LdC (M) – J5

La dernière avant le break

A partir de dimanche soir, la Champions League fera un break pour deux semaines, remplacé par les coupes nationales et les matchs internationaux. Mais en attendant, les clubs français seront tous les trois sur le pont, avec des ambitions assez différentes.

C’est la première fois de l’histoire que le tenant du titre de la Champions League s’incline lors des quatre premières rencontres de la saison suivante. Manque de pot, c’est tombé sur Montpellier. Alors la réception de Veszprem cet après-midi s’apparente à un duel entre deux grands malades. Les Hongrois, eux, possèdent déjà quatre points mais le limogeage de Ljubomir Vranjes, il y a quinze jours, montre que la situation est loin d’être au beau fixe. Dans l’Hérault, Diego Simonet pourrait faire son retour mais la victoire à Pontault mercredi n’a pas tout solutionné. “Nos difficultés sont liées à des facteurs émotifs. On n’a pas les résultats qu’on aimerait, on s’énerve, on se frustre et on se met en panique. Avant de se concentrer sur les résultats, il faut se concentrer sur le jeu” disait hier Patrice Canayer. La réception du géant magyar, à laquelle il faut ajouter le déplacement le voyage au Super Globe la semaine prochaine, va voir le MHB affronter les plus grands d’Europe. L’occasion de reprendre confiance, face à des adversaires que Montpellier a dominé la saison passée. “Notre problème n’est pas l’image que l’on a des autres, mais celle que l’on a de nous. Comme on traverse un moment délicat, on voit tout en négatif” continue le manager héraultais. Qui ne tient pas à tirer la sonnette d’alarme, malgré la situation sportive périlleuse : “Je suis inquiet pour les choses graves. Si on ne se qualifie pas, le club n’arrêtera pas de vivre.”

Paris, pour rester invaincu

Le Paris Saint-Germain fait partie des trois équipes encore invaincues cette saison. Si on attendait la bande à Raul Gonzalez à pareille fête, on ne peut pas forcément en dire autant de Szeged, qui côtoie les Parisiens en haut du groupe B, ni du Vardar, qui mène la danse dans l’autre poule. Et s’ils ont beau dire qu’il “n’y a pas de petite équipe en Champions League”, le déplacement à Skjern ce weekend est certainement le premier vrai test à l’extérieur de leur saison européenne. Pourquoi ? Car les Danois, troisièmes du groupe avec cinq points, ont l’expérience et la qualité que ne possédaient pas forcément Zagreb et Zaporozhye, les précédents adversaires visités par le PSG. Entre certains Parisiens et certains joueurs de cette équipe scandinave, il y en a des choses à raconter. “C’est sûr qu’il y en a que je connais bien” sourit Thierry Omeyer, qui ne compte certainement plus le nombre de fois où il a affronté Anders Eggert, Thomas Mogensen ou Bjarte Myrhol, en équipe nationale comme en club. Skjern n’a plus perdu un match européen à domicile depuis 2015. Et même si la qualité des poules basses relativise la prestation, il faut quand même se souvenir que Veszprem y avait explosé la saison passée. Ce weekend, pour honorer Mikkel Hansen et ses coéquipiers, ce sera à la Joske Bank Boxen de Herning qu’aura lieu la rencontre.

Nantes doit faire le plein

“Sur les six prochaines rencontres, on joue des équipes abordables et on se doit de viser le carton plein.” Dragan Pechmalbec, le pivot du HBC Nantes, n’y va pas par quatre chemins. La réception de Celje, dimanche soir, à Beaulieu, doit donner le coup d’envoi d’une deuxième phase bien plus abordable pour son équipe en coupe d’Europe. Avec seulement deux points en quatre matchs, le bilan est maigre pour le H. Mais il vient de jouer les trois plus grosses équipes de la poule et les points à prendre, face à Skjern, l’ont été. Alors désormais, il faut remonter au classement, en jouant Celje, Zagreb et Zaporozhye en matchs aller-retour. “On est au pied du mur, il faut se faire respecter à la maison. Si on n’est pas capable de battre ces équipes là, cela voudrait dire beaucoup de choses et surtout, cela nous mettrait en péril pour la suite” continue le pivot, dont le temps de jeu ne cesse d’augmenter cette saison. Les Nantais sont passés par la toute petite porte mercredi en championnat face à Cesson et, mauvaise nouvelle, Eduardo Gurbindo s’est de nouveau blessé aux adducteurs. La même pointe qui le tient éloigné des terrains depuis un mois. On ne risque donc pas l’excès de confiance.

Le programme du weekend :

Samedi 13.10
Montpellier – Veszprem à 17h30 (en direct sur beIN Sports 3)

Dimanche 14.10
Skjern – Paris à 16h50 (en direct sur beIN Sports 3)
Nantes – Celje à 19h00 (en direct sur beIN Sports 3)

Kevin Domas

Pub Espace Pronos EHFCL

7 CommentairesPoster un commentaire

  1. Soleidou - le 13 octobre 2018 à 08h45

    Bon match à tous

  2. JC - le 13 octobre 2018 à 10h53

    Montpellier me semble mal parti, et pourtant c’est mon club de cœur, Nates est plus solide et doit confirmer, c’est, à mon avis ,l’année de Paris! Ils vont tout casser!

  3. Franck du 85 - le 13 octobre 2018 à 11h13

    Nantes plus solide ? Avec Gurbi de nouveau out et Nyokas qui ne revient toujours pas ?
    Avec Faluvegi qui a vraiment du mal à retrouver son niveau ? Avec Lie Hansen très irrégulier ? En ce moment tout repose sur Claire et Lazarov. Si un des deux se blesse ou passe à travers un match, tout deviendrait problématique…
    Paris me fait bonne impression à moi aussi, jeu plus fluide et construit, davantage de rotations, joueurs donc moins sollicités. Mais le match de LDC contre le H a montré que cette équipe pouvait être mise en danger.
    Quant à Montpellier : allez les gars, mettez un peu de soleil dans vos têtes !

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).