Starligue – J15

Pas de mouvement en tête, Tremblay recolle

Crédit photo: Emmanuel Durieux

Même si Nîmes et Saint-Raphaël doivent encore s’affronter ce soir, la première partie de la quinzième journée de Starligue n’a pas apporté d’évolution majeure au classement. Mis à part que Tremblay n’est plus lanterne rouge.

En tête du classement, pas de changements. Montpellier a parfaitement géré la réception d’Ivry, en l’emportant de quatorze buts (36-22). Seul ombre au tableau, l’entorse de Valentin Porte, mal retombé à la suite d’un saut. “C’est une entorse sérieuse” disait Patrice Canayer à la fin du match, qui peut quand même se féliciter de la tenue de son équipe malgré son gaucher. D’ailleurs, tous les joueurs de champ ont inscrit leur but pour offrir au MHB sa plus large victoire de la saison. Côté Ivry, si on excepte la belle partie de Léo Martinez, il n’y a pas grand-chose à retirer de ce déplacement dans l’Hérault. Et le match face à Cesson-Rennes, mercredi prochain, risque d’être déjà crucial pour le maintien. Paris, le dauphin de Montpellier, n’a certainement pas rendu la même copie que le leader, mais a négocié sans dégâts son déplacement à Dunkerque. Malmenés dans les premiers instants, un temps en retard de trois buts au score (5-8, 13′), les joueurs de la capitale ont resséré leur défense pour passer à la pause avec un capital équivalent, mais en leur faveur (11-14). Une fois l’écart créé, Dunkerque n’a jamais pu recoller, trop en échec offensivement, notamment sur Thierry Omeyer (11 arrêts), pour espérer renverser la situation. Avec cette victoire 27-22, Paris consolide sa deuxième place.

Tremblay recolle au grupetto

Dans le bas du tableau, la bonne opération est pour Tremblay, qui a arraché le point du match nul face à Chambéry (31-31). Pourtant menés de trois buts à autant de minutes de la fin (28-31), les hommes de Benjamin Braux ont été puisé dans leurs réserves pour égaliser dans les ultimes secondes grâce à Erwann Siakam. Un match nul somme toute mérité, puisque les Tremblaysiens avaient fait la course en tête jusqu’à la quarantième minute et l’entrée en scène du duo Minel-Melic côté chambérien. Inscrivant neuf buts chacun, les deux Savoyards pensaient bien avoir donné la victoire aux leurs…Jusqu’à cet ultime renversement de situation, fruit d’une double infériorité numérique. Avec ce point, Tremblay recolle au peloton des candidats au maintien, à égalité avec Saran, Massy et Cesson-Rennes. On a d’autre part appris qu’Ivica Obrvan n’irait pas au bout de son contrat et serait remplacé l’été prochain par Erick Mathé sur le banc de touche chambérien, pour former un tandem avec Laurent Busselier.

Cesson n’y arrive toujours pas

Dans les tréfonds du classement, Cesson ne s’en sort toujours pas. Après un presque exploit la semaine passée à Saint-Raphaël, les Bretons sont cette fois restés complètement atones offensivement, à domicile face à Aix. Seulement seize buts marqués, même quand l’adversaire n’en inscrit pas beaucoup plus, ça rend les choses compliquées. Et les Provençaux a pu remporter son deuxième succès de suite (19-16), en ne marquant que dix-neuf buts, dont cinq par le seul Aymeric Minne. Seule consolation pour Yérime Sylla, Massy non plus ne l’a pas emporté à Toulouse (24-31). Il faut dire qu’avec seulement six arrêts de gardien côté massicois, il n’y a pas eu trop à forcer. D’autant plus que Vladimir Perisic a su se rappeler au bon souvenir de son ancien club en sortant quinze parades et le duo Sole-Ilic continue à être inarrêtable (9 buts chacun). Pour Toulouse, c’est également une deuxième victoire de suite avant de recevoir DUnkerque mercredu prochain.

Kevin Domas

9 CommentairesPoster un commentaire

  1. cochonne - le 22 février 2018 à 11h23

    bonjour
    Cesson me semble avoir le calendrier le moins favorable pour le maintient
    une descente en proligue risque de rendre l'inauguration de la nouvelle salle un peu moins festive
    a 10 millions d'euros, le groupe qui finance doit commencer à transpirer un peu…
    s'ils descendent va y avoir du sport en bretagne!

  2. Fred35 - le 22 février 2018 à 11h48

    La cassure est flagrante entre le staff et les joueurs à Cesson… Quel match deguelasse hier…
    Mais bon tout va bien selon les décideurs.

    • cochonne - le 22 février 2018 à 12h15

      si c'est la cas je trouve ça vraiment dommage pour Fred Beauregard qui est un super mec et qui était partit du côté de Cesson pour y retrouver un peu de sérénité et de plaisir;;;sans même avoir pu dire au revoir aux supporters Sélestadiens qui l'ont aimé durant neuf ans

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).