Starligue

Ce Paris était trop fort pour Nîmes

Paris l’a largement emporté ce soir face à un Nîmes émoussé physiquement (39-29). Et se rapproche encore un peu plus du titre.

“Des regrets ? Aucun.” Franck Maurice, l’entraineur nîmois, est lucide sur la prestation de ses joueurs face à Paris. Amputés de Jean-Jacques Acquevillo et O’Brian Nyateu, les Gardois ont tenu une mi-temps face à Paris (18-15 à la pause), avant de sombrer dans le second acte, par manque de fraicheur physique et de rotations. Il faut dire qu’ils viennent d’enchainer neuf matchs en quatre semaines, et que les corps commençaient à être endoloris. Cela s’est vu dans les prestations de Mohammed Sanad, mangé tout cru par Rodrigo Corrales, ou dans celles des portiers, qui n’ont jamais vraiment tenu la comparaison avec leur adversaire espagnol. “On était fatigué, et on a pris le rouleau compresseur en pleine poire. Face à un Paris de ce niveau, il faut les embêter dans la durée, être à 200% pendant soixante minutes. On a été trop limités” continuait Maurice. Lui qui avait des interrogations sur la capacité de ses joueurs à enchainer les matchs peut tout de même être satisfait. Sur les neuf dernières rencontres, l’USAM n’en a perdu que deux, face à Rhein-Neckar Löwen et au Paris Saint-Germain. “On ne va pas se pendre parce qu’on perd contre deux des meilleures équipes d’Europe. Ce soir, on a été capables de faire du Nîmes, mais que par à coups. La trêve va nous faire le plus grand bien” termine l’entraineur, alors que ses ouailles pointent à la troisième place, à neuf points du leader parisien.

Pas de nuage à l’horizon pour Paris

Un leader qui semble sur une autoroute pour le titre national. Six points d’avance sur Nantes, sept même, en comptant le goal-average particulier, on ne voit pas ce qui pourrait empêcher le Paris Saint-Germain, toujours invaincu cette saison en Starligue, d’être sacré. Alors bien sûr, Raul Gonzalez ne veut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. “Il nous reste quatre matchs à gagner” répète le coach espagnol, le sourire en coin quand on lui demande si le titre est presque dans la poche. Mais pour Paris, les deux dernières rencontres étaient celles de tous les dangers. Si le match nul à Nantes la semaine passée a eu des airs de petit miracle, tant le vaisseau a été secoué, la victoire de ce soir ne souffre d’aucune contestation. 39 buts marqués, malgré un Mikkel Hansen toujours en délicatesse avec son bras, un grand Corrales dans les buts, difficile de trouver un point faible. “Je suis d’autant plus satisfait que Nédim Rémili et Kim Ekdahl ne s’étaient pas entrainés cette semaine, ils étaient malades. On a bien commencé le match et su maintenir un rythme élevé, il y a de quoi être content” continuait Gonzalez. Qui pourra même se targuer que son équipe ait donné le change, en terme d’attaque de feu, à son homologue du football, représentée par Kyllian Mbappé en tribunes. “Ma fille m’a envoyé des photos, je ne savais pas qu’il était là. Mais ça fait toujours plaisir d’être supporté par un des meilleurs sportifs du monde” souriait-il en conclusion. Décidément, il n’y avait pas l’ombre d’un nuage à Coubertin ce soir pour ce PSG.

Kevin Domas

27 CommentairesPoster un commentaire

  1. Crazy Hand - le 6 mars 2020 à 06h47

    L’incroyable discours d’un gardien qui trouve que les gars ont « trop vite lâché »…? Et la prestation de son homologue en face ? Elle l’a pas affecté par rapport à son petit niveau ?
    Écœuré !
    Mais pourquoi n’a t’on pas tendu le micro à Benjamin Gallego ? Anomalie du handball moderne capable de jouer à tous les postes avec un physique qui n’entre plus dans les normes ?
    Non seulement Paris est plus fort; que dire sans Nyateu ni Acquevillo… mais avec un Corrales à ce niveau !!!

    Les grandes équipes ont des grands gardiens. Il va falloir le comprendre à l’USAM

  2. Billou44 - le 6 mars 2020 à 07h23

    Sauf erreur de ma part, Paris a joué autant de match sur la même période et joué 2 matchs par semaine depuis bien longtemps. L’excuse de la fatigue due au nombre de match joué est surprenante.

    • sakadoo44 - le 6 mars 2020 à 09h30

      les bancs parisiens et nîmois ne sont pas tout à fait les mêmes…

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).