Starligue

[Série Data 4/7] Qui est le meilleur ailier droit selon les stats avancées ?

Comme détaillé dans l’article introductif de la série, Data7&Match a calculé un indice de performance individuelle pour chaque joueur lors de chaque match de cette saison de Starligue. En comparant les moyennes de chacun, un classement objectif peut être réalisé à chaque poste. C’est le tour aujourd’hui des ailiers droit.

Les ailiers droit ont été bien servis cette saison en Starligue. S’ils marquent au total un tout petit peu moins de but que leurs homologues à gauche (17 % des buts inscrits contre 18 %), les artistes de l’aile droite nous ont fait vibrer cette saison. Le retour de Gajic, les espoirs confirmés de Richert, Lenne ou Cardinal, la colonie ibérique avec Portela, Balaguer et Sole, les spécialistes du poste sont nombreux. Mais lequel est le meilleur selon l’indice de performance individuelle ?

GAJIC, DANS UN AUTRE MONDE

Même s’il permet une analyse plus fine et complète que le simple comptage du nombre de buts, l’indice de performance individuelle dépend tout de même fortement du nombre de buts inscrits (pour rappel, le détail de la méthodologie est ici). En conséquence, en marquant 50 buts de plus que son plus proche poursuivant (233 au total), Dragan Gajic s’est constitué un solide matelas d’avance et il l’a conservé. L’analyse de l’IPI permet également de noter que le Slovène a eu une activité défensive intéressante pour Limoges. Avec un IPI défensif de 104,4, grâce à ses interceptions rusées notamment, il fait partie des meilleurs ailiers droits sur le plan défensif. Complet.

LES JEUNES FRANCAIS SONT PRÊTS

A un poste où Luc Abalo effectue sans doute sa dernière compétition avec les Bleus, il est légitime de se poser des questions quant à l’avenir en sélection. Rassurons-nous, a priori, le vivier est fourni. Parmi tous les jeunes ailiers droits français (Lenne, Kempf, Billant, Kounkoud, Cardinal, Richert, Loesch, Anzuini, Guillaume, Vigneron…), trois sont un peu plus sortis du lot lorsque l’on compare les IPI. Il s’agit de Yanis Lenne, Youenn Cardinal et Benjamin Richert, trois champions du monde en catégorie jeune. Le Montpelliérain et le Breton (le plus âgé des trois) ont des IPI globalement similaires (cf graphique ci-dessous) : ils ne se contentent pas d’être très bons en attaque (IPI d’attaque proche de 120) et sont également performants en défense. Cardinal a réussi par exemple 12 interceptions (top 20 de la saison) quand Lenne forme avec Valentin Porte un duo redoutable en défense, très bon dans le timing pour obtenir des passages en force par exemple (Lenne est le 3e au classement des passages en force obtenus).

Benjamin Richert, le plus jeune de ce trio, est le meilleur buteur des trois mais a un IPI offensif moins élevé, à cause d’une efficacité au tir moindre (67 % contre 72 % pour Cardinal et 75 % pour Lenne), et à de plus nombreuses pertes de balle (20 contre 3 et 15). Il a cependant réalisé une saison impressionnante affichant de très belles promesses à seulement 23 ans.

 

Derrière, le très jeune Anzuini (21 ans) a confirmé avec Créteil les jolies promesses aperçues en 2019-2020 tandis que Loesch et Billant sont devenus des cadres dans leurs clubs respectifs.

Benoît Kounkoud est quant à lui finalement assez mal classé selon l'IPI (20e). Plusieurs facteurs expliquent cela. Tout d'abord, l'efficacité au tir du Parisien est inférieure à 70 % et il n'est que le 17e meilleur buteur à son poste (50 buts), notamment car il partage son temps de jeu très équitablement avec Sole Sala. Raul Gonzalez utilise ainsi souvent l'international français en numéro 2 ou en défenseur avancé. Kounkoud est ainsi exposé aux exclusions temporaires (6 cette saison) et aux jets de 7 mètres concédés (8) tandis qu'il lui est moins facile d'intercepter des ballons (6) comme peuvent le faire certains ailiers défendant à l'aile (15 pour Gajic ou 12 pour Cardinal par exemple). La comparaison avec des ailiers plus protégés en défense est donc peu flatteuse pour Kounkoud, dont l'activité a été globalement intéressante par moments, en numéro 3 avancé par exemple.

SANAD, BALAGUER ET PORTELA, PRESQUE MÊME COMBAT

Du côté des ressortissants étrangers, le Nîmois Sanad, le Nantais Balaguer et le Tremblaysien et futur Nantais Portela présentent des IPI très proches (117,8 pour Sanad, 117,7 pour Portela et Balaguer). Le HBC Nantes disposera ainsi de deux ailiers droits de grande qualité l'an prochain mais aux profils peut-être moins complémentaires que cette année. Augustinussen proposait en effet des qualités défensives précieuses cette saison (défense en numéro 2) qui en font d'ailleurs le meilleur défenseur parmi les ailiers (IPI défense de 105,8), mais avec moins d'assurance en attaque (21 buts à 58 % de réussite).

Tristan Paloc -  Data7&Match

1 CommentairePoster un commentaire

  1. Swill - le 30 juin 2021 à 18h41

    Et GG, il s’intéresse à ces stats? Parce que Richert, Cardinal, Martinez, ils n’ont même pas le droit à un rassemblement… Il faut dire qu’on ne change pas une équipe qui gagne…

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).