LFH – Transferts

Paris annonce l’arrivée de quatre nouvelles recrues

Crédit: Spono Eagles

Pas encore maintenu en LFH, Paris 92 (3e des play-downs avec six points) a officialisé ses quatre nouvelles recrues pour la saison prochaine. Deux joueuses arriveront de D2. La première est demi-centre et joue déjà en région parisienne, à Noisy-Le-Grand. Il s’agit de Maëlle Chalmandrier qui avant Noisy, jouait à la Stella Saint-Maur et remplacera Sonja Frey. La seconde est Alizée Chauveau. Elle évolue à Celles-Sur-Belle, au poste d’ailière droite et viendra remplacer Chloé Bulleux qui s’est engagée avec Toulon. Les deux nouvelles venues du collectif parisien arriveront de l’étranger. La première est une gardienne suisse, Lea Schupbach (22 ans). Elle arrivera des Spono Eagles, équipe résidente de Nottwil en Suisse, championne nationale la saison passée. Avec son club, elle a joué la Coupe EHF cette saison (éliminée au deuxième tour par les Hongroises de Dunaujvaros) et la Challenge Cup les années précédentes. Enfin, la dernière aura un voyage nettement plus long que les autres. Il s’agit d’Eun Hee Ryu, une arrière droite coréenne de 29 ans qui était de l’équipe qui a fini quatrième aux Jeux Olympiques de Londres qui remplacera Hanna Oftedal qui prendra la direction du Danemark la saison passée. Avec ces quatre nouvelles venues, il reste désormais au club parisien à trouver la personne pour diriger cette nouvelle équipe puisqu’Arnaud Gandais avait annoncé son départ la semaine passée sur son compte Twitter. Le président Jean-Marie Sifre n’a pas encore annoncé son successeur.

Maxime Cohen.

HandNews nouvelle application
Pub Espace Pronos LFH

7 CommentairesPoster un commentaire

  1. ormerry - le 24 avril 2019 à 09h40

    IPH fait décidément le pari de la jeunesse (on va avoir une moyenne d'âge de l'équipe de 22-23 ans, même avec les 30 ans de Eun Hee Ryu), mais il est à craindre que l'équipe manque un peu de "cadres". En tout cas, ce n'est pas une équipe pour jouer les 3-4 premières places du classement de LFH (ou peut-être en 2020-2021 si toutes ces jeunes filles progressent autant qu'on peut l'espérer).

  2. ANues - le 24 avril 2019 à 12h36

    La vache, donc fini est le temps où le club pouvait attirer des profils internationaux et expérimentés.
    Le club a tellement les poches vides qu'il va piocher en D2 et dans des championnats étrangers dont on n'entend jamais parler
    Un recrutement qui a pas du couter cher (au moins en comparaison des années précédentes)
    Donc la on a une équipe taillée pour jouer les playdowns comme dijon ou bien direct la D2.

    Chalmandrier 23 ans qui joue avec Noisy en D2 qui est classé 7e sur 8 dans sa poule
    Chauveau qui joue en U18 donc elle essuira surement le banc pour faire souffler Melvine Deba (et surement pas de contrat pro)
    Schupbach 22 ans qui va remplacer Victoria Alric, qui joue dans un championnat dont on a aucune stats.
    Eun Hee Ryu la plus expérimentée qui devrait faire mieux que Oftedal (pas difficile) mais aussi déjà 29 ans, et reste à savoir si elle parle anglais sinon ça va être la galère pour communiquer

    Donc c'est pas du tout le recrutement qu'on attendait et le club aura surement comme objectif de simplement rester en D1 (ou d'y remonter)

    Pour poursuivre dans ce type de recrutement, autant aller chercher un entraineur de D2

    • ormerry - le 24 avril 2019 à 16h32

      Il reste juste à espérer qu'ils ont encore 1 ou 2 recrues expérimentées sous le coude, avec une clause suspensive liée au maintien en LFH.

      Je ne suis pas certain que Schupbach va remplacer Alric, Paris devait être un des (le ?) seul club de LFH avec seulement deux gardiennes. Alors qui sera n°2, qui sera n°3 ?

      En tout cas, on se dit que Gandais a bien fait de tourner la page, parce que les ambitions du club semblent minimes…

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).