LMS

Créteil à la sauce espagnole

Fernando Barbeito (Entraineur US Creteil)

Dans la foulée d’un maintien acquis haut la main en deuxième partie de saison, Créteil a renouvelé la moitié de son effectif, tout en intronisant un entraineur étranger. Une première depuis dix ans.

Il y a un peu plus de deux mois, Fernando Barbeito soulevait la Champions League à Cologne avec le FC Barcelone. L’apothéose de deux saisons vécues sur le banc de touche catalan, aux côtés de Xavi Pascual, avec un groupe considéré par beaucoup comme la plus belle équipe du monde à l’heure actuelle. Cette Ligue des Champions, c’était la sixième de la carrière de l’ancien ailier gauche, un des meilleurs tireurs de pénaltys de son époque. Quatre conquises avec Barcelone, une avec Portland San Antonio, le palmarès de l’ancien international espagnol en tant que joueur est bien remplie. Mais désormais, tout ça, c’est du passé. “Barcelone, c’était formidable, mais désormais, je suis dans le projet de Créteil. Je suis très heureux d’être ici, avec ces joueurs, ces dirigeants, ce club. Vraiment heureux” sourit-il, quelques semaines après avoir posé ses valises en banlieue parisienne.

Le bond est pourtant colossal, entre une formation championne d’Europe et une autre qui jouait le maintien la saison passée. Certains auraient sûrement mis quelques semaines à s’adapter. Mais il semblerait que Barbeito, avec toute son expérience, ait rapidement trouvé le bon ton pour parler à ses nouveaux joueurs. “Le handball, c’est le handball, peu importe le niveau. Tout ce que j’ai vécu avant me sert, mais je ne fais pas de comparaison” souligne-t-il alors que, dans le groupe, son arrivée fait pour l’instant l’unanimité. “Ca court énormément, c’est précis tactiquement, il sait où il veut nous emmener et il arrive à nous le transmettre, c’est super positif. Pour l’instant, ça matche bien avec nous” relève Antoine Ferrandier, le demi-centre ancien de la maison. Flanqué de Christophe Esparre, qui avait assuré l’intérim avec succès en deuxième partie de saison dernière, Barbeito appose sa méthode sur une formation jeune, mais au sein de laquelle six nouveaux joueurs sont arrivés cet été. “Un nouvel entraineur, cinq nouveaux joueurs de champ, ce sont des difficultés en plus. On va avoir besoin de temps pour arriver là où on veut aller, mais aussi de beaucoup de travail. Mais pour l’instant, on est dans les temps” continue-t-il.

“On a changé quelques petits détails”

Mario Lopez Alvarez (US Creteil HB)

Son objectif ? “Arriver prêt sur la première journée, avec deux matchs très importants pour nous, contre Dunkerque et à Saran. Après, Paris et Montpellier, ce sera autre chose, mais on va avoir quelques matchs intéressants en début de saison” explique-t-il. Sans doute espère-t-il surfer sur la dynamique de la seconde moitié de la saison dernière. Après que Pierre Montorier ait pris ses distances au mois de janvier, son ancienne équipe a cumulé dix victoires en quatre mois, qui lui ont permis de se maintenir sans trembler. En s’offrant quelques gros morceaux du championnat à domicile, comme Toulouse ou Saint-Raphaël, tout en négociant avec brio les rendez-vous face aux concurrents pour le maintien. “Ca nous a montré qu’on était capable de faire de très belles choses si on croyait en nous-mêmes et en nos capacités. On en a tiré beaucoup de positif” continue Ferrandier.

Dans ces conditions, Barbeito ne va pas tout reprendre de zéro. D’abord car une bonne partie de l’ossature de l’effectif, notamment sur le côté gauche, n’a pas bougé.  “On a changé quelques petits détails, quelques associations. Je veux qu’on court plus, qu’on aille plus vite en contre-attaque, qu’on soit capable de tirer de loin parce qu’on a de grands joueurs sur la base arrière” détaille-t-il. Sur les deux premières sorties (victoire face à Cesson, défaite face à Pontault), la greffe semble bien prendre, même s’il reste encore de nombreux réglages à effectuer. “Mais c’est normal, on en est à quatre semaines ensemble” termine Barbeito. L’arrière droit tchèque Tomas Piroch, son compère ailier espagnol Mario Lopez Alvarez (photo) et le portier croate Todor Jandric semblent déjà bien dans le moule en ce début de préparation. Ne reste plus que tous les ingrédients prennent, et la mayonnaise cristolienne à la sauce espagnole pourrait être une des bonnes surprises de cette saison.

Kevin Domas

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).