LdC (M)

Le H ne pourra pas gèrer

Avec ses six buts d’avance, Nantes peut voir venir à Skjern lors du match retour. Mais il ne sera pas possible de gérer ce résultat.

Les Nantais étaient partagés entre satisfaction et petits regrets hier soir dans les couloirs de la Trocardière. Normal, pour un collectif qui comptait dix buts d’avance à un quart d’heure du match aller face à Skjern et qui avait vu son pécule à six au coup de sifflet final. “Mais parfois, il vaut mieux mener de dix et finir à six que de mener de six et finir à zéro” relativisait l’entraîneur Thierry Anti. Et même ses joueurs n’y voyaient finalement pas qu’un inconvénient au final. Car avec dix buts d’avance, la tentation aurait pu être forte de se reposer sur ses lauriers tandis que là, il faudra jouer le coup à fond. “Il ne faut pas oublier qu’ils ont battu Veszprem de sept, donc il faudra faire gaffe” prévenait Arnaud Siffert. La clé sera surtout d’arriver à contenir défensivement une équipe qui, elle l’a prouvé hier, récite son handball dès qu’elle n’est pas agressée. Kasper Søndergaard et Markus Olsson l’ont prouvé hier, que ce soit en début de match ou dans le dernier quart d’heure.

L’expérience de certains sera prépondérante

Eduardo Gurbindo (Nantes)

Au Danemark, dans une semaine, il faudra aussi faire preuve de maitrise dans les moments compliqués, ce qu’on peut communément appeler l’expérience, celle qui “permet de gagner quelques secondes ou d’obtenir un pénalty” pour citer Anti. Avec des joueurs comme Kiril Lazarov, Dominik Klein ou Eduardo Gurbindo, tous les trois des habitués du Final Four de Cologne, on sait que le H a du vécu en stock. Il s’agira que ces éléments transmettent leur sérénité au reste de leur coéquipier. Pas forcément pour faire le match parfait mais au moins suffisamment bon pour aller chercher le ticket rêvé. “On ne peut pas faire de match parfait à ce niveau de compétition, c’est normal qu’on fasse des erreurs. De toute façon, on aurait tenu le même discours à +10. Il va falloir aller là bas pour l’emporter, car six buts, ce n’est pas assez” concluait David Balaguer, mettant des mots sur le sentiment général. Nantes n’a pas calculé depuis le début de son épopée européenne. Ce serait bien trop stupide de commencer à le faire maintenant.

A Nantes, Kevin Domas

Pub Espace Pronos EHFCL

59 CommentairesPoster un commentaire

  1. Anti - le 23 avril 2018 à 09h11

    Attention, effectivement pour l’instant seul St-Raph est à peu près sûr de participer à un final4…

  2. DN - le 23 avril 2018 à 09h16

    Le PSG a quand même fait un grand pas en s’imposant à l’extérieur par 6 buts d’écart. Vu l’impréabilité de Coubertin. Dans le cas où Kielce fait un match de feu je verrais peut être Paris perdre de -1/-2 mais jamais de 6 buts.

  3. Kieler - le 23 avril 2018 à 09h43

    Paris au final oui, ils semblent les plus sûrs d'aller au Final4 s'ils restent sur les standards habituels de leurs matchs à la maison. Les qualités que l'on connait du PSG feront que même s'ils perdent, ce ne sera que d'un ou deux buts. Dujshebaev aura beau s'énerver sur l'arbitrage ça ne changera rien. Qu'il donne des consignes à ses joueurs au lieu de flinguer les arbitres.

    Après Nantes, c'est au final le plus en danger malgré un matelas confortable de 6 buts. Anti a raison, vaut mieux en avoir 6 que 0. Mais en avoir mis 7 à Veszprém était peut-être un exploit, en attendant s'ils sont capables de le faire une fois, ne serait-ils pas capables de le refaire ? Les joueurs se montrent prudents, et à raison. La perf des gardiens doit s'améliorer, c'est dommage qu'avec une si belle défense les gardiens passent souvent à côté de leur match. 9 arrêts, après ça ne veut rien dire.

    Montpellier, ils sont entre les deux. Flensburg peut très bien s'imposer à Montpellier comme ils peuvent prendre la foudre. Là, il n'y a même pas de probabilité à donner, juste du hasard je pense. De la perf des joueurs peut dépendre beaucoup. Entre les blessures physiques et morales, la pression etc, même s'ils savent la gérer normalement, ça peut toujours jouer au moment de mettre le ballon du +1. Il faudra tuer le match dès que Montpellier en aura l'occasion parce que Flensburg a déjà montré qu'ils peuvent remonter au score rapidement face aux meilleures équipes. A Montpellier de ne pas se trouer.

    Quant au seul match qui n'avait pas d'équipe française, le Vardar a une autoroute pour aller au Final4. En s'imposant d'un but à la Sparkassen Arena, ça rend la suite bien plus compliqué pour les zèbres. Je crois que personne n'a réussi à s'imposer à la Jane Sandanski en ligue des champions, après il faut toujours croire à l'exploit quand on est supporter mais faut pas se leurrer, se sera un 2ème Final4 sans équipe allemande. Les quelques pertes de balles et tirs faciles qui font basculer un match… Certains disent le pire ennemi du PSG c'est lui-même, ça fera un point commun avec Kiel.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).