Starligue

Ivry relégué en Proligue

Après près de 9 mois de compétition, la Starligue a rendu ses derniers verdicts. En match en retard de la 30e journée, Toulouse a battu Ivry (29-24) et envoie ainsi les Rouge et Noir en Proligue. De leur côté, les hommes de Philippe Gardent, dont c’était la dernière rencontre à la tête du Fénix, accrochent la 6e place et donc potentiellement l’Europe.

Les scénarios n’étaient pas forcément en faveur des Ivryens mais la victoire de Créteil face à Cesson leur offrait une possibilité de maintien : il fallait prendre 3 points sur les 2 matchs à venir. Malheureusement pour eux, les Val-de-Marnais n’ont pas tenu le choc face au Fénix de Toulouse qui, de son côté, devait prendre au minimum 1 point pour accrocher la 6e place.

Les Ivryens ont souffert toute la rencontre à Toulouse. Les hommes de Mate Sunjic ont traîné comme un boulet leur entame de match ratée (7-2, 14e). Malgré leur pugnacité, ils n’ont jamais pu refaire leur retard, la faute principalement à un Jef Lettens des grands soirs (15 arrêts à 43 %). Le gardien belge aura écœuré tour à tour ses adversaires pendant qu’Ilic (5/5) ou Jakobsen (4/4) plantaient les banderilles en attaque. Les Toulousains ont ainsi bien géré un écart stabilisé autour de 5-6 buts durant toute la rencontre pour s’imposer tranquillement (29-24).

Philippe Gardent termine sa sixième et dernière saison en Haute-Garonne en beauté. Le Fénix pourrait ainsi se qualifier pour la deuxième fois consécutive en Ligue Européenne grâce à cette 6e place, en cas de wild card délivrée par l’EHF. Ivry de son côté rejoint Tremblay dans l’ascenseur pour la Proligue.

Dans le même temps, dans des matchs en retard sans enjeu, Aix a pris nettement le dessus sur Créteil (33-22) tandis que Nîmes s’est imposé à Istres (27-32). Les deux derniers matchs de la saison, qui auront lieu samedi (Istres-Chartres et Créteil-Ivry), n’auront donc pas d’enjeu. La rencontre entre Paris et Tremblay a, quant à elle, été annulée.

 

Tristan Paloc

10 CommentairesPoster un commentaire

  1. zouzi - le 9 juin 2021 à 21h47

    Bravo à Gardent et aux joueurs du Fenix qui ont fait une bien belle saison couronnée d’une très probable qualif en EHF. C’était pas gagné avec le départ de Steins pour cette équipe qui n’a que l’avant avant avant dernier budget de LNH juste devant Créteil, Istres et Ivry qui ferme la marche…

  2. Bouboule00 - le 9 juin 2021 à 22h18

    Dommage pour Ivry, club emblématique du handball français, mais les blessures ont eu raison de son maintien. Bravo à Toulouse qui était bien loin de l’Europe il y a quelques mois.
    Et Cesson s’en sort bien, tant mieux pour eux, ils pourront remplir leur nouvelle salle en Starligue et continuer à mener leur projet de développement.

  3. mat75 - le 9 juin 2021 à 22h35

    En même temps, ça fait quelques années qu’Ivry végète en fond de tableau, cette descente leur pendait au nez et la Covid a sans doute assez peu joué. Toutes les équipes ont été touchées à différentes périodes de l’année avec parfois des périodes de plusieurs semaines sans jouer et à l’inverse des périodes avec des matchs tous les 3 jours sans avoir l’effectif d’une équipe européenne comme la majorité des clubs de LNH…
    Cette descente doit permettre à Ivry de mieux renaître pour ensuite être plus fort lorsqu’ils remonteront.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).