LMS

Montpellier et le syndrome de la deuxième place

Depuis que seule la deuxième place du championnat est qualificative pour la Champions League, aucune équipe n’a réussi à terminer dauphin de Paris tout en jouant la plus grande des compétitions européennes. Cette saison peut-elle changer la donne ?

“Ne vous inquiétez pas, je n’ai pas attendu que vous me le fassiez remarquer pour m’en rendre compte.” Patrice Canayer, l’entraineur du Montpellier Handball, n’est pas né de la dernière pluie. Il a bien remarqué que, depuis quelques années, il est bien compliqué de mener de front la course à la seconde place en Champions League et une épopée dans la plus prestigieuse des compétitions européennes. Son équipe l’a appris à ses dépens il y a deux saisons, l’année passée, c’est le HBC Nantes qui a du se contenter de la troisième place hexagonale après avoir atteint le FINAL4 de la Champions League. “On voit que jouer la Champions League coûte quatre ou cinq points en championnat. Plus que dans le handball, on a essayé de travailler mentalement, sur la capacité à enchainer les matchs tous les trois jours en étant au top niveau. Et pour cela, il faut de grands compétiteurs” explique Patrice Canayer.

Un recrutement tourné vers l’étranger

Le recrutement héraultais, cet été, s’est tourné vers l’étranger. Aucun des cinq nouveaux joueurs n’évoluait en France la saison passée, et seul Marko Panic, grâce à son long passage à Chambéry, parle déjà français couramment. Alors que le MHB va devoir courir plusieurs lièvres à la fois et donc être opérationnel tout de suite, cela pourrait-il présenter un handicap ? “Notre équipe n’est pas aussi caricaturale” tempère le manager montpelliérain, quand on lui demande de parler de son effectif, riche de dix-huit professionnels. “Elle me semble homogène, nous avons construit la meilleure équipe possible dans une masse salariale aux alentours de 3,2 millions.” Le départ d’Alexis Borges, sur le poste de pivot, laisse tout de même un poste vacant au centre de la défense. Et si Montpellier avait comme intention de récupérer Karl Konan un an avant la fin de son contrat à Aix, le PAUC a résisté aux avances. Et le MHB a du changer son fusil d’épaule, en faisant notamment signer l’Islandais Olafur Gudmunsson (photo), déjà bien en cannes en cette fin de préparation.

Si le profil des recrues semble judicieusement choisi, à l’image du prometteur pivot croate Veron Nacinovic, arrivé de dernière minute en provenance de Celje, il leur faudra sûrement encore un peu de temps pour apporter leur maximum à leur nouvelle formation. Sans doute plus embêtant, le capitaine Valentin Porte ne retrouvera sans doute pas le chemin des parquets avant octobre, touché lors de la finale des Jeux Olympiques. Diego Simonet, lui était, également absent de la fin de la préparation, après un choc au visage avec un de ses coéquipiers à l’entrainement. Des désagréments qui ne veulent pas faire dévier Patrice Canayer de son objectif : “Le président m’a demandé de viser un titre. On a souvent été placé ces derniers temps, il faut redevenir une équipe qui gagne.” A Montpellier, c’est l’heure de faire mentir les pronostics.

Kevin Domas

10 CommentairesPoster un commentaire

  1. Griseminn - le 8 septembre 2021 à 08h33

    Je pense que cette année va être un peu une année de “transition” mais je pense que le MHB va laisser beaucoup d’énergie en LDC et ça va être plus compliqué en championnat. Le départ de Richardson risque de se faire sentir, Panic n’a quand même pas le même niveau même s’il a progressé depuis son départ de Chambéry.

    Je les vois finir derrière le H et peut-être l’USAM et/ou Aix cette saison…

    • Barto04 - le 8 septembre 2021 à 12h42

      Sur le papier le MHB reste au dessus de l'USAM et AIX. Pour moi l'effectif du MHB s'est renforcé globalement (on passera sur la gifle reçue à Limoges ce we…). Ceux de l'USAM et l'AIX me semblent au même niveau voire moins bien que l'année dernière.

      En tout cas le MHB va être d'entrée dans le costaud car les adversaires du mois de septembre s'appellent entre autres : Szeged, Aalborg et Kiel en LDC, Nantes…et sans Valentin Porte visiblement.

    • Averell - le 8 septembre 2021 à 12h58

      Rien n'est impossible en sport, mais ca me parat malgre tout peu probable.
      18 professionnels, ca fait un effectif bien fourni.
      Bien sur, sur un match presque tout le monde peut battre tout le monde en starligue.
      Mais malgre tout, je pense qu'il y a une hierarchie assez nette pour le podium:
      Paris pour la 1e place
      Nantes et Montpellier pour les places 2-3 (l'enjeu sera de connaitre l'ordre)
      Puis il y a un groupe d'outsiders: Nimes, Aix, Limoges, Toulouse qui se battront pour les accessits europeens
      Un ventre "mou": Dunkerque, Saint Raphael, Chambery, Chartres
      Et ceux qui se battront pour le maintien ou accrocher le ventre mou: Cesson, Istres, Nancy, Saran, Creteil

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).