Euro (M)

La Norvège première de sa poule, la Suède finit bien

Alexander Blonz (Norvège). Crédits : Bertrand Delhomme / Handnews

Il n’y avait plus d’enjeu dans les derniers matchs du tour principal. La Norvège a beaucoup fait tourner et s’est imposée contre une Slovénie également adepte du turnover (33-30). La Suède a bien fini chez elle contre l’Islande.

Peu avant le début de la rencontre entre la Norvège et la Slovénie, le suspense s’est évanoui : du fait de la large victoire du Portugal contre la Hongrie, les Slovènes ont obtenu leur qualification pour les demi-finales avant même de jouer leur dernier match. “On était d’abord concentré au maximum sur notre match, puis on a vu le résultat du Portugal contre la Hongrie, narre le gardien slovène Urh Kastelic. Nous étions trop contents, beaucoup d’émotions sont arrivées.” Difficile alors de rester concentrer pour le dernier match à l’importance anecdotique, si ce n’est pour la première place. “Oui, ça a été compliqué de se concentrer ensuite, confirme le gardien de Göppingen. Nous nous étions qualifiés en demi-finales d’un Euro pour la dernière fois en 2004… Nous sommes super heureux !”

L’occasion de voir de nouvelles têtes

Crédits : Bertrand Delhomme / Handnews

Dès lors, “pour les deux équipes, c’était presque plus un match d’entraînement qu’un match de championnat d’Europe”, affirme le pivot norvégien Magnus Gullerud. Les deux équipes ont largement fait tourner : pas de Sander Sagosen, Torbjørn Bergerud ou Christian O’Sullivan, mais Sander Overjordet, Espen Christensen et William Aar ; pas de Dean Bombac ou de Jure Dolenec, très peu de Blaz Blagotinsek, mais Rok Ovnicek et Kristjan Horzen. “C’était important pour les jeunes, qui sont là et qui travaillent avec nous, souligne Gullerud côté norvégien. Je me rappelle que quand j’étais à leur place, je profitais aussi des petites opportunités pour jouer, donc c’est juste bien.” Le match en lui-même n’a eu que très peu d’intérêt : la Norvège a fait la course en tête toute la rencontre et s’est imposée de trois buts au final (33-30). “C’est très bien que nous restions invaincus”, se satisfait Gullerud, qui n’avait pas fait de la première place un objectif majeur. “On savait que si on gagnait, on jouerait la Croatie. En fait, c’était pareil pour nous car ce sont deux bonnes équipes. Peut-être que c’est mieux pour nous d’affronter la Croatie car c’est une équipe qu’on connaît mieux, qu’on a plus souvent affronté”, estime-t-il. Et cette fois, à Stockholm, on reverra les stars de l’équipe sur le terrain.

Jerry Tollbring (Suède). Crédits : Bertrand Delhomme

Le dernier match à Malmö avait encore moins d’intérêt : l’Islande et la Suède savaient déjà qu’elles ne verraient pas Stockholm. Pour la Suède, l’objectif était donc de bien finir devant son public après une compétition décevante. Mission accomplie, avec une rencontre vite prise en main et déjà sept buts d’avance à la mi-temps (11-18). La large victoire acquise face à une équipe islandaise un peu démobilisée (25-32) a permis de redonner le sourire à son public, certes très, très loin de remplir la salle. Le pivot Andreas Nilsson s’est régalé avec sept buts marqués, tandis que Mikael Appelgren a fait sa part de travail avec dix arrêts, de quoi lui donner le titre de MVP de la rencontre. Un titre qu’il n’a pu récupérer, puisqu’il était parti à l’infirmerie, touché sur une action.

Enfin, à Vienne, le nul entre l’Espagne et la Croatie a été suivi d’un autre match nul, entre l’Autriche et la Biélorussie, bien plus riche en buts toutefois (36-36). L’ailier Mikita Vailupau s’est distingué avec 12 buts (dont 6/7 pen.), alors qu’avec sept buts, Nikola Bilyk a une dernière fois régalé son public. Pour le dernier match du tour principal du groupe I, l’Allemagne a pris le dessus en fin de rencontre face à la République tchèque (22-26), grâce notamment à 5 buts de Philipp Weber.

A Malmö, Mickaël Georgeault

4 CommentairesPoster un commentaire

  1. rkj4 - le 22 janvier 2020 à 23h04

    Après tous leurs matchs, c'est sûr que les équipes sont à genoux. Mais les 4 qui restent sont incontestablement les meilleures de la quinzaine, même si on pouvait en attendre d'autres (Danemark, évidemment, et France, parce que ça paraissait encore logique il y a 15 jours).

    Pour la suite, mes favoris sont l'Espagne et la Norvège mais je ne parierai pas lourd dessus. Il y a 2 ans, la France arrivait invaincue et impressionnante en 1/2 finale, pour se faire piétiner par Espagnols. Il y a donc un moment où il ne faut plus croire aux favoris.

  2. BlokRemi - le 23 janvier 2020 à 09h54

    Salut,
    Les matchs couperets sont parfois synonymes de surprises effectivement. La Norvège avance jusqu’ici sans douleur mais se retrouve face à une équipe croate qui sait faire déjouer ses adversaires. Sagosen va certainement subir un traitement particulier et sa capacité à résister mentalement aux « subtilités » défensives des Croates sera peut être la clé du match. Les espagnols semblent intouchables mais les 10 dernières minutes face aux croates laissent planer un doute sur leur condition physique et le jeu Slovène est proche de celui des damiers rouge et blanc.
    Une finale Slovénie Croatie aurait de la gueule aussi !

    • Tilleul - le 24 janvier 2020 à 14h07

      "subtilités défensives croates", j'adore. Le poète Vori n'aurait pas dit mieux.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).