Starligue – J17

Paris taille patron

Le Paris Saint-Germain s’est imposé sans trembler face à Chambéry (21-30). Le match au sommet de cette journée a accouché d’une souris. La faute à un mur parisien intraitable, grande satisfaction de la soirée côté parisien, tandis que Chambéry n’a pu que constater l’écart ce soir.

Difficile d’en vouloir à Chambéry. Loin de vendre le match, les chambériens avaient même commencé devant (3-1, 4e). Mais la réponse sous la forme d’un cinglant 7-1 en 10 minutes des parisiens donnait une tournure claire aux échanges (4-8, 14e). Un début de match que Arthur Anquetil analyse avec réalisme : “On savait qu’ils étaient une grosse armada. On a tout donné, au début ça c’est enflammé, on sentait que… Mais finalement comme tout les matches de Paris, tu t’enflammes et eux ils jouent de la première à la soixantième. […] Ils produisent le même jeu quand toi tu te perds.” Loin de s’inquiéter après leur début mitigé, les parisiens resserraient les espaces, solidifiant une 5-1 avec Uwe Gensheimer haut en pointe et assassin en contre : “On a fait un super match en défense, en plus dans une 5-1 qu’on ne fait pas souvent, constate Luc Abalo. On les a bien perturbé, c’était vraiment la chose à faire.

Paris vers le sommet

De fait, le match va être un long fleuve tranquille pour Paris, qui profitera de chaque erreur savoyarde pour creuser l’écart. Un match qui entraîne des tirs de frustrations et quelques attitudes inhabituelles à Chambéry, mais on ne les accusera pas d’avoir bradé le match. Un petit retour a même été possible grâce à un jeu à sept plutôt efficace avec Costoya en chef d’orchestre. Mais Rodrigo Corrales éteint vite l’incendie. “On prend un gros coup sur la tête, car on est capable de gagner mais aussi d’en prendre 9 ce soir… On peut être plus proche que ça.” Pour Paris et Nedim Remili, c’est que du plus avec tout les joueurs – hormis Thierry Omeyer – qui auront foulé le terrain et construit cette victoire. D’autant que le rythme va s’adoucir pour des parisiens pas ménagés ces derniers temps : “On va avoir un peu de répit, sans ligue des champions… Ni la coupe de France, malheureusement. On va en profiter et continuer sur les mêmes rails. C’est une bonne saison pour le moment mais on verra ce qu’on a à la fin.

La feuille de match

Arbitres : Karim Gasmi et Raouf Gasmi

Chambéry – 21

Yann Genty (GB – 8/31) ; Julien Meyer (GB – 2/9) – Queido Traoré (1/3) ; Alexandre Tritta (0/4) ; Clément Damiani ;  Benjamin Richert (0/2) ; Antoine Léger ; Gerdas Babarskas (4/6) ; Hugo Brouzet (1/2) ; Johannes Marescot (3/3) ; Pierre Paturel (3/4) ; Quentin Minel (Cap – 2/7) ; Alejandro Costoya (4/8) ; Fahrudin Melic (2/4 dt 1/2 à 7m) ; Niko Mindegia (0/1) ; Arthur Anquetil (1/4).

PSG – 30

Rodrigo Corrales (GB – 17/35) ; Thierry Omeyer (GB – Cap) ; Gauthier Ivah (GB – 3/6) – Uwe Gensheimer (6/6 dt 4/4 à 7m) ; Luka Stepancic (2/7) ; Adama Keita (1/3) ; Sander Sagosen (5/6) ; Henrik Toft Hansen 4/5) ; Nedim Remili (3/6) ; Luc Abalo (5/8) ; Luka Karabatic (1/1) ; Viran Morros ; Mikkel Hansen (0/2) ; Nikola Karabatic (1/1) ; Kim Ekdhal du Rietz (2/2) ; Dylan Nahi.

À Chambéry, Maxime Thomas

HandNews nouvelle application

26 CommentairesPoster un commentaire

  1. No - le 22 mars 2019 à 03h10

    Je persiste et signe Tritta est un arrière droit totalement inoffensif comment peut on a chaque match le maintenir quasi 60mn ?

  2. Nantais - le 22 mars 2019 à 05h48

    Chambéry aura vraiment été l efflet ” soufflet” de cette année… Vite redescendu sur terre…

    • rkj4 - le 22 mars 2019 à 08h52

      Commentaire inutilement cruel.
      Par rapport aux saisons passées et par rapport à son effectif, Chambéry est bien au-dessus de là où on l'attendait et il continue régulièrement à le prouver (voir les récentes victoires sur Ivry et Nantes). En gros, ils ne se loupent quasiment jamais, ce qu'on ne peut vraiment pas dire d'équipes comparables (Aix, Saint-Raphaël, voire Dunkerque…)
      Mais ils ont une limite, un plafond de verre impossible à briser : il est donc ridicule de leur reprocher de perdre face à Paris qui, en qualité comme en nombre, a un effectif sans aucune comparaison.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).