LSL – J3

Montpellier arrache le derby, Nantes enchaîne

Hugo Descat (Montpellier Handball)

Cette soirée de Starligue (J3) nous a offert 3 matchs à suspense. Montpellier s’est offert un derby âpre et disputé (24-25) à Nîmes. Nantes a de son côté réussi à terrasser un Fénix qui lui aura bien résisté (31-28). Enfin, Dunkerque a décroché sa première victoire à Ivry (20-23).

Dans la belle ambiance du Parnasse malgré les restrictions sanitaires, le derby du Languedoc s’est tenu ce soir. Au terme d’une lutte intense et indécise, le MHB s’est imposé chez son voisin rival par le plus petit des écarts (24-25).

NIMES DEMARRE (TROP) TIMIDEMENT

Remi Desbonnet (Nimes)

En difficulté face à la 1-5 montpelliéraine et pas assez agressifs en défense, les Nîmois commencent mal le match (1-3, 4’ puis 3-7, 10’). De son côté, Montpellier est fringant malgré un côté droit orphelin de Richardson et Porte (préservé en début de match). La première période se déroule globalement dans ce schéma : Montpellier est bien devant son adversaire et compte jusqu’à 5 buts d’avance (6-11, 17′ puis 9-14, 26′). Cependant, Nîmes n’abdique pas et réagit, notamment via ses pivots Nieto et Poyet, judicieusement placés sur Villeminot, plus léger qu’eux (3 buts à eux deux), et Desbonnet. Si le début de match du gardien gardois fut médiocre, en lien avec une défense pas encore rôdée et des tirs de qualité du côté du MHB, son réveil à partir de la 20e minute (5 arrêts en 10 minutes) acte le retour nîmois dans le match. Sur une dernière contre-attaque éclair de Sanad, l’USAM rentre au vestiaire avec un écart réduit à 2 buts (12-14). Presque inespéré.

MONTPELLIER PLIE MAIS NE ROMPT PAS

L’USAM entame le deuxième acte animée des mêmes intentions et revient au score peu à peu emmenée par Quentin Minel, stratosphérique (6 buts). En face, Montpellier ne déjoue pas pour autant mais subit le retour des hommes en vert, malgré un Diego Simonet se donnant corps et âme dans la défense gardoise. Les arabesques du meneur de jeu argentin ne suffisent pas à contrer le retour nîmois. L’USAM égalise à la 42e minute (19-19) puis prend l’avantage dans la foulée sur un but de Desbonnet qui enflamme le Parnasse (20-19).

COACHING GAGNANT POUR CANAYER

Kevin Bonnefoi (Montpellier Handball)

Alors que le match a changé de physionomie et que les Nîmois semblent avoir pris le dessus, l’entraîneur montpelliérain fait deux changements qui vont bouleverser la suite de la rencontre. Bonnefoi remplace Sego en difficulté et Porte met les pieds sur le terrain. Les deux entrants vont apporter un nouveau souffle à leurs coéquipiers. Pourtant incertain, le capitaine montpelliérain entre de manière conquérante dans la rencontre. Généreux et efficace en attaque (2 buts), il viendra également stabiliser la défense montpelliéraine avec son expérience et sa bonne gestion des duels. Quant à Bonnefoi, s’il affirmait au micro de Bein Sport que “c’était une victoire d’équipe“, tous les Montpelliérains savent la fière chandelle qu’ils lui doivent. Avec 5 arrêts à plus de 60 % de réussite, l’ancien gardien nantais aura pesé de tout son poids sur le money time, écœurant des Nîmois bien maladroits aux jets de 7 mètres notamment (4/11 dans l’exercice).

Sans trembler et malgré des décisions arbitrales de plus en plus contestées de chaque côté, les Montpelliérains reprennent le dessus et finissent par l’emporter 24-25. Deux points importants pris pour les Héraultais avec le nouveau combat qui les attend dimanche face à Nantes.

Crédit photo : Panoramic / Kevin Domas

NANTES ECARTE TOULOUSE

Marquée par les blessures, l’équipe nantaise réalise un match solide dans son antre et s’impose 32-29 face à Toulouse. Les Nantais confirment leur bonne forme du moment avant le choc à Montpellier.

Cette confrontation faisait partie des chocs de la journée et a tenu toutes ses promesses. D’entrée, les attaques prennent le pas sur les défenses. Après seulement 8 minutes, le score est de 5-5. Toulouse prend 2 buts d’avance mais le « H » réagit vite. Les locaux infligent un 4-0 et reprennent 2 buts d’avance comme en tout début de match (10-8, 20’). Jusqu’à la mi-temps, Nantes conserve cet avantage d’1 ou 2 buts et en prend même 3 suite au shoot de Figueras. Cependant, Nori Benhalima réduit l’écart pour Toulouse. Le score est de 15-13 pour Nantes à la pause.

Toulouse revient bien des vestiaires et égalise suite à 2 buts d’Abdi. Cependant, le Fenix n’arrive pas à tenir ce nul. Suite à des pertes de balles et des 2 minutes toulousains, Nantes reprend un avantage de 3 buts (19-16, 38’). Les occitans réagissent immédiatement. Ils marquent 5 buts consécutifs sans en encaisser un seul. Ils récupèrent l’écart au tableau d’affichage et mènent de 2 buts (19-21, 44’). La seconde période est très serrée entre les deux équipes. Avant le début du money-time, les deux équipes sont à égalité (24-24, 51’). C’est cependant le HBC Nantes qui aura le dernier mot. Poussée par son public, l’équipe locale menant de 2 buts, s’accroche et conserve l’écart. Elle s’impose finalement 31-28 et prend la place de dauphin, derrière Paris.

Si le Fenix a été très efficace devant le but, l’équipe aura commis 19 pertes de balles, trop pour espérer un résultat en terre nantaise.

 

DUNKERQUE LANCE SA SAISON A IVRY

Comme la semaine dernière, Dunkerque s’est livré à un match très fermé avec peu de buts. Le club nordiste a fait face à une équipe ivryenne très indisciplinée, concédant 5×2 minutes rien qu’en première période. Il prend assez rapidement les devants avec un écart de 3 buts au bout de 10 minutes (1-4, 10’). S’en suit ensuite un bon duel entre les deux gardiens. Sunjic réalise 6 arrêts contre 8 pour Samir Bellahcene (12 sur l’ensemble du match). Cela n’empêche pas Aymeric Zaepfel d’égaliser pour les Franciliens (4-4, 18’). La fin de première période est un peu plus propice aux buts. Malgré un dernier but de Wylson Davies, ce sont bien les visiteurs qui mènent d’un petit but à la pause (7-8, M-T).

Ivry reprend idéalement ces 30 dernières minutes et prend les devants (10-9, 34’). Les deux équipes se tiennent et personne ne fait le break . Lucas Petit permet à l’US Ivry de conserver ce petit avantage d’un but (14-13, 40’). Dunkerque a plus de mal avec 2×2 minutes quasi coup sur coup et moins d’efficacité devant le but. Les locaux en profitent pour prendre 3 buts d’avance sur une contre-attaque de Davyes (17-14, 45’). Cependant, les Nordistes n’abdiquent pas et exploitent le temps faible local. Les Dunkerquois infligent un 5-1 à l’US Ivry et reprennent l’avantage suite à un but de Steve Marie-Joseph (18-19, 52’). Les visiteurs terminent très bien cette rencontre avec notamment un Jan Jurecic déterminant, qui inscrit 4 buts dans ces 10 dernières minutes. L’ex-montpelliérain Benjamin Afgour marque le dernier but du match, et l’USDK empoche les 2 points grâce à sa victoire 23-20.

 

Tristan Paloc & Alexandre Riotte

 

54 CommentairesPoster un commentaire

  1. rkj4 - le 7 octobre 2020 à 23h20

    L'usam ne semble pas miser tant que ça sur Michael Guigou et c'était déjà un peu le cas la saison dernière. Il y a sûrement une bonne raison à celà mais, vu comment les choses se sont passé ce soir, est-ce qu'on ne pourrait par l'envoyer tirer un pénalty de temps en temps, pour remettre son équipe à l'endroit ?

    • OhHandy - le 7 octobre 2020 à 23h39

      si si un péno et un raté ….
      pour la remise à l'endroit on repassera 😉

      • rkj4 - le 8 octobre 2020 à 09h22

        Je n'ai regardé que la seconde mi-temps et je n'ai pas vu Guigou sur le terrain, d'où mon erreur. N'empêche qu'il joue peu (que ce soit comme ailier ou DC).
        Depuis sa dernière année au MHB, je suis de ceux qui croient fermement en la réalité de son déclin. De là à jouer si peu dans son nouveau club, ça reste étonnant. Est-ce qu'il serait tellement moins efficace que Rebichon ? Ne peut-il donner un coup de main en suppléant Nyateu de temps en temps ?
        Si Nîmes l'a recruté dans le seul but de tirer la langue au MHB, ça me parait une gestion d'équipe puérile, mais l'USAM a généralement l'air de savoir où il veut aller. Est-ce que Guigou ferait sa mauvaise tête…? Le gars ne me semble pas facile à manier, avec l'âge. On en saura peut-être plus un jour.
        En tout cas, vu la situation, revoir Guigou en compétition officielle avec l'Edf serait choquant. Il y a des gars plus chauds que lui actuellement.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).