arme qu’Olivier Krumbholz a ressorti en deuxième période pour remettre un coup derrière la tête des Brésiliennes qui avaient du mal à se trouver face à la défense française bien en place. Ainsi, les Bleues avaient retrouvé leur fer de lance, une défense solide avec des arrêts et pouvaient se concentrer à nouveau sur l’attaque, bien plus efficace en deuxième. « La deuxième mi-temps a été nettement meilleure. Cléopatre Darleux nous a bien entraînés par ses arrêts et à partir de ce moment-là on a pu jouer des ballons en montée de balle. Il y a encore du travail pour retrouver notre niveau de fin du mondial » analysait le sélectionneur. Autant d’ingrédients qui permettaient au public d’enfin se lâcher en tribunes pour apprécier le spectacle que les championnes du monde offraient.

Une belle fête

Car pour la première fois, les Bleues sortaient leur tunique aux deux étoiles, bien ancrées sous le coq de la fédération. « C’était sympa ! Ca fait du bien de jouer dans ce genre de salle, dans une ville qui est réputée festive, c’est plutôt agréable » souriait Siraba Dembélé. Un nouveau statut, qu’il faudra aussi assumer au mois de décembre, lors de l’Euro en France qui est déjà dans toutes les têtes. « Il y a beaucoup d’attentes autour de l’équipe. On le sait, on est prêt à assumer avec plaisir et enthousiasme. On a vu que cette équipe avait un jeu spectaculaire. Il aura fallu une mi-temps pour qu’elle se remette en route » soulignait Olivier Krumbholz qui ne perd pas de vue l’objectif majeur de ces rendez-vous amicaux, la préparation de l’Euro à la maison au mois de décembre. Sur ce stage, il reste un match aux Françaises pour travailler avant de retrouver leur club. Ce sera dimanche, une nouvelle fois face au Brésil. On attend donc plus de rigueur dans l’entame de la rencontre afin de voir deux belles mi-temps dans le Palais des Sports de Pau qui, lui aussi, risque d’être plein pour accueillir les championnes du Monde. Après ça, les Bleues auront huit autres rendez-vous amicaux avant d’entamer leur Euro.

De Bayonne, Maxime Cohen.

France – Brésil (12-9) 28-17

Palais des Sports Lauga (3000 spectateurs, guichets fermés)

Arbitres : Mrs Pichon et Reveret

France : Leynaud (4 arrêts / 13 tirs), Darleux (9/18). Ayglon-Saurina (2/3), Pineau, Landre (1/1), N’Gouan, Zaadi, Houette (5/6), Niakaté (2/4), Dembélé (1/2), Flippes (2/4), Horacek (0/1), Edwige (0/1), Kolczynski (1/1), Nze-Minko (6/8), Niombla (1/1), Lacrabère (7/7 au pénalty).

Brésil : Moreschi (2/13), Da Silva (2/20). De Paula, Araujo T. (2/3), Belo (1/7), Quintino (2/5), Arenhart, Minto (0/3), Taleska (Amorim) (3/5), Gomes (1/1), Araujo L. (1/4), Da Rocha (1/2), Matieli, Fachinello, Costa (3/4), Souza (1/2), Silva (1/3).

HandNews & CasalHand

3 CommentairesPoster un commentaire

  1. LIDLstarLIGUE - le 23 mars 2018 à 09h02

    Je suis désolé de dire ça mais j'ai quand même besoin de savoir s'il y a des gens de mon avis..?

    Je n'arrive absolument pas à m'intéresser à cette équipe de handball féminine. Je veux dire, j'ai beau regardé des matchs, essayer d'être à fond dedans, rien ne me fait vibrer (du moins pas comme un match des garçons..).

    Je ne veux pas paraître misogyne ou quoi que ce soit mais c'est affreux à regarder, entre les pertes de balles, les actions à 2 à l'heure et pire encore les célébration à se casser la voix à chaque fois qu'elle arrive à provoquer un coup franc…je trouve parfois que c'est pathétique.

    Je voudrai l'avis d'autre personne parce que j'ai l'impression que nous avons quand même une belle génération (championne du monde tout de même…)

    • Averell - le 23 mars 2018 à 09h12

      Et bien moi je prends beaucoup de plaisir a les regarder, et meme a regarder le hand feminin tout court (enfin les grandes competitions internationales, j'ai pas non plus un temps libre infini:-)
      Apres nous avoir donne une image d'elles-memes assez deplorable il y a quelques annees, depuis 2-3 ans elles ont bien redore leur blason.
      Elles sont combattives, impressionantes en defense (et pour moi tout commence par la defense en hand, c'est jubilatoire de voir un adversaire qui perd pied car il ne sait plus comment attaquer leur defense)
      Surtout, elles ont beaucoup ameliore leur jeu d'attaque qui etait leur gros point noir. Aujourd'hui elles ont des solutions presque dans tous les compartiments du jeu.
      Quelques filles ont sans doute un peu le boulard, mais les autres degagent plutot une impression sympa.
      Et je prefere voir des sportifs qui brandissent le poing apres avoir marque un but, obtenu un penalty ou provoquer un passage en force, que d'autres qui restent amorphes sur leur banc de touche meme quand leur equipe vient de marquer un but (suivez mon regard).

  2. lamirabel29 - le 23 mars 2018 à 09h51

    Alors, moi, habitant Brest, j'ai pas beaucoup de choix, si je veux voir du masculin de D1, il me faut aller soit à Rennes, soit à Nantes….. mais j'ai ce qu'il faut pour assouvir ma passion du hand, un bel écrin, la Brest Arena, ET une belle équipe féminine, le BBH.
    Et je peux te garantir que tu vibres autant dans les gradins… ça va aussi vite que les garçons sur les contres attaques, le jeu est plus fluide, moins cassé par les contacts, enfin, c'est mon avis, je prend plaisir à aller à l'Arena, j'y vais même en famille, entre amis.

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).