LSL – J14

Ivry domine Montpellier, Nîmes donne le ton

La Starligue nous avait bien manqué. Elle est de retour pour cette 14ème journée et ne nous a, une fois de plus, pas déçu. Nîmes qui n’avait plus gagné face à Chambéry depuis 4 ans a signé un succès de prestige (38-31), tandis qu’Ivry s’est offert, comme la saison précédente, le scalp de Montpellier (30-25). Tremblay a également impressionné en dominant St Raphaël (34-31) et Istres, Chartres et Créteil ont donné du fil à retordre à Aix, Nantes et Dunkerque qui sont néanmoins parvenus à prendre les points.

Le choc de cette première journée de reprise opposait deux déçus des 1/8èmes de finale de Coupe de la Ligue : Nîmes et Chambéry. Si les 5 premières minutes sont purement chambériennes avec un très bon Costoya (3 buts dans les 5 premières minutes), les locaux vont rapidement revenir dans le match à la faveur d’un 4-0, en resserrant leur défense. Les gardiens des deux bords s’illustrent mais les arrêts spectaculaires de Meyer ne suffiront pas à garder son équipe à auteur de la formation gardoise qui s’envole avant la mi-temps grâce à un très bon O’Brian Nyateu (21′ : 10-11 ; 24′ : 14-11). Grâce à deux buts d’Elohim Prandi, l’USAM rentre aux vestiaires avec 4 longueurs d’avance (MT : 18-14). En fin de match, Pierre Paturel dresse le triste tableau de la performance de son équipe : “On a 20 bonnes premières minutes et après je ne sais pas pourquoi, tout part en vrille. On a des temps faibles mais ils durent beaucoup trop longtemps, et on ne peut pas espérer gagner à Nîmes dans ces conditions.” Et en effet, la fin de match va être très douloureuse pour des Savoyards sans solutions. Une tentative de jeu à 7 infructueuse, de nouvelles pertes de balle, et Michaël Guigou (9 buts) pouvait se régaler tandis que Desbonnet fermait la boutique (SF : 38-31). “Je pense qu’on arrive à maturité dans le fonctionnement du groupe, nous dit ce dernier. On collabore beaucoup on parle beaucoup, on a beaucoup évolué dans la préparation des matchs et quand on est récompensés comme ce soir c’est top.” Si le prochain match des Gardois sera à Créteil, avec une revanche attendue, l’USAM ira d’abord espérer un résultat en Allemagne face aux Rhein-Neckar Löwen pour “poursuivre le rêve en coupe d’Europe.” Chambéry par contre, bien que toujours 9ème, n’est plus qu’à 3 points de la zone de relégation et devra assurer à Chartres.

Darko Arsic (Tremblay)

Retour gagnant pour Tremblay

Tremblay n’avait plus gagné en championnat depuis le 16 octobre dernier et la réception de Créteil. Face à St Raphaël, les locaux ont su montrer leur meilleur visage et ont, pour une fois, tenu 60 minutes. La première période est marquée par les attaques avec notamment Bruno Butorac (9/12) et le désormais régulier Luka Brkljacic. En face, les Varois n’y arrivent pas en défense et accusent un retard non négligeable à la pause (MT : 20-16). “Clairement on s’est mis en difficulté dès le début de match avec beaucoup de pertes de balles et surtout beaucoup d’échecs à 6m” déplore Adrien Di Panda en fin de match. C‘est pas évident de jouer un match avec seulement 3 joueurs professionnels sur la base arrière (Sarmiento, Gayduchenko et Di Panda), à un moment on revient au contact mais on sent qu’ils ont pu faire les rotations sur la fin.” Et en effet, en deuxième période, si l’attaque tremblaysienne continue de tourner (40′ : 24-19), les visiteurs vont brutalement revenir dans la partie, grâce notamment au serial-buteur Raphaël Caucheteux (15/18). Mais dans une fin de match à suspens, les locaux vont parvenir à s’imposer grâce  notamment à 2 arrêts de Darko Arsic (11 arrêts). Score final : 34-31. “Clairement c’est un match référence pour nous, exulte Bakary Diallo, auteur d’une belle prestation (6/6). En première partie de saison il y a plein de matchs qu’on a mené mais où on a perdu à la fin. Là on est restés soudés et on a réussi à aller au bout tous ensemble. Il faut maintenant qu’on enchaîne avec la réception de Dunkerque ici la semaine prochaine.” Les nordistes sont prévenus.

Et c’était décidément la soirée de la révolte des mal-classés car la performance de la soirée, c’est Ivry qui l’a réalisée, en dominant de la tête et des épaules Montpellier (30-25). Si les Héraultais ont mieux entamé la rencontre, comptant jusqu’à trois buts d’avance dans le premier quart d’heure, ils se sont ensuite pris les pieds dans le tapis. Multipliant les pertes de balle, ils n’ont jamais vraiment trouvé la solution face à la défense étagée des Ivryens, qui n’avaient plus connu le succès depuis le 9 octobre. Et comme, en plus, Benjamin Bataille avait décidé de faire des misères à ses futurs coéquipiers, l’addition s’est rapidement alourdie. N’encaissant aucun but dans les sept premières minutes du second acte, les franciliens ont pris le large et cinq longueurs d’avance, et n’ont plus jamais lâché la tête. Et les hommes de Patrice Canayer se sont inclinés pour la troisième fois de la saison, laissant Nantes prendre deux points d’avance dans la course à la seconde place.

Aymeric Minne (HBC Nantes)

Nantes inquiété, Aix prend les points

Du côté de Nantes, après un match satisfaisant face à Chambéry ce week-end, le H a eu toutes les peines du monde à se défaire d’une équipe de Chartres qu’on a rarement vu si prolifique en attaque. Dans une première période où les gardiens ne voient pas le jour, les Euréliens utilisent à merveille leurs ailes et Vanja Ilic et la star Morten Vium sont auteurs de 10 réalisations sur la seule première période. En face, seul Aymeric Minne tire son épingle du jeu, mais avec la manière ! Le jeune demi-centre présente une statistique impeccable à la mi-temps : 9 buts en 9 tirs, ce qui ne permet pour autant pas à son équipe de prendre l’avantage (MT : 18-19). En seconde période, les locaux parviennent néanmoins à reprendre les devants avec le réveil d’Emil Nielsen et s’imposent sans convaincre avant de recevoir Adamar Leon en coupe EHF (SF : 33-31).

Dans le derby provençal, Istres a vendu cher sa peau face à Aix. Menant pendant 20 minutes grâce à son pivot italien Andra Parisini et ses bons gardiens, les violets lâchent pourtant du leste en fin de mi-temps, butant sur un Wesley Pardin infranchissable (43% d’arrêts). Tout reste néanmoins possible à la pause : 12-14. Le match garde son rythme et le PAUC mène sans créer d’écart conséquent dans une seconde période marquée par les performances de ses ailiers : 6 buts pour Gabriel Loesch et pour Samuel Honrubia (100%) qui signe des débuts convainquants dans le sud. Les hommes de Gilles Derot vont néanmoins bloquer dans les 10 dernières minutes face à un monstrueux Wesley Pardin qui n’encaisse qu’un seul but dans ce laps de temps, permettant à ses coéquipiers d’assurer les 2 points (SF : 21-25). La formation de Jérôme Fernandez peut maintenant se tourner vers 2 très gros morceaux : Berlin ce dimanche en ouverture de la coupe EHF puis la réception de Paris la semaine prochaine.

 

Antoine Piollat

30 CommentairesPoster un commentaire

  1. Thibz - le 6 février 2020 à 00h14

    Et Minne 12/13 …sans les penos

    • leFnake - le 6 février 2020 à 08h16

      s'il y a bien une chose que je pourrais reprocher à Dinart, c'est qu'il n'ait pas convoqué Minne en EDF. Qu'il lui préfère Claire pour X raisons (expérience, vécu en EDF…), on peut ne pas être d'accord, mais ce n'est pas choquant en soi.

      Par contre, vu qu'après il ne compte pas du tout sur Claire (à part pour porter l'eau ?) et qu'il n'en fait pas une solution alors que Claire était le seul demi-centre de métier (avec NK), je trouve que c'est un immense gâchis de ne pas avoir testé Minne. C'est peut-être pas lui qui nous aurait fait gagner contre le Portugal ou la Norvège, mais dans tous les cas, il aurait été plus utile que Claire que Dinart n'a pas fait rentrer une seule minute.

      • rkj4 - le 6 février 2020 à 13h03

        Moi aussi, ça fait un bout de temps que j'ai envie de le voir arriver en EdF.
        Mais résumer les erreurs de DD à la non-convocation de Ludovic Minne, n’est-ce pas osé ?

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).