LdC (M)

On ne coule pas Montpellier comme ça

Quatre jours après avoir laissé filer la première place du championnat de France, Montpellier a su repartir de l’avant pour aller chercher la deuxième finale de Champions League de son histoire.

Il reste une minute quinze à jouer, Stojanche Stoilov vient d’égaliser à 27 partout alors que, quelques minutes auparavant, Montpellier comptait encore deux minutes d’avance. Sans doute les Héraultais ont, en un flash, vu repasser le film de leur soirée de mardi soir pendant laquelle, après avoir mené de deux buts à sept minutes du terme, ils se sont fait remonter puis coiffer sur le poteau. Cette fois, sur le parquet de la Lanxess Arena, le scénario ne se répétera pas. Diego Simonet n’a pas tremblé au moment d’envoyer le ballon dans la cage de Strahinja Milic et Vuko Borozan n’a pas égalisé à la dernière seconde. Prouvant là la capacité de rebond d’une équipe montpelliéraine décidément insubmersible. “Après le match de mardi, le coach a su trouver les bons mots pour transformer cette déception en rage, et un match comme celui de ce soir était le minimum qu’on pouvait faire pour gommer ce qu’il s’est passé” disait Valentin Porte. Sa rage, l’arrière droit l’a laissé exploser à la sirène de la mi-temps après un but venu d’ailleurs, de treize mètres plus exactement, pour renvoyer les siens au vestiaire avec trois buts d’avance (14-11). Un écart que les Français ont conservé jusqu’à quelques instants de la fin de la partie, avec le dénouement que l’on sait. Prouvant ainsi que leurs têtes avaient guéri, et plutôt rapidement. “On a beaucoup progressé dans l’aspect mental, cette capacité à rebondir rapidement. C’est toujours plus facile quand on a un gros match à préparer et là, c’était le cas” constate, quant à lui, le pivot Ludovic Fabregas.

Le collectif, meilleur remède

Ce soir, c’est en équipe que Montpellier a rebondi. Quand Valentin Porte est sorti, cramé après quarante minutes de haute volée, c’est Melvyn Richardson qui est venu à la rescousse, faisant sauter le verrou macédonien avec ses tirs de loin tandis que Michaël Guigou, en bon métronome qu’il est, ne ratait plus grand chose. Même chose dans les cages, où Nikola Portner rentrait pour sortir un jet de sept mètres avant que Vincent Gérard ne revienne pour une parade décisive de la tête dans le money-time. “Ce que je retiens surtout, c’est qu’on n’a rien lâché et que je n’ai pas senti le groupe douter. On est vraiment resté dans notre match” soutenait capitaine Guigou. Et au bout de cette partie devenue irrespirable au fil des minutes, l’empilement de ces joueurs en blanc au centre du terrain respirait autant la joie que le soulagement de ne pas avoir tout perdu en quatre jours. “C’est important d’être expressif, on n’a pas sorti n’importe qui et on n’est pas à n’importe quel stade de la compétition. Mais on sait qu’on a un coach qui n’oubliera pas de nous rappeler, une fois dans le vestiaire, que nous ne sommes qu’en finale” souriait Ludovic Fabregas, qui pourrait se réserver une sortie par la grande porte en remportant la plus grande des coupes d’Europe avant de partir pour Barcelone cet été. Pour les cas individuels, les comptes seront faits en fin de saison. Mais ce soir, dans l’écrin de la Lanxess Arena, Montpellier a remonté la pente en grand champion.

Les statistiques :

HC Vardar Skopje – Montpellier HB 27:28 (11:14)
Arbitres : Jonas Eliasson, Anton Palsson (ISL)

Vardar : Sterbik (1 arrêt / 16 tirs dont 0/3 pén), Milic (4 arrêts / 16 arrêts dont 0/1 pén); Stoilov (0/1), Kristopans (1/4), Ferreira Moraes (2/2), Maqueda (4/4), Karacic (0/1), Abutovic, Canellas (1/2), Cindric (6/10), Cupic (5/7 dont 3/4 pén), Dibirov (1/1), Shishkarev (0/1), Borozan (6/10), Vojvodic, Marsenic (0/1)

Montpellier : Gérard (7 arrêts / 31 tirs dont 0/3 pén), Portner (1 arrêt / 4 tirs dont 1/1 pén); Simonet (1/3), K. Villeminot, Caussé, Truchanovicius (3/6), Guigou (6/8 dont 4/4 pén), Richardson (6/11), Kavticnik, Bonnefond (0/2), Faustin, Fabregas (3/3), Porte 8/10), Bingo, Soussi, Mamdouh

A Cologne, Kevin Domas

Retrouvez la communauté HandNews sur Discord
Pub Espace Pronos EHFCL

26 CommentairesPoster un commentaire

  1. luka152 - le 26 mai 2018 à 21h28

    Quelle force de caractère du MHB en ldc.. Défaite face à Aix, qualif à Barcelone 3 jours après, là pire après la perte du titre à St Raph. Comment seront-ils demain ?
    A voir aussi comment va réagir Paris face au Vardar

  2. Brunhand - le 26 mai 2018 à 21h38

    Sincèrement la réaction du PSG face au bazar n’intéresse pas grand monde, c’est la finale qui compte et elle seule

    • H - le 26 mai 2018 à 21h44

      “Sincèrement la réaction du PSG face au bazar n’intéresse pas grand monde” => ça c’est ton avis ! mais malgré le fait que le PSG ne soit pas bien apprécié des français (hors parisiens et encore), je pense que de nombreux français aimeraient les voir gagner face au Vardar pour l”honneur notamment du dernier match de Narcisse en ldc.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).