LDC – Tour principal

Metz donne la leçon à Brest

Dans une rencontre à sens unique, Metz s’est une nouvelle fois imposé cette saison à la Brest Arena (21-32, FM). Une large victoire qui permet à Metz de prendre la tête du groupe, avec toujours en tête, un quart de finale abordable pour se rendre à Budapest.

Le duel était attendu et n’a finalement pas duré bien longtemps. Une vingtaine de minutes environ dans lesquelles Brest a existé dans  avant de sombrer sous la puissance messine, qui a vite repris le dessus. Sous l’impulsion d’une Laura Glauser exceptionnelle (15 arrêts à 42%), les Lorraines n’ont pas laissé la place aux Brestoises de s’exprimer. Très tôt, elles ont été privées de Cléopatre Darleux, malheureuse sur une sortie, qui a percuté Marion Maubon, qui a donc pris un carton rouge direct, mais surtout touchée au genou (6-9, 20′). Annonciateur d’une soirée qui allait être longue pour la bande de Laurent Bezeau. Derrière, les Messines qui avaient perdu quelques ballons se sont mises en ordre de marche, écrasant tout sur leur passage. Très solides en défense, elles ont pu profiter de situations bien menées sur grand espace pour rentrer au vestiaire avec (déjà) une avance solide (9-16, MT).

Un pallier à franchir pour Brest

Mais avec un effectif qui cherche encore de la stabilité, avec les retours d’Amandine Tissier et de Gaëlle Le Hir, Brest n’a pas pu se mettre au rythme qui lui était imposé sur son parquet. Il n’a fallu qu’une dizaine de minutes aux Lorraines pour prendre plus de dix buts d’avance en deuxième période (12-23, 41′). En mal de réussite, la base arrière brestoise a continué de peiner tout au long de la mi-temps, à l’image de Jovana Stoiljkovic bien loin de ce qu’elle a pu montrer pendant l’Euro (1/6 au tir). Metz continue donc sa marche, en tête de ce groupe, profitant de la performance de Rostov face à Buducnost (24-22) pour prendre la première place du groupe, tandis que Brest reste lanterne rouge. Deux classements qui reflètent clairement les objectifs de ces deux clubs. L’un toujours en course pour son premier final four de l’histoire, tandis que l’autre continue d’apprendre lors de sa première participation au tour principal. Un palier à franchir pour Brest qui se renforcera la saison prochaine pour continuer à grandir.

Maxime Cohen

HandNews nouvelle application
Pub Espace Pronos EHFCL

9 CommentairesPoster un commentaire

  1. Bhenry - le 2 février 2019 à 20h33

    Les commentaires sur bein sport par la consultante bretonne en remplacement de dernière minute… Une catastrophe, elle ne parlais que de Brest, pas un seul mot possitif sur l’équipe de Metz ( pour info, se prononce messsss). Elle a pourtant été reprise plusieurs fois par son partenaire mais elle a rien compris.

    • ANues - le 3 février 2019 à 12h05

      En effet pas utile d'avoir un 2e commentateur. Autant on peut comprendre quand il y a un apport avec des infos qu'on ne connait pas, des anecdotes , etc comme le fait Francois Xavier Houlet.
      Mais là pour un match Franco-Français Xavier Hamel pouvait faire le job seul (comme ça se fait un peu partout en europe).
      Une bretonne pur jus ça a dû faire du bien aux oreilles des téléespactaturs de la chaine bretonne qui diffusait aussi le match;
      Mais pour nous autres spectateurs ni bretons ni messins, heu …bof. Après on sait que les habitudes c'est difficiles à perdre 😉

      Pour ce qui est du match, je comprend pourquoi l'équipe d'Issy Paris a perdu seulement d'un seul petit but (26-27) avec une équipe totalement décimée de 10 joueuses. Que c'était moche pour une équipe avec un budget limite pharaonique (pour la france). Attaques baclées, défense aux fraises et donc le dernier rempart qui se fait défoncer (Idehn a fait quoi, 2 arrêts?). Pas un niveau pour aller loin en Ligue des champions sauf si les autres jouent encore plus mal
      Le point positif , le public 3550 spectateurs… bon d'un autre côté à part regarder la mer y a pas grand chose d'autre à faire 😀

      • lamirabel29 - le 4 février 2019 à 11h21

        C'est pas sympa pour Brest, moi qui suis d'origine mosellane, je ne voudrais pour rien au monde repartir d'ici….. Brest est bien plus vivant que Metz par exemple, et comme tu dis, on a la mer en plus….
        Je sais bien que notre public est envié 🙂
        Concernant le match, rien à dire, l’équipe de France est bien championne du monde et d'Europe….. à non c'est les dragonnes 😉
        Coté budget, c'est pas un oligarque russe qui finance, mais bien toute une région.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).