Starligue

Nantes ne rattrape pas Montpellier, Créteil s’éloigne d’Ivry

US Créteil HB

Les matchs en retard de Starligue joués ce mercredi permettent d’y voir plus clair au classement : en haut, Nantes, battu par Saint-Raphaël, est presque condamné à la troisième place. En bas, en battant Limoges, Créteil respire, alors qu’Ivry, écrasé à Dunkerque, est en difficulté.

Passer du Final Four de la Ligue des champions cette saison à jouer l’European League la saison prochaine, c’est ce qui semble être le destin de Nantes. Le HBCN, brillant sur la scène européenne, s’est rendu la tâche de finir dans les deux premiers de Starligue quasiment impossible en perdant à domicile contre Saint-Raphaël ce mercredi (27-32), en match en retard de la 21e journée. D’emblée derrière au score, les Nantais parviennent enfin à égaliser par Valero Rivera à un gros quart d’heure de la fin (20-20, 44′), mais Saint-Raphaël, à l’aise dans son jeu et rapide en contre pour exploiter les pertes de balle nantaises (12 sur le match, contre 8 pour le SRVHB), reprend le dessus en fin de rencontre pour s’assurer cette large victoire à l’extérieur. Les Varois ont notamment pu s’appuyer sur de très bons Raphaël Caucheteux (10 buts, dont 3/4 pen.) et Johannes Marescot (6 buts). Désormais à cinq points de Montpellier alors qu’il ne reste que six points à récupérer, Nantes ne peut que rêver qu’à un effondrement total des Montpelliérains lors de leurs deux prochains matchs contre Aix et Toulouse, avant de les battre lors de la dernière journée. Mais les chances que ce scénario se produise sont très maigres…

Paris tenu en échec à Chambéry, Aix aux portes de l’Europe

Paris, leader du championnat, s’est déplacé avec Nikola Karabatic hier à Chambéry (match en retard de la J15). La star française revient d’une rupture du ligament croisé contractée en octobre, a participé à l’échauffement mais n’était pas sur la feuille de match pour la rencontre au Phare contre les Savoyards. Les Parisiens, pris à la gorge d’entrée par les partenaires de Benjamin Richert (7 buts, meilleur buteur du match), ont pris le dessus en fin de première période et ont commencé à se créer un écart intéressant à la pause (14-18, 30′), accru de deux longueurs supplémentaires directement au retour des vestiaires. Mais les Chambériens ne se laissent pas démonter, et infligent un 8-1 aux Parisiens pour remonter l’écart et passer devant (14-20, 32′ ; 22-21, 41′). Les dernières vingt minutes sont très serrées et ne permettent pas de voir qui va l’emporter. A une minute de la fin, Nikola Portner réalise un superbe arrêt devant Kamil Syprzak, et Chambéry a encore une balle pour l’emporter mais ne parvient pas à mettre en difficulté Vincent Gérard. Les deux équipes se quittent sur un score de parité (32-32). Paris possède désormais trois points d’avance sur Montpellier, son dauphin, avec encore un match de moins. Chambéry, de son côté, reste septième.

Ignacio Pecina (Aix)

Les Chambériens sont trop loin des places directement qualificatives pour l’European League, occupées par Nantes, Aix et Nîmes, vainqueur mardi à Cesson, mais peut éventuellement y croire si la sixième place, qu’ils occupent ex-æquo avec Toulouse, donne lieu à une invitation pour cette compétition, comme Aix a pu en bénéficier la saison dernière. Les Aixois se dirigent cette saison vers une qualification plus facilement obtenue. En effet, le PAUC a repris la quatrième place aux Nîmois ce mercredi en battant Istres en match en retard de la 21e journée (34-30). Les Aixois étaient pourtant très mal embarqués, après une entame de match poussive (5-10, 19′). Revenus à deux buts à la pause (13-15, 30′), ils ne parviennent pas à faire la jonction au retour des vestiaires, et Hichem Daoud, meilleur buteur istréen (7 buts) redonne même quatre buts d’avance aux siens (18-22, 39′). Les Aixois sont parvenus à recoller dans les minutes suivantes, avant de dominer le money time : les hommes de Thierry Anti font en effet l’écart dans les six dernières minutes de la rencontre, alors que les Istréens ne parviennent plus à marquer (28-28, 53′ ; 32-28, 57′). Si Aix fait une bonne opération dans la course à l’Europe, Istres, avec 17 points, reste en danger dans la course au maintien.

Créteil fait tomber Limoges, Ivry sombre à Dunkerque

Boïba Sissoko (Créteil)

Cela a aussi bougé en bas lors de cette journée de rattrapages. Le mouvement s’est fait dans le bon sens pour Créteil, qui a fait un grand pas vers le maintien en sortant vainqueur de son duel avec Limoges. Après une première période équilibrée (15-15, 30′), les Cristoliens ont progressivement pris le dessus sur des Limougeauds trop maladroits avec le ballon (14 pertes de balle, contre 7 pour l’USCHB), ce dont s’est régalé Boïba Sissoko en contre (9 buts). Après avoir pris trois buts d’avance grâce à Ewan Kervadec (20-17, 37′), lui aussi très bon face à ses futurs coéquipiers (6 buts), Créteil a su conserver au moins deux buts d’avance sur son adversaire. A cinq minutes de la fin, Valentin Aman donne cinq buts d’avance aux Béliers (31-26, 55′), et si Limoges revient à nouveau à deux buts, Créteil parvient à rester devant et un dernier but de Samuel Deen parachève la victoire cristolienne (34-31). Avec ce succès, le deuxième à suivre après la victoire à Ivry le week-end dernier, Créteil passe devant Istres et Cesson au classement et possède quatre points d’avance sur la zone rouge, alors qu’il reste quatre matchs à jouer à Ivry, premier relégable.

Crédit photo: Emmanuel Durieux

Ivry, justement, devra, pour se maintenir, se remettre du cauchemar vécu à Dunkerque ce mercredi, en match en retard de la 21e journée. L’USI n’a jamais été en mesure de poser des problèmes aux Dunkerquois, qui ont progressivement creusé l’écart au score. Bien aidés par un bon Samir Bellahcene dans les buts (13 arrêts), les Nordistes comptent cinq buts d’avance à la pause (16-11, 30′). En deuxième période, les Ivryens, maladroits (15 ballons perdus), perdent le nord et n’arrivent plus à marquer, tandis que Dunkerque reste sur un bon rythme. L’écart s’amplifie progressivement, et tourne à la correction, Ivry ne marquant qu’à neuf reprises dans le second acte. Avec trois joueurs à cinq buts (Jan Jurecic, Tom Pelayo et Dylan Tossin), l’USDK s’impose très largement (33-20). Il reste désormais quatre matchs à Ivry pour réussir une mission qui s’annonce de plus en plus difficile. Le dernier match contre Créteil, placé le 12 juin, ne suffira pas en tout cas aux hommes de Sébastien Quintallet pour accrocher le maintien, et il leur faudra prendre des points contre Nîmes, Chambéry ou Toulouse pour continuer d’y croire.

Retrouvez le classement complet et le calendrier à venir à l’onglet Résultats.

Mickaël Georgeault

20 CommentairesPoster un commentaire

  1. paul - le 27 mai 2021 à 18h06

    “Les Chambériens sont trop loin des places européennes, occupées par Nantes, Aix et potentiellement Nîmes, vainqueur mardi à Cesson, si le cinquième obtient une wild-card”

    Cette saison, il y avait 4 clubs français en coupe EHF + 2 en LDC pourquoi cette saison le 6e ne pourrait pas prétendre à une WC ?

    • Lanfillo - le 27 mai 2021 à 19h18

      Je me suis trompé effectivement, j'ai corrigé. 3 places sont accordées (pour les 2-3-4e du championnat), le 5e peut se qualifier si le 2e obtient une WC pour la LdC, et le 6e peut aussi demander une WC pour l'EL. Merci !

  2. zazou - le 27 mai 2021 à 18h21

    Un peu inquiétant ces “trous d’air” de Paris et Nantes dans l’optique du Final4 même si comme l’a dit Caucheteux après la victoire contre le H, Montpellier avait perdu en 2018 contre St Raph quelques jours avant de remporter la LDC. “Saint” Raphaël semble avoir choisi son camp en souhaitant le même destin au H !

    Côté Paris, le retour sur le terrain de Niko Karabatic semble imminent, il jouera à Cologne assurément !

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).