LdC (M)

Sacrée soirée à Szeged !


Si les yeux étaient logiquement focalisés sur le match du Paris Saint-Germain hier soir, l’autre quart de finale qui se jouait un peu plus tard, entre le Pick Szeged et le Vardar Skopje, valait aussi le détour. Menés de huit buts à la pause, les Macédoniens sont revenus dans le match pour ne s’incliner que de quatre, s’ouvrant ainsi les portes du FINAL4 de la Champions League. Mais ce qui aura marqué les esprits, ce sont certainement les trente dernières secondes de la partie. Une grosse faute de Rogerio Moraes sur Bence Banhidi met le feu aux poudres, provoquant un attroupement général avec les joueurs des deux équipes. Les deux entraineurs, Roberto Garcia Parrondo (Vardar) et Juan Carlos Pastor (Szeged), échangent des invectives pendant de longues secondes tandis que l’adjoint de l’entraineur de Szeged, Marko Krivokapic, éructe, lançant par la même son accréditation. Pastor, en conférence de presse, a tenu à minimiser les faits, dans un premier temps : “On doit être élégant dans la victoire comme dans la défaite. J’ai demandé un temps-mort pour mettre fin à ce chaos. Je viens d’un endroit où le comportement est important, où les valeurs sont placées au dessus du résultat.” Comme une attaque discrète à Parrondo, son ancien joueur, qu’il a eu sous ses ordres pendant trois ans à Szeged.

Mais, en fin de conférence de presse, Pastor semble bien moins enclin à répondre aux questions sur l’incident. Il quitte la salle, non sans avoir invectivé la terre entière. Et alors que Stas Skube, lui aussi ancien de Szeged, lui lance que cette sortie prématurée montre bien “quelle genre de personne il est”, son homologue espagnol Parrondo revient sur sa version des faits. “Je n’ai rien dit pendant la bagarre, pas un mot. Et Pastor vient me voir et me dit quelque chose de mauvais en espagnol. J’ai joué ici pendant trois ans et j’en suis très fier. Pastor a été mon coach pendant douze ans, et je n’ai jamais eu un mauvais mot à son égard. Je peux comprendre qu’il y ait du stress, que ce soit un match important, mais jamais je n’ai utilisé des insultes comme il l’a fait. Ce qu’on a vu sur le terrain n’est pas bon pour l’image du handball” explique-t-il.

Le tout avant de féliciter ses joueurs qui, selon lui, ont atteint les demi-finales de la Champions League dans des conditions pour le moins compliquées. Il faut dire que les problèmes financiers du Vardar Skopje ont obligé le club à perdre une bonne partie de son effectif l’été passé ainsi que Raul Gonzalez, son entraineur. Et que cela ne s’est pas arrêté là… “Cela fait neuf mois qu’ils jouent sans salaire. Quand on a commencé la saison, on n’avait pas de joueurs, on ne savait pas qui serait là. On n’avait pas de gardien parce qu’il n’était pas en forme. Après, on a eu des blessures. Il y a un mois, on perd un des meilleurs joueurs du monde [Vuko Borozan] à cause des problèmes financiers. Je ne peux qu’être fier d’eux” lance-t-il, laissant transparaitre une certaine émotion. Atteindre Cologne dans ces conditions est déjà un exploit colossal.

Kevin Domas

HandNews nouvelle application
Pub Espace Pronos EHFCL

15 CommentairesPoster un commentaire

  1. Vardarian - le 6 mai 2019 à 12h53

    "Szeged Handball ou: comment perdre sa dignité après une élimination".

    Réalisateur: Juan Carlos Pastor

    Acteurs principaux: Dean Bombac, Joan Cañellas, Bence Banhidi

    Guest stars: Roberto García Parrondo, Stas Skube

    Société de production: MOL-Pick Szeged

    Prochainement au cinéma

    • Software8743 - le 6 mai 2019 à 14h39

      Fanfaronne pas trop hein. C'est pas comme si les réactions des joueurs du Vardar avaient été très matures non plus. Donc bon à ta place je ferais profil bas sur ce coup.
      La faute de Moraes est complètement stupide, inutile, antisportive et indigne. Les deux équipes devraient être sanctionnées. Et au lieu de calmer le jeu les 2 coachs montent en pression alors que le match est joué, il reste quasi plus de chrono !
      Bref le genre de scènes qui donnent une image terrible du handball, déjà difficile à faire passer au grand public.

      • passagenzone - le 6 mai 2019 à 17h01

        Ce n'est pas la mort non plus. Ni la faute de Moraes, ni la suite ne sont hyper choquante. C'est juste un attroupement, ils ne se sont pas foutus sur la gueule tant qu'ils ont pu.
        Entre la défaite des uns et la victoire des autres, une place au FF4 en poche, des ressentiments envers d’anciens partenaires/entraineurs, le caractère chaud bouillant de pas mal de ces messieurs(tant de les staffs que sur le terrain, il y avait une belle concentration de poète du handball), l'ambiance de la salle, ça aurait pu être bien pire

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).