Recherche

Pas de résultat

Veuillez taper au moins 3 caractères...

EL (M)

Montpellier doit vite tirer les enseignements du Final Four

, par Lanfillo

Quatrième du Final Four de l’European League, Montpellier a passé un mauvais week-end à Flensburg. Le MHB devra trouver les ressources pour rebondir, et ne pas finir la saison 2022-2023 bredouille.

« Des remords et des regrets », c’est ce que va ramener Karl Konan du week-end difficile passé par son équipe, Montpellier, à Flensburg, tout au nord de l’Allemagne. Pas à la hauteur dans la durée en demi-finale contre Berlin, futur vainqueur de l’épreuve (29-35), le représentant français n’est même pas parvenu à monter sur le podium en échouant contre Göppingen, déjà affronté en poule (une victoire, une défaite) et quinzième de Bundesliga (29-33). « Je suis en colère et déçu, parce qu’on est un peu brouillons à certains moments et on n’arrive pas à relever la tête », ajoutait encore le reconverti pivot, une amertume qui fait écho à celle exprimée également par Yanis Lenne en zone mixte. Repartir d’un Final Four avec deux défaites fait mal, surtout lorsqu’il est abordé avec objectivement de bonnes chances de remporter la compétition.

Une baisse de niveau coupable dans les deuxièmes périodes

Julien Bos (Montpellier HB)

Le MHB manque là une belle opportunité de remporter un titre, alors que le club n’a plus remporté de trophée depuis 2018. La prestation contre Berlin cristallise évidemment les critiques : trop de petites erreurs avec de grosses conséquences, avec des deux minutes évitables et des tirs ratés, qui ont « fait qu’on n’est plus vraiment dans le match », expliquait Julien Bos samedi, alors que Patrice Canayer confessait ne pas avoir dormi entre samedi et dimanche « parce que j’ai ressassé le match toute la nuit ». Mais la petite finale contre Göppingen, pour laquelle Montpellier tenait à l’emporter pour se remettre dans le sens de la marche avant l’importante fin de saison, n’a pas vraiment rassuré. « On n’a pas réussi à être rigoureux sur 60 minutes, collectivement et individuellement, et ça se paie cash », résumait Karl Konan, alors que Yanis Lenne pointait les manques au niveau du jeu collectif sur la deuxième période.

En conférence de presse, l'entraîneur Canayer tempérait l’analyse : non, le match contre Göppingen, où l’écart s’est vraiment fait dans les dix dernières minutes, n’était pas si négatif. « Il ne faut pas non plus dramatiser la situation, a-t-il déclaré. Hier [samedi], j’étais beaucoup plus en colère qu’aujourd’hui [dimanche]. J’ai trouvé qu’aujourd’hui, on est restés longtemps cohérents. Il est clair que le niveau a baissé [en fin de match], mais on est resté beaucoup plus compacts, plus solidaires, groupés. »

Des Montpelliérains pas clutchs

Patrice Canayer (Entraîneur Montpellier HB)

Le coach du MHB a néanmoins pointé trois lacunes de son équipe pour le week-end. La première est la gestion émotionnelle de la rencontre : «  on dépense beaucoup d’énergie émotionnelle qui nous manque un petit peu en fin de match », estime le technicien. La deuxième est celle des rotations, pas forcément à la hauteur, surtout « à ce niveau ». On ne peut que s’accorder avec cette analyse, notamment en soulignant que, dans les deux matchs, Montpellier a un coup de moins bien dans les dix dernières minutes de la première mi-temps, au moment où Canayer a fait souffler ses cadres. L’écart entre l’importance de Kyllian Villeminot et ce qu’apporte Andreas Holst a été particulièrement criant. Enfin, l’expérimenté entraîneur appuie sur « les échecs de tirs à des moments extrêmement importants. Hier [samedi] c’est arrivé en début de seconde mi-temps, ce soir [dimanche] c’est arrivé un petit peu plus tard, sur des situations qui sont vraiment ouvertes. Le match a vraiment basculé sur ça. »

Marin Sego (Frisch Auf Göppingen)

Là aussi, on peut lui donner raison, et même aller plus loin, en élargissant à la performance de la défense et des gardiens. Si les portiers montpelliérains ont des statistiques assez honnêtes, les arrêts réalisés par le duo Rémi DesbonnetCharles Bolzinger n’ont pas été réalisés aux moments cruciaux. À l’inverse, la grande majorité des arrêts de Dejan Milosavljev samedi ont eu lieu en deuxième période, tandis que côté Göppingen, Marin Sego s’est rappelé au bon souvenir de ses anciens partenaires en sortant une grosse fin de match à 60 % de réussite, dont deux penaltys de Julien Bos repoussés. Tireurs comme gardiens n'ont donc pas été capables de débloquer la situation en faveur des Montpelliérains. De plus, à l’image d’un Kresimir Kozina toujours prêt à haranguer ses partenaires et ses supporters, Göppingen a montré un visage plus conquérant en fin de rencontre, et s’est mis dans les dispositions favorables pour aller chercher la victoire, quand Montpellier s’enfonçait dans des aventures individuelles pas couronnées de succès. Le fameux manque de lucidité est aussi à aller chercher dans ces mauvais choix.

Sans titre, la saison aurait un goût d’inachevé

Valentin Porte (Montpellier HB)

« Ça sera le constat de ce week-end, qui n’est pas celui depuis le début de saison car on avait l’habitude de bien finir nos matchs », temporise là encore Patrice Canayer à propos des critiques faites sur la prestation des siens. « On n’a pas manqué de caractère, on a manqué de maîtrise technique », ajoute-t-il, pour rappeler que l’état d’esprit était au rendez-vous. Mais le coach du MHB regarde aussi un peu plus loin : « Ce week-end est extrêmement instructif pour nous, a-t-il également souligné. On a été poussé dans nos limites, et ça a permis de voir comment a pu réagir l’équipe, sur quoi il faut axer le travail, sur quoi même peut-être il faut axer le recrutement… Il y a quand même des leçons importantes à tirer de ce week-end ». La gestion d’un tel rendez-vous demande un peu d’expérience, qui a manqué surtout samedi contre une équipe de Berlin plus solide sur ce point, et Montpellier repartira au moins de Flensburg avec des enseignements à tirer sur la gestion de ces moments clés.

Karl Konan (Montpellier HB)

Mais avant de regarder plus loin, il faudra déjà bien finir la saison. La disette de titres peut en effet encore être stoppée. En championnat, il faudrait un sacré concours de circonstances pour que le MHB passe devant Paris, à deux points, et Nantes, alors que les deux rivaux ont la différence particulière à leur avantage sur Montpellier. Afin de ne pas avoir de regret, et de coller à la philosophie de « jouer match après match » de Patrice Canayer, le MHB se tourne vers les deux rencontres à venir, deux beaux duels à domicile contre Aix et Chambéry. Mais la finale de Coupe de France, le 10 juin contre Nantes, est davantage encore en ligne de mire. « Il faut se dire les choses, travailler, faire un bilan et se remettre en place dès mercredi, conclut Karl Konan, alors que les Montpelliérains ont deux jours de repos. On n’a pas beaucoup de temps, donc le temps pour les remords et les regrets on l’aura le 10 juin ». Un temps qui sera plus douloureux en cas de défaite en Coupe, d’où la nécessité de tirer les enseignements le plus rapidement possible pour que cette saison 2022-2023, si bien commencée, ne s’achève pas sur un goût d’inachevé.

Mickaël Georgeault avec Antoine Piollat, à Flensburg

Prochain match TV

France

17:30

Dim. 14 Avr.

Roumanie

Voir le programme TV
0 0 votes
Évaluation de l'article
23 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
damien44
damien44
10 mois il y a

Minne de rien pour les clubs français en Coupes d’Europe, heureusement qu’il y a eu le titre de Montpellier en 2018 auquel on peut ajouter malgré tout les 2e et 3e places de Nantes et Paris sur cette même édition sinon c’est quand même calme plat depuis le 1er titre européen de Montpellier en 2003 même si Paris se qualifie régulièrement au Final4 et qu’ils ont toujours leur chance cette saison !

La coupe EHF parait finalement encore plus dur à décrocher pour un club français que la LDC !
Il faudrait peut-être que Paris essaie d’en faire un objectif si jamais ils n’arrivent pas à gagner la LDC quitte à faire semblant de finir 3e en championnat pour se qualifier pour cette coupe !

En tout cas, la belle embellie du hand français niveau clubs (voire niveau nation) qui atteint son paroxysme en 2018 semble quand même s’être assez estompée depuis quelques saisons..

Sasori9
Sasori9
10 mois il y a
Répondre à  damien44

Je te fais le bilan des clubs Francais en finale de coupe d'Europe depuis 1989.
C1 deux victoire ( 2003 et 2018) et 2 défaites,
C2 1 victoire en 1993 OM vitrolle, 3 defaites en 1989, en 1994 et en 2011
C3 de 2011 à 2018, 5 defaites.
C4 ( la plus faible) une defaite en 2004
Bilan de 1989 à 2022, pour toutes coupes Européennes c'est 11 défaites pour 3 victoires. Pour moi, c'est une catastrophe.
J'ai remarqué aussi depuis des années, après avoir bien commencé la campagne Européenne, les clubs Francais ont tendance à s'écrouler à partir de mois de mars-avril

Chez les filles,
C1 une défaite en 2021
C2 une victoire en 2003 et 2 defaites en 2014 et 2015
C3 une victoire en 2021, 2 defaites 1993 et en 2013
C4 5 victoires : 2001, 2009, 2011, 2012, 2015. 3 defaites : 2005, 2008 et 2014
Bilan : 7 victoires pour 7 défaites. C'est équilibré.

Chez les filles, c'est atypique, c'est pratiquement les clubs qui sont classé entre de 3è à 8eme place du championnat qui gagnent la coupe d'Europe. A part Besancon en 2003, champion.
Metz 2 fois, Brest, Issy Paris Hand (2 fois), Fleury qui sont les mieux classé entre 1er et 2eme ont échoué en finale de coupe d'Europe. Bizarre non ?
Les clubs Francais perdent souvent en finale contre les clubs Nordiques, 4 défaites sur 7. ( Danemark, Suede et Norvège). idem en sélection.

Qu'est ce que tu en penses ?

Luka
Luka
10 mois il y a

Il y a une sérieuse remise en question à avoir quand tu te fais piner par le 14e du championnat allemand !
L’absence de Simonet ne doit pas servir d’excuse face à une telle déconvenue !

PhilippeMontpellier
PhilippeMontpellier
10 mois il y a

Pour Montpellier, ce week-end fût plus un four, qu’un final four !
C’est tout pour moi !
Bon Lundi !

rkj4
rkj4
10 mois il y a

Je vis loin de Montpellier, le MHB ne me soucie pas plus que cela et la saison n'est pas encore finie : très objectivement, l'équipe est encore placée pour gagner quelque chose en France – voire tout !

Cela dit, à côté d'un club comme Nantes, qui parait en progression perpétuelle (même si celle-ci n'est encore concrétisée par aucun titre notable), la situation du MHB interroge. D'un côté, l'équipe joue un jeu souvent intéressant, parfois enchanteur; de l'autre, elle semble ne jamais parvenir à rassembler un groupe suffisamment qualitatif pour l'appliquer avec constance.

Difficile de prétexter le budget du club, loin d'être inconséquent au niveau national. Erreurs de recrutement ? Ça arrive partout mais pourquoi à Montpellier plus qu'ailleurs ? Dans ce registre, c'est plutôt une certaine difficulté à intégrer de nouveaux joueurs que je pointerai. Ces dernières années, c'est incroyable le nombre de joueurs dont le niveau a stagné ou régressé en arrivant au MHB, ou bien qui en sont partis avant terme.

Quelques exemples récents. Quand Afgour débarque, c'est un gros espoir national à son poste, avec un orteil en EdF; il fait ses trois pires saisons au MHB et repart d'où il est venu où il remonte modestement la pente. C'est encore pire pour son compère Théophile Causse, retombé dans un anonymat profond. On peut encore citer Benjamin Bataille, pilier d'Ivry (ok, c'est Ivry), réduit aux utilités au MHB et qui renait après l'avoir quitté. Pire pour Nikola Portner, abonné à la tribune avant de rendre heureux Chambery puis Magdebourg. Je parle pas du pauvre Bonnefoi ni de Sego, qui ne semble pas trop mal supporter son départ. On pourrait encore évoquer les recrues portugaises partis par la petite porte, parfois avant terme, et puis Wallinius qui décampe, Pettersson meilleur avant et après au Fénix… Et que dira-t-on si le jeune Georgien casse tout dans son prochain club ? (ça m'étonnerait quand même). Chacun pourra compléter la liste, qui n'est pas exhaustive car tout cela fait quand même beaucoup et sans doute plus qu'ailleurs. Beaucoup plus. Je me dis que Montpellier doit avoir parfois un peu de mal à recruter et qu'à salaire égal, certains joueurs préfèrent peut-être voir ailleurs, même si on n'y voit pas la mer. Mon avis très extérieur et lointain est sûrement à prendre avec des pincettes, mais qui sait ?

Julien
Julien
10 mois il y a
Répondre à  rkj4

Après, on peut très bien trouver aussi des contre exemples de joueurs qui se sont très bien intégrés au MHB : Richardson notamment dès sa 1ère année qui a malgré tout grandement contribué au titre de LDC aux côtés d’un Valentin Porte qui même s’il était déjà excellent à Toulouse a passé un cap à Montpellier bien qu’il soit retrait ces dernières saisons ! Simonet, plutôt très bien aussi malgré ses blessures récurrentes, Dolenec, Descat, Vincent Gérard aussi….

Pour revenir sur Afgour avait il vraiment le niveau européen avant d’arriver à Montpellier, avait il le physique pour jouer tous les 3 jours bien qu’il ait du faire quelques saisons en Coupe d’Europe avec Dunkerque.. Pareil pour Bataille qui fait certes une belle saison à St Raph mais qui joue qu’une fois par semaine en LNH et pas en coupe d’Europe !
Wallinius, j’ai pas l’impression Kiel soit meilleur à Kiel qu’à Montpellier même s’il a été souvent blessé cette année.
Portner a fait certes 2 très bonnes voire excellentes saisons avec Chambé mais à Magdeburg j’ai pas l’impression qu’il joue beaucoup notamment en LDC, il n’est clairement pas n°1.. A t-il donc réellement un niveau européen ? Dans tous les cas, le plan à 3 pour les gardiens à Montpellier c’est vraiment hyper foireux ça c’est sûr !

Après, il est clair que le H semble présenter plus de potentiel mais de là à dire qu’ils sont en progression perpétuelle, ce n’est plus vraiment le cas je trouve depuis quelques années même s’ils ont refait un 2e Final4 de LDC il y a 2 ans bien qu’au final comme Montpellier, l’écart avec Paris n’a jamais été aussi mince mais n’est ce pas Paris aussi qui a marqué le pas cette saison malgré une nouvelle qualif pour le F4 cette année !

Julien
Julien
10 mois il y a
Répondre à  Julien

J’ai oublié Lenne aussi parmi les joueurs qui se sont très bien intégrés au MHB !

Julien
Julien
10 mois il y a
Répondre à  Julien

Après, c’est pareil, Accambray, Grebille, ils ont perdu un peu de leur superbe en arrivant à Paris bien que Grebille avait baissé à Montpellier quand il a basculé à l’aile..
Quand ça se passe mal avec le coach aussi…

St
St
10 mois il y a
Répondre à  Julien

Grebille fait maintenant un sacré boulot!
Il a eu 2 matchs bascules… une catastrophe suivie d’un gros match… Raoul lui avait fait confiance et ça a pris!

rkj4
rkj4
10 mois il y a
Répondre à  Julien

Tu n'as pas tort, mais je me suis concentré sur ces dernières années et sur des joueurs qui avaient régressés ou qui ne s'étaient pas adaptés au Mhb, alors qu'ils avaient été choisis (puis abandonnés) par le coach. Difficile de faire porter toute la responsabilité aux gars. Si Afgour n'avait pas le niveau européen, c'est aussi pour l'acquérir qu'il est venu – et qu'on l'a recruté. Les Portugais jouaient la LdC depuis un bout de temps avec Porto. Si Bataille n'avait pas le niveau européen, pourquoi aller le chercher ? J'ai cité Wallinius (qui n'a pas déçu) parce qu'il avait précipité son départ alors que Bos n'a même pas voulu renouvelé son contrat : léger malaise. Quant à Lenne et Descat, j'ai envie de dire qu'avec des ailiers rapides et finisseurs, c'est toujours un peu plus simple de les intégrer à un collectif. Porte, Gérard et Simonet, ils sont arrivés à une autre époque. Tu aurais pu aussi citer Konan, qui fait son trou.

Les ratés, il y en a dans tous les clubs mais j'ai tout simplement l'impression que depuis une poignée de saisons, il y en a un peu plus au MhB qu'ailleurs. Vu le statut du club et du coach et les nécessités d'un club qui ne doit pas trop gâcher mais au contraire optimiser ses investissements, les erreurs de casting me semblent devenir un peu plus nombreuses et décisives qu'ailleurs. Ce que je regrette.

philippemhb
philippemhb
10 mois il y a
Répondre à  rkj4

Encore un commentaire clairvoyant, un de plus de ta part.
Je partage à 100% ta vision, pourtant lointaine, de la problématique montpellieraine.
Peut-être aussi surestimé t’on la qualité d’entraîneur de Canayet qui a eu pendant de nombreuses années un effectif XXL à gérer et donc dans ce cas les résultats sont plus faciles à obtenir.
Mais maintenant que ce n’est plus le cas on constate la différence.
À la place du jeune président de Montpellier j’attendrai de voir ce qu’il va en être de la fin de saison avant de proposer une prolongation à l’indéboulonnable patron, entraîneur, manager, homme d’affaires commerçant, et homme politique…il manquait plus que ça…

philippemhb
philippemhb
10 mois il y a
Répondre à  philippemhb

Canayer…

Jean Mouloud
Jean Mouloud
10 mois il y a
Répondre à  rkj4

A Paris aussi, il y a eu quelques échecs/régressions à commencer par le célèbre Jovo Damjanović, Stepancic, Vori, Kopjar, Gábor Császár, Accambray, Barachet.. Morros, Jesper Nielsen c’étaient pas fou fou non plus, ou encore dernièrement Balaguer qui n’a pas du tout le même rendement non plus qu’à Nantes…
J’ai envie de dire que les échecs d’intégration sont le lot de toutes les équipes, il y en a peut-être de plus en plus dans le sens ou comme dans beaucoup d’emploi on laisse très peu de place à la progression surtout quand tu joues la LDC ! Soit t’es bon tout de suite et tu peux éventuellement avoir du temps de jeu si t’as pas une « star » devant toi à ton poste, soit tu cires le banc une bonne partie de la saison, tu perds en confiance et tu deviens vraiment moins bon qu’avant d’être arrivé et on peut te dire tchao rapidement sans avoir fait tes preuves…

C’est encore plus difficile de s’intégrer quand on parle pas la langue et quand le salaire ne suit pas toujours, les étrangers ont vite fait de retourner au pays ou en Allemagne pour les scandinaves… Même Paris n’est plus en mesure de rivaliser avec Melsungen pour conserver Kristopans, c’est dire…

rkj4
rkj4
10 mois il y a
Répondre à  Jean Mouloud

Je ré-répète que dans mes commentaires, je ne me suis attaché qu'aux dernières saisons – celles qui ont suivi le second titre européen du Mhb (et qui correspondent, à Paris, avec l'arrivée de Gonzalez). Est-ce nécessaire de remonter plus loin ?

sebastien
sebastien
10 mois il y a
Répondre à  rkj4

Damjanovic, Morros, Nielsen, ou même Genty, Balaguer.. c’est pas si vieux non plus !
Je « crains » le pire avec Tonnessen ! Mathé, j’attends de voir aussi la saison prochaine mais je pense que Paris va descendre de haut après Rémili et Kristopans sur ce poste !

jeanloup47
jeanloup47
10 mois il y a

Sans vouloir enfoncer le MHB; le niveau de son banc est insuffisant au niveau international !
Les éléments indiscutables au niveau international ; Y Lenne, J Bos, H Descat, Simonnet (tout deux absents) K Konan pour la défense
A un niveau moindre: V Porte, K Villeminot, les deux gardiens (même si les quatre sont sélectionnés en EDF)
J'ai cité à peu de chose près le sept majeur héraultais …? C'est trop peu pour se frotter aux armadas teutonnes !!
Je pense que M. Canayer à déjà analyser la situation, aura-t-il les moyens d'y remédier?

Antinomique
Antinomique
10 mois il y a

J'adore le genre d'article expliquant que "Montpellier doit vite tirer les enseignements du Final4", comme s'il y avait une notion d'urgence pour le club, alors que dans le monde du handball, les transferts se signent 1 ou 2 ans en avance.

handy
handy
10 mois il y a
Répondre à  Antinomique

Je rejoins l’avis de l’article plutôt que le tien qui s’entend également mais il y a quand même une saison à bien finir avec une Coupe de France à aller chercher pour Montpellier sur lequel le club ne va pas cracher loin de là même ainsi qu’une place qualificative pour la LDC ce qui n’est pas négligeable non plus !

Nico
Nico
10 mois il y a
Répondre à  handy

Les titres se font effectivement rares à Montpellier même s’il y a eu le graal européen il y a déjà 5 ans !
1 CDF et 1 CDL lors de la même saison en 2016, 1 CDL en 2014, 1 CDF en 2013… L’arrivée du PSG et l’éclosion quasi au même moment du H au plus haut niveau français ont quand bien drastiquement réduit le nombre de titres à Montpellier qui gagnait très régulièrement tous les titres ou presque sur la scène nationale depuis les années 98-2000 jusqu’en 2012 !

Barto04
Barto04
10 mois il y a
Répondre à  Nico

les titres se font quand même rares pour l'ensemble des clubs depuis l'arrivée du PSG, et avant avec le MHB. Mais le niveau général a quand même grimpé ces dernières années
le H c'est une CDF et 2 CDL et je ne sais pas s'ils ont joué le PSG dans leur parcours, En tout cas pas en finale
Chambery gagne une CDF sans avoir affronté le PSG également.
4 titres ont échappé au PSG depuis 2016, et les 4 fois ils n'étaient pas en finale.

Maintenant c'est sur que la CDF de cette année ferait beaucoup de bien au MHB l'année de ses 40 ans. Mais vu l'état de forme de l'équipe je ne suis pas forcément optimiste

chavi92
chavi92
10 mois il y a

Tout petit bémol sur l'article …
Si la 1re place en championnat est maintenant très improbable, avec le PSG-Nantes de la 29ème journée, une victoire du PSG leur offrirait la 2ème place.

Barto04
Barto04
10 mois il y a
Répondre à  chavi92

Un nul leur offrirai également la 2eme place en cas de sans faute face à Aix et Chambé, Nantes ayant perdu son point d'avance face à Nimes
Une victoire de Nantes et on pourrait avoir les 3 équipes à égalité de points et un MHB 3eme vu lla différence de buts particulière. Pour le titre cela se jouerait également sur ce critère

Barto04
Barto04
10 mois il y a

On peut être légitimement déçus de ce FF4 du MHB. Maintenant, si on est un peu honnêtes plutôt que de tirer sur l'ambulance, qui voyait le club là où il est aujourd'hui ? Pas moi.
Le MHB devrait finir à 2 points voire a égalité du champion, est qualifié pour la finale de coupe de france et vient malgré tout de disputer (mal) un FF4 de coupe d'Europe. C'est certes la petite mais ça faisait quelques années que le championnat Français n'avait pas eu de représentant.
De mon coté je constate que le pic de forme du MHB est passé depuis un moment et que les bobos de certains n'aident pas. On parle de l'absence de Simonet mais il ne faudrait pas oublier que Villeminot est loin de ce qu'il a été en début de saison, et pour cause, il joue sur une jambe et ses deux mains n'ont pas l'air au top non plus. On parle là de joueurs cadres qui tirent l'équipe vers le haut. S'ils ne sont pas là ou a leur Top niveau le rendement de l'équipe s'en ressent. Hesham surtout, et je l'espère le jeune Bresilien, vont normalement faire beaucoup de bien au relais de ces deux là.
Mon inquiétude est que Bos n'est pas remplacé. et c'est peut être là qu'il fallait recruter, plutôt que de prendre une "pépite" a un poste déjà fourni. et avec des jeunes pormetteurs à l'academie Peut être que le recrutement n'est pas terminé mais en fin d'année, si c'est pour prendre un Holst bis a droite, autant s'en passer.

Sinon, Bravo aux U18 champions de France ( 2èmes l'an passé) et à la N1 qualifiée pour la finale face à Angers après avoir déroulé ce WE. La jeunesse du club se porte bien

23
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x