Starligue – J16

Andrea Guillaume a saisi la balle au bond

Avec ses onze buts face à Montpellier, Andrea Guillaume a réalisé sa plus belle performance depuis qu’il est arrivé à Istres, il y a dix-huit mois. Et il espère bien continuer dans cette voie.

Cohabiter avec des ailiers danois peut rendre les saisons longues, très longues. William Benezit, le jeune chartrain, en sait quelque chose, alors qu’il voit Morten Vium enchainer les bonnes performances. A Istres, l’équation n’est pas bien différente pour Andrea Guillaume. Alors que Rasmus Nielsen, arrivé l’été dernier, monopolise le temps de jeu, l’ancien international jeune ronge son frein sur le banc de touche. “C’est le jeu de la concurrence, Rasmus est bon, il joue. C’est sûr que ça peut être frustrant, mais le bien de l’équipe prévaut. A moi de mettre le pied dans la porte dès que j’en ai l’opportunité” analyse-t-il lucidement, du haut de ses 21 ans. Mercredi, à Montpellier, Guillaume n’a pas fait qu’entrebailler la porte, il a carrément mis un grand coup de pied dedans. Onze buts face au champion d’Europe 2018, avec une victoire au bout, c’est ce qu’on appelle marquer les esprits. Au point d’arriver et de chambrer un peu à l’entrainement ? Ce n’est pas vraiment le genre de la maison. “Je suis content, mais je n’en ai pas rajouté” dit-il timidement. Au point qu’il faille insister pour savoir que, oui, en mettre onze à Bougnol lui a “vraiment fait plaisir. Quand j’ai su que j’allais jouer, je me suis dit que c’était maintenant ou jamais. Mais j’insiste, c’est surtout important d’avoir pris les points au bout.”

Le souvenir de la saison passée est dans les têtes

Car les points, c’est un peu le nerf de la guerre à Istres en ce moment. On pourrait être tenté de se dire qu’en en ayant déjà emmagasiné onze, les Provençaux ne sont plus très loin de se maintenir. Sauf que dans ce championnat complètement illisible, ils ne sont que quatre points devant le premier relégable, Tremblay. Autant dire, à portée de fusil. Et l’histoire a appris aux Istréens qu’un championnat n’était jamais joué. L’an passé, ils avaient remonté un débours de sept points à la trêve pour se sauver. “C’est dans les têtes de tout le monde, on sait que la tendance peut vite s’inverser. Et quand une dynamique se met en route, tout peut arriver, on le voit chez nous, on réalise un bon début de saison en étant sur la lancée de notre fin de saison dernière” se souvient Guillaume. Alors, pour éviter toute mauvaise surprise, il s’agira de prendre les points nécessaires le plus rapidement possible. A Créteil, la semaine prochaine, face à Dunkerque, dans quinze jours, mais aussi contre Chartres à la maison dès demain. “Ce sont les matchs les plus compliqués à gérer, on a beaucoup plus à perdre qu’en jouant Montpellier. Là, tu sais que si tu perds contre une équipe à ta portée, l’impact est différent au classement” conclut l’ailier droit. Qui dit se sentir bien à Istres. Même dans l’ombre de Rasmus Nielsen. Pourtant, la lumière va à ravir…

Outre ce choc entre candidats au maintien, les autres équipes du bas de tableau risquent de souffrir cette semaine. On a du mal à voir comment Créteil, la lanterne rouge, pourrait aller embêter le Paris Saint-Germain, leader invaincu, tandis que Tremblay s’envolera vers Toulouse. Le Fenix reste peut-être sur deux défaites de suite, mais la venue des Franciliens est l’occasion rêvée pour remettre la machine en route. Il y aura peut-être un peu plus de place pour Ivry, qui accueillera Saint-Raphaël, chez qui la constance n’est pas le maitre mot. Nantes et Nîmes vont continuer de se firer la bourre à distance dans la course à la deuxième place. Les premiers se déplaceront à Dunkerque tandis que les seconds accueilleront Aix. Enfin, jeudi soir, on aura un regard tout particulier sur le clasico du championnat, entre Chambéry et Montpellier. Soit deux des équipes en souffrance du championnat. A elles deux, elles n’ont pas pris le moindre point depuis la reprise. Si, pour les Savoyards, l’Europe semble hors de portée, avec cinq points de retard sur la huitième place; pour les Héraultais, la Champions League pourrait définitivement s’éloigner en cas de défaite au Phare…

Le programme de la seizième journée

Mercredi 19 février
Dunkerque – Nantes à 20h30 (en direct sur beIN Sports Max 8)
Istres – Chartres à 20h30 (en direct sur beIN Sports Max 4)
Ivry – Saint-Raphaël à 20h30 (en direct sur beIN Sports Max 5)
Paris – Créteil à 20h30 (en direct sur beIN Sports Max 6)
Toulouse – Tremblay à 20h30 (en direct sur beIN Sports Max 7)
Nîmes – Aix à 20h45 (en direct sur beIN Sports 1)

Jeudi 20 février
Chambéry – Montpellier à 20h45 (en direct sur beIN Sports 1)

Kevin Domas

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).