LMS

Nantes et Aix s’accrochent au podium, Saint-Raphaël reste à l’affût

Milan Milic (HBC Nantes)

Après la victoire de Cesson-Rennes hier, 4 clubs du haut de tableau jouaient ce soir. Saint-Raphaël et Chambéry s’affrontaient et les Varois ont pris le dessus dans un match très serré (30-29). Nantes a de son côté battu Créteil plus facilement (30-25). Enfin, Aix s’est fait peur dans le Nord mais a finalement bien battu Dunkerque (29-30). En ce qui concerne le maintien, Toulouse s’est considérablement éloigné de la zone rouge en battant Saran (30-32) et peut désormais viser plus haut. Istres a de son côté fait parler l’expérience à Nancy (23-27).

SAINT-RAPHAËL reprend Chambéry

Un peu comme Cesson hier, Saint-Raphaël a réussi à renverser le match. Après un premier quart d’heure d’observation, Chambéry a globalement mené toute la rencontre, sans jamais vraiment creuser l’écart. Même s’ils semblent dominateurs à plusieurs moments, les Savoyards buttent ainsi sur des gardiens varois en bonne forme (13 arrêts à 34 % pour Demaille et Popescu). Et même si Faustin (8 buts) et Tissot (4) sont intéressants offensivement, ce qui devait arriver arriva : Saint-Raphaël est revenu. Mené 27-29 à la 59e minute, le SRVHB s’est imposé (30-29, SF). Chambéry a bafouillé sur ses dernières attaques quand, de leur côté, les cadres raphaëlois ont répondu présents. C’est en effet le trio Caucheteux-Barachet-Dipanda qui inscrit les trois derniers buts de la rencontre. Renversant.

Xavier Barachet (Saint-Raphael Var HB)

NANTES EN GESTION FACE à CRéteil

Du côté du H, la soirée a été moins rocambolesque. Après 20 minutes accrochées, les Nantais commencent à distancer Créteil (13-11, MT). Le retour des vestiaires de Nantes est réussi. Le H s’échappe réellement et se met à l’abri au début des 10 dernières minutes (26-19, 52e) pour s’imposer tranquillement (30-25). Les supporters nantais se réjouiront sans doute d’avoir vu quelques jolies pralines envoyées par Milan Milic (4 buts) qui finit meilleur buteur nantais avec Ovnicek et Rivera. Quoiqu’il arrive cette saison, même s’ils ne brillent pas nécessairement tout le temps sur le terrain, les Nantais peuvent compter sur leurs deux gardiens. Hier encore, Nielsen et Robin ont été très bons (13 arrêts à 34 % pour les deux). Côté Créteil, Yoann Gibelin a livré une performance généreuse avec 6 buts en attaque. Dans ses buts, Dylan Soyez a été comme souvent très intéressant (10 arrêts à 32 %). Malheureusement, les Béliers enchaînent un 6e match sans victoire de rang et plongent au classement.

AIX S’EST FAIT PEUR

Aix a failli être victime du thème de cette journée : les remontées fantastiques. A la 42e minute, Aix domine nettement Dunkerque (17-24). Tout roule pour les Provençaux qui retrouvent avec plaisir Romain Lagarde (4 buts) et qui peuvent compter comme toujours sur Ong (6/8) et sur un bon Romero (7 arrêts à 35 %). Mais la machine va se gripper et les Dunkerquois vont amorcer une remontée inespérée. Emmenés par leurs ailiers Marie-Joseph (7 buts) et Avelange-Demouge (6) et par le jeune Gautier Crepel (3/4), les Nordistes échouent finalement à un petit but du PAUC. Ils regretteront sans doute ce dernier passage en force sifflé à Tom Pelayo, qui avait la balle d’égalisation. Aix s’impose donc (29-30) et continue de coller à Nantes. Dunkerque reste en bas de classement, à la 12e place.

TOULOUSE S’éloigne de la zone rouge

Nemanja Ilic (FENIX Toulouse HB)

Après un début de saison compliqué, le Fenix a enchaîné hier un 5e match sans défaite en championnat. Les Toulousains ont cependant souffert hier à Saran. Alors qu’on peut croire qu’ils s’échappent (15-20, 33e), les Haut-Garonnais sont rattrapés par des Saranais survoltés. Les Septors, emmenés par Sevaljevic (6 buts) et Simovic (5) ont réussi à égaliser plusieurs fois. Ils sont ainsi à 29-29 à la 56e minute. Mais le Fenix gère mieux la fin de match, avec notamment un jet de 7 mètres transformé avec sang-froid par Ilic (7 buts). Toulouse s’impose 30-32 et prend de l’air par rapport à la zone rouge.

Istres prend 2 points importants contre Nancy

Dans le choc entre les deux derniers, Istres a remporté 2 points importants. Nancy n’a pas démérité mais paie très cher 5 minutes de disette à l’entame du money time. De 20-20 à la 49e minute, les Nancéens sont menés 20-24 à la 54e minute. Tous leurs efforts, et notamment ceux de Benhalima (9 buts) et d’Ivezic (18 arrêts) sont ainsi rendus vains par 5 minutes difficiles. Côté istréen, on aura souffert face au très bon Obrad Ivezic mais le bras gauche de Mikkelsen (7 buts) a encore fait fureur, tout comme la finesse de Jund à l’aile (5 buts) ou le sang-froid de Dentz à 7 mètres (4/5). Les Provençaux prennent 2 points précieux mais restent relégables.

Classement et résultats ici. 

 

Tristan Paloc

7 CommentairesPoster un commentaire

  1. Philippemhb - le 27 novembre 2021 à 10h31

    Nantes peut réussir sur ses terres (Bretonnes ou pas, lol) là où Montpellier a échoué de peu et battre le PSG…

    • Billou44 - le 27 novembre 2021 à 10h47

      Je l'espère, mais équipe un peu "caméléon" qui s'adapte juste un peu au dessus de son adversaire. Pas certain que ca passe contre Paris. Peut être que le 8eme homme de Nantes fera la différence. De toute façon il faut passer avant les obstacles GOG, Nîmes, Benfica et Chambéry.
      Si tel est le cas, on passerai de bonnes vacances de Noel, mais Aix s'accroche!

      • Aurele44 - le 27 novembre 2021 à 18h35

        Le 8ème homme, peut être. Exilé en région parisienne, je n’aurai pas la chance d’assister au choc mais je me souviens d’une salle XXL chauffée à blanc et qui a soutenu le H pour renverser Paris (l’année de la seconde place et de la victoire en coupe de France) et Barcelone. J’en ai encore des frissons en y repensant. Ce sera dur mais impossible n’est pas nantais 😉

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).