Recherche

Pas de résultat

Veuillez taper au moins 3 caractères...

LMS (J4)

Saran s'impose face à Chambéry, Toulouse se relance...

, par Omeyer

MARTINS VIERA Gonzalo (FENIX Toulouse HB)

5 matchs étaient au programme pour bien entamer ce week-end. Défaits la semaine passée,  Toulouse se relance face à Chartres, Saran crée la surprise tandis que Nîmes, Saint-Raphaël et Aix déroulent.

Le FENIX déroule en seconde période contre Chartres

Dans un palais des sports moins rempli que la semaine passée, Toulousains et Chartrains se seront tenus la jambe toute la première période. Les trente premières minutes auront été placées sous le signe des exclusions temporaires, le FENIX évoluant presque 10 minutes à 5 contre 6. Souvent à un petit but d'écart, les locaux prennent l'avantage les premiers grâce à Édouard Kempf (3-1, 5'). Enchainant les erreurs offensives et trouvant peu de solutions, l'attaque chartraine va perdre de nombreux ballons (9), laissant libre cours à plusieurs contre-attaques éclairs. A la pause, le FENIX rentre aux vestiaires avec trois buts d'avance (15-12, 30'). "C'est toujours bien de gagner mais surtout ce soir, on a eu une réaction de l'équipe, c'est l'essentiel après le match contre Nantes" (Danijel Andjelkovic).

Porté par sa base arrière, Toulouse maintient son avance de trois buts durant le début du second acte. Si le rythme est moins intense que la semaine passée, les locaux ne laisseront pas filer deux points précieux. Désormais à +5, les locaux déroulent leur jeu et montrant une solidité défensive à toute épreuve, continuant de dérouter les chartrains (22-17, 43'). Combatifs jusqu'au bout, les chartrains vont parvenir à trouver des solutions, principalement individuelles notamment grâce à Matic Groselj. Le FENIX se fait peur sur les dernières minutes mais va assurer l'essentiel, remportant sa deuxième victoire de la saison à la maison (33-30, score final). "On perd de trois buts, c'est rageant, on avait les moyens d'aller gagner ce soir" (Valentin Bzdynga, Chartres).

 
Joie Saran

Saran crée la surprise, Aix déroule, Saint-Raphaël s'impose sur le fil...

Dès les premières minutes le promu Saran va prendre l'avantage sur un Chambéry décimé par les blessures. William Accambray (6 buts) met les siens sur la bonne voie en inscrivant 4 des six premiers buts et permet au Septors de se détacher (10-7 15’). Malgré un avantage de +7 à la 33ème minute, les Chambériens, sous l’impulsion de leur arrière gauche Alejandro Costoya (6 buts), reviennent au score : 27-24 à la 20’. C’est finalement à Yann Genty (11 arrêts) d'être décisif pour permettre à Saran de remporter son premier match et marquer leurs premiers points de la saison, avec la manière (29-27, score final).

Rapidement devant, le PAUC va prendre le match à son compte en passant rapidement à +3, grâce à son capitaine Gabriel Loesch (2-5, 9'). La bonne première période de Wesley Pardin va permettre aux visiteurs de conserver son avance jusqu'à la pause. Toujours porté par sa paire de gardiens, les hommes de Phillipe Gardent vont continuer de faire la course en tête dès la reprise (19-24, 40'). Rien ne passe pour les Dijonnais qui vont voir leur adversaire du soir repartir avec les deux points et continuer sur leur belle lancée (26-33, score final).

Dans un match d’attaque, où les deux équipes se rendent coup pour coup, Ivry par le biais de son demi-centre Antonin Mohamed (6 buts) s’accroche au score (21-20 30’). Au retour des vestiaires, les intentions restent les mêmes. Cependant, c’est à l'expérience que Saint-Raphaël va gérer sa fin de match c’est seulement à la 56’ qu’ils relèguent les protégés de Didier Dinart a -4 (32-36). Ainsi Saint-Raphaël s'impose et prolonge sa série de victoires (37-39, score final).

Jean-Jacques Acquevillo (USAM Nimes Gard)

L’US Créteil n’a pas tenu

Dominateur en première période, le club francilien aura subi la loi du plus fort en s’inclinant 36-34 face à Nîmes. Quatrième victoire en quatre matchs pour les Nîmois qui prennent provisoirement la tête du classement.La première période est en faveur des locaux.

Les Cristoliens se projettent rapidement face à des Nîmois qui prennent plus leur temps en attaque. D’entrée, Dylan Soyez se montre infranchissable avec trois arrêts en huit minutes, Créteil en profite pour reprendre son break de trois buts d’avance (5-2, 8’). Soyez continue son festival avec 7 arrêts en première période et les Cristoliens se montrent efficaces devant le but. Après 15 minutes, les locaux sont devant de quatre longueurs (10-6, 15’). Pour ne pas arranger ce début de match, Nîmes est sanctionné d’un mauvais changement, soit un deuxième deux minutes de suite. Mais cela va s’avérer comme un électrochoc avec un retour à 10-8. Les Gardois se montrent plus solides devant les deux zones. Alexandre Démaille stoppe le tir, Jean-Jacques Acquevillo égalise sur la contre-attaque suivante (12-12, 22’). Alors qu’Acquevillo se montre à sa guise avec trois réalisations d’affilée, Créteil reste à hauteur. Le club francilien va profiter d’erreurs d’inattention des visiteurs pour reprendre un petit avantage. Après deux tentatives de +3 échouées, Valentin Aman conclut en pivot et s’offre son cinquième but de la première période (17-14, 27’). Le score est de 19-17 en faveur de l’US Créteil Handball à la pause.

Les débats s’inversent dans le deuxième acte avec une domination nîmoise. Les attaques prennent le pas sur les défenses avec 14 buts inscrits en moins de 9 minutes par les deux équipes. Les coéquipiers de Julien Rebichon recollent au score (25-25, 39’). Jusque-là, les Cristoliens avaient pris les devants mais la tendance s’inverse avec la roucoulette de Lou Derisbourg puis le shoot réussi dans le but vide d’Hugo Kamtchop Baril qui permettent à l’USAM de prendre les devants pour la première fois (26-28, 43’). Cet avantage, les quatrièmes de Starligue avec trois victoires en trois matchs ne le lâchent plus. L’écart s’accroît en leur faveur grâce notamment à un grosse entrée de Joze Baznik et ses 11 arrêts (28-31, 47’).

Avec 8 réalisations, Mario Lopez donne tout en faveur de son équipe mais la Green Team est plus forte dans cette fin de rencontre. Guéric Vincent s’offre son 11eme et 12eme but dans les derniers instants pour une victoire finale 36-34.

   

Théo Alleaume, Aurélien Fort et Alexandre Riotte

Prochain match TV

JDA Dijon Hand

19:00

Sam. 18 Mai.

Metz Handball

Voir le programme TV
0 0 votes
Évaluation de l'article
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
jeanloup47
jeanloup47
7 mois il y a

Peut-on parler de ''surprise'' pour une défaite de deux buts ?? Quand Chambéry se déplace avec une formation dont la moitié de l'effectif pro est à l'infirmerie! Complété par son centre de formation. Ne concéder que deux buts en 60mn; je considère que c'est une performance HONORABLE .
Ils devront à nouveau se dépouiller, devant Créteil, samedi prochain.

drauglin09
drauglin09
7 mois il y a
Répondre à  jeanloup47

En D1, en général, les équipes qui montent redescendent l'année suivante (Saran le sait très bien), et même si Selestat ou Nancy, dans le passé, ont fait ce qu'ils pouvaient avec les moyens du bord, ça reste des équipes contre lesquelles tous les adversaires pensent qu'ils vont prendre des points. Et si on veut jouer une place à la fin de la saison, il ne faut surtout pas perdre contre ce type d'équipe.
Alors oui, Chambery joue diminuer, mais ça reste un contre performance pour un club comme ça. Et ça va les mettre en grosse difficulté toute la saison, Brouzet a sauvé la patrie le week end d'avant, ça sera précieux. Mais bon, la dynamique n'est pas bonne.

Si un club veut faire une belle saison, elle doit gagner contre Saran, Dijon, Creteil, Ivry, et faire quelques coups comme Toulouse l'année dernière en s'imposant contre tous les gros à domicile. Et ça donne une saison sympa, avec des objectifs, un groupe focus pour viser une place européenne, les entrainements sont plus joyeux, les joueurs sont motivés etc…

Quand on commence à voir que l'objectif final, c'est de finir devant Dijon/Saran ou Creteil, la saison est beaucoup moins rigolote et elle parait interminable. Ca peut même mettre le boxif dans un groupe qui ne s'attendait pas à ça.

jeanloup47
jeanloup47
7 mois il y a
Répondre à  drauglin09

je suis en accord avec vos propos.
Aujourd'hui seul Paris; Nantes; Montpellier dans une moindre mesure sont en capacité de construire une équipe avec 16 / 18 joueurs de niveau international !
Les 13 autre formations possèdent une dizaine d'éléments de bonne (très bonne) valeur . Quand cinq, six de ceux-ci sont à l'infirmerie (de longue durée) Le club doit faire le dos rond en attendant des jours meilleurs !!

3
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x