D2F – Celles

“Frustration” et “colère” face à la situation actuelle

Vendredi dernier, la Ligue Féminine de Handball communiquait sur le futur de la Ligue Butagaz Energie. Face à l’épidémie de coronavirus et l’arrêt de tous les championnats depuis un mois, les instances du handball féminin décidaient de mesures phares : un championnat de première division à quatorze équipes au lieu de douze, pas de descente de LBE à D2F et la montée des deux premiers clubs de D2F au statut de Voie d’Accession au Professionnalisme (Vap). Pour le HBC Celles-sur-Belle, actuellement troisième des play-offs mais à égalité de points avec Saint-Amand, deuxième, cette décision manque “de logique et d’équité sportive”.

Au moment de l’arrêt des championnats, deux journées des play-offs de deuxième division féminine avaient été disputées. Au classement général, Plan-de-Cuques pointait à la première place avec 23 points tandis que Saint-Amand et Celles suivaient avec 21 unités. Avec cinq points d’avance sur Le Havre, quatrième, nul doute que la montée se jouerait entre ces trois équipes. Mais problème, Amandinoises et Celloises, au coude à coude au général, ne se sont jamais affrontées avant l’épidémie du Covid-19.

A la suite de la décision de la LFH, les joueuses et le staff du HBC Celles ont d’abord publié un communiqué ce lundi pour protester contre cette situation. “Nous tenons à manifester notre incompréhension et notre désaccord en lien avec les décisions prises ou en cours de validation pour ce qui a trait à la gestion de la fin de saison des divers championnats, explique le club. Le changement de logique consistant finalement à n’intégrer que les points acquis ou concédés à la fin de saison régulière est en contradiction avec les règles fixées au début de la saison. Cela impacte la stratégie des clubs.”

“Notre stratégie nous retombe dessus”

Cette stratégie sportive pour la gestion des play-offs, Frédéric Viguier (à droite sur la photo), président du club l’a d’ailleurs évoquée dans les colonnes de La Nouvelle République. “Sur cette phase, il y a des moments où il faut savoir gérer son groupe, explique l’homme fort du club. J’ai un coach qui, contre Bègles (défaite lors de la dernière journée) l’a fait, pour éviter de prendre des risques, étant donné que Bègles n’allait pas en play-offs et que ça n’aurait pas d’incidence. Notre stratégie nous retombe dessus, et nous dessert, donc on ne peut pas accepter cette prise de décision.”

Il poursuit avec son deuxième point de désaccord, lié au classement général s’il était entériné tel qu’il figure aujourd’hui : “on compare deux poules qui n’ont rien à voir, où les équipes ne se rencontrent pas. C’est arbitraire, injuste, et non-équitable. Pour finir, on va faire monter une équipe, Saint-Amand, qui n’a pas battu une seule équipe VAP de la saison. La question, derrière ça, est de savoir à quoi sert le VAP ? Le coup de grâce, c’est qu’on nous dit que Mérignac, qui n’a pas gagné un match, ne descend pas.”

“L’impression qu’on ne me respecte pas”

Pour expliquer une telle décision prise à l’encontre de la saison de son club, qui évoluait au plus haut niveau lors de la saison 2016/2017, Frédéric Viguier ne mâche pas ses mots, dans une longue interview à nos confrères de La Nouvelle République : “on est les Don Quichotte du handball. On se bat contre des moulins à vent. On ne veut pas de club rural au haut niveau. Je suis outré qu’on ne nous respecte pas plus. Ça fait longtemps qu’on existe, qu’on montre des choses, comme rassembler 3.000 personnes à plusieurs reprises dans une saison (ndlr : Celles-sur-Belle compte 4000 habitants environ), ou des finances qui ont fait de vrais progrès.” Cette année encore, le club avait pris ses quartiers à l’Acclameur, salle de 3 500 personnes à Niort, pour la réception de Brest en Coupe de France.

“J’ai l’impression qu’on ne me respecte pas, et que le petit club de milieu rural n’a pas le même poids que ceux évoluant à Marseille et Lille, pour citer Plan-de-Cuques et Saint-Amand”, explique le président amer.

La Ligue Féminine de Handball devrait communiquer d’ici la fin de semaine pour désigner officiellement les clubs promus dans l’élite.

Photos du HBC Celles-sur-Belle
Clément Domas

Pub Espace Pronos LFH

11 CommentairesPoster un commentaire

  1. jpf_hb - le 15 avril 2020 à 14h35

    “Sur cette phase, il y a des moments où il faut savoir gérer son groupe, explique l’homme fort du club. J’ai un coach qui, contre Bègles (défaite lors de la dernière journée) l’a fait, pour éviter de prendre des risques, étant donné que Bègles n’allait pas en play-offs et que ça n’aurait pas d’incidence. Notre stratégie nous retombe dessus, et nous dessert, donc on ne peut pas accepter cette prise de décision.”

    Pour moi ça s'appelle le karma, on fait "exprès" de perdre un match pour éviter une équipe, et bah voilà c'est le jeu…

    C'est pas cette décision due à la crise sanitaire qui est mauvaise, c'est la formule des playoff qui est à revoir plutôt

  2. Swill - le 15 avril 2020 à 15h03

    Ils n’ont pas fait exprès de perdre, ils ont fait reposer des joueuses pour gérer l’effectif. Ce cas précis mériterait un match d’accession entre les 2 équipes…

    • jpf_hb - le 15 avril 2020 à 15h14

      Le sport est un jeu où il faut toujours jouer à fond… Ils ne l'ont pas fait, ça leur retombe dessus, c'est pour ça que je parle de Karma
      Après je suis d'accord que la formule des playoff permet se genre d’aberration, mais ce n'est pas la décision due au Covid19 qui est aberrante

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).