Recherche

Pas de résultat

Veuillez taper au moins 3 caractères...

LDC (F)

La désillusion de Metz qui manque son ticket pour la finale du Final4

, par Mork

Gabriela Goncalves Dias Moreschi conduit Bietigheim en finale du FINAL4 - Crédit photo EHF
 

Après une première mi-temps plutôt équilibrée, les Messines ont laissé filer leur ticket pour la finale de Ligue des Champions en deuxième mi-temps. La gardienne de Bietigheim aura surement fait la différence aujourd’hui en remportant son combat face à nos gardiennes françaises. Le score est sans appel (29-36).

C’était pourtant le tirage le plus favorable des demi-finales, avec un club allemand qui s’est qualifié pour la première fois de l’histoire du Final4. Mais les « outsiders » peuvent toujours créer la surprise, car en ne remportant que deux de leurs sept derniers matchs en phase de groupe, les Allemandes ont tout de même réussi à sortir des grosses équipes (Odense et Ikast) dans les phases éliminatoires. Classées deuxième des équipes qui ont le plus marqués dans la compétition, elles savaient que tout était possible, même face aux Messines déjà habituées de l’enjeu.

Metz se présentait aujourd’hui avec un palmarès dont on connaît la renommée, en remportant la Coupe de France et le titre de champion de France pour la 26ème fois. Mais également, à son avantage ou son désavantage, en se présentant pour la troisième fois en demi-finale de ligue des champions.

Alors qui de l’expérimenté messin ou des surprenantes allemandes iront affronter Györ ?

Veronika Mala, Xenia Smits, Kelly Dulfer, Karolina Kudlacz-Gloc, Dorottva Faluvégi et Kaba Gassama sont lancées dans le sept majeur du côté de Bietigheim, avec la meilleure gardienne de la compétition, Gabriela Goncalves Dias Moreschi. Pour les renverser, Emmanuelle Mayonnade peut compter sur son sept majeur habituel, Chloé Valentini, Anne Mette Hansen, Kristina Jörgensen, Louise Katharina Vinter Burgaard, Lucie Granier, et la meilleure buteuse de l’équipe Sarah Bouktit (97 buts).

Trop de précipitation ?

Le match entre les deux meilleures gardiennes de la compétition débute à merveille dès les premières minutes du match, avec déjà trois arrêts pour la gardienne brésilienne (3/5), et un pénalty arrêté pour Hatadou Sako (1/3). La clé du match sera sans doute entre leurs mains aujourd’hui. Les deux équipes sont au coude à coude, malgré les efforts individuels d’Hansen qui transperce une nouvelle fois la défense, laissée sans voix (2-3, 10’). La sortie sur deux minutes de Bouktit, permet aux Allemandes de marquer facilement, et de prendre à leur tour l’avantage (4-5, 14’). Les premières contre-attaques sur le côté droit des Allemandes pourraient être une solution pour les Messines qui leur permet de marquer facilement à deux reprises par Valentini et Djazz Chambertin (7-5, 16’).

Malgré une deuxième exclusion, cette fois-ci pour Burgaard qui a touché la balle allemande dans le cercle fermé des trois mètres, les Messines arrivent à limiter la casse face à une Moreschi en feu (6 arrêts). Le premier temps mort est posé par le coach allemand à la 19ème minute de jeu, entraînant son pivot espagnol vers le chemin du but. Les deux équipes se livrent un beau combat et aucune des deux n’arrivent à se décrocher (8-8, 21’). Et lorsque Moreschi stoppe les deux contre-attaques messines, on peut compter sur Sako pour lui répondre (4/16). Les Messines doivent faire preuve de plus de patience en attaque, et être confiante de leurs forces, du bras de Burgaard par exemple (3/4) ou du travail effectué par Bouktit qui obtient de nouveaux pénaltys transformés par Alina Grijseels (14-13, 28’). Metz repart aux vestiaires avec une longueur d’avance (15-14, mi-temps) et un pourcentage d’efficacité aux tirs moins convaincant (15/25) que les Allemandes (14/22).

La différence Moreschi

De retour des vestiaires, les Danoises (de Metz) retrouvent leur sérénité. L’impact de Burgaard fait même sortir Kudlacz-Gloc sur deux minutes, et à son équipe de mener le (mini) break (19-17, 35’). Mais la future star de Györ, Dulfer, a bien décidé de donner du fil à retorde à ses adversaires en multipliant les un-contre-un (3/4). Les Allemandes recollent au score et même si Sako stoppe la balle de +1 sur contre-attaque, Bietigheim y parvient quelques instants plus tard (20-21, 40’). Mayonnade est forcé de poser son premier temps-mort de la rencontre et de remplacer sa gardienne quelques secondes plus tard. L’efficacité des cadres n’est pas au goût de la rencontre, Valentini (2/6) se faisant une nouvelle fois stoppé par la gardienne de Bietigheim. Le manque d’orgueil des Françaises les conduit au rabais sur le tableau d’affichage (21-24, 45’) tandis que les Allemandes sont au rendez-vous.

De nouveau en supériorité numérique après un manque de lucidité messin, Bietigheim poursuit son 3-0 et force le coach messin à poser son dernier temps-mort. On le sait, rien n’est joué, et il reste heureusement encore quinze minutes à jouer pour renverser la tendance. Pour cela Mayonnade décide de changer sa défense en tentant une 1-5, mais sans que les Messines mettent l’impact physique qu’il faut ou à Camille Depuiset de s’illustrer par une parade (24-28, 49’). Hansen retrouve le chemin du but sur un tir à neuf mètres (que l’on a peu vu) pour relancer son équipe. Mais sans arrêt de nos gardiennes messines dans ce dernier quart d’heure de jeu, la mission semble impossible. Et elle ne conduit pas non plus ses défenseuses à performer, Grijseels en payant les frais sur Smits (26-31, 53’). En supériorité numérique, les Allemandes maintiennent l’écart (27-32, 54’) tandis que la gardienne brésilienne soigne sa 14ème parade (34% d’arrêt) ; deux fois plus que les jaunes et bleus. Dulfer et Smits sont sans pitié, les Messines abattues.

Le score est sans appel, les outsiders du Final4 iront bien en finale demain en s’imposant 36 à 29.

Transfert

Arrivée

Ligue Butagaz Energie

Nykøbing FH

swe Tyra Axner

ARG

Metz Handball

Voir les transferts
0 0 votes
Évaluation de l'article
7 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sasori9
Sasori9
1 mois il y a

Je suis décu pour Metz HB….. Surtout pour Burgaard qui va quitter Metz sans gagner le titre européen. Elle mérite mieux que ca. Metz est maudit en coupe d’Europe… pas possible autrement.
Cette saison, c’est une année noire ou bien Annus Horribilis pour les clubs Francais féminin et masculin en Coupe d’Europe (C1 et C3).

bdid
bdid
1 mois il y a

La défense n’est pas descendue du bus. Le nombre de pénétration des arrières allemandes, c’était phénoménale. Bon ben, à l’année prochaine peut-être. Bravo aux filles de Bietigheim.

fan des dragonnes
fan des dragonnes
1 mois il y a

Un match à oublié, largement moins bon que les derniers de LBE.les gardiennes à la rue, la defense à la rue, les buteuses à la rue En face, une equipe qui joue son jeu, une gardienne des grands jours, Xenia Smits qui domine les debats.

Pulpo
Pulpo
1 mois il y a

Ce qui est rageant, c’est que demain les allemandes vont prendre une valise

fan des dragonnes
fan des dragonnes
1 mois il y a
Répondre à  Pulpo

rien n’est moins sur. Leur jeu a detruit les messines.Sur la dynamique, elles peuvent soulever la montagne.

Poulette
Poulette
1 mois il y a

Je n’ai malheureusement pas vu le match mais seulement les résumés. Sur les résumés j’ai vu beaucoup d’échecs des grosses buteuses notamment valentini et granier… comme j’ai déjà dit dans d’autres articles je les trouves usées physiquement ou pour granier plus ciblée par les gardiennes adverses peut être ? J’espère que les jo me feront mentir .. pour granier j’étais super enthousiaste par rapport à toublanc mais au final alicia malgré des années en ldc garde une efficacité supérieure alors que ça fait des années qu’elle est étudiée par les adversaires. Dommage que Metz n’ai pas sauté sur l’occasion pour avoir une rotation…

steph51MHB
steph51MHB
1 mois il y a

Déçu pour les messines qui sont passés à côté du match. En 1ere mi-temps, beaucoup d’échecs au tir avec une gardienne qui attendait les tireuses sur des tirs à terre. Beaucoup de pertes de balles également sur des mauvaises passes.. La défense allemande a progressivement pris le pas sur les attaques messines et les arrières ont commencé à jeter les ballons sur Bouktit toujours entourée de 2 défenseuses.
En 2ème mi-temps la défense messine a pris l’eau de toute part en ne stoppant pas les arrières adverses sur les 1contre 1. Dommage car Metz avait une belle équipe et avait terminé 1ere en phase de poule. Mais le final 4, c’est 2 matchs en 2 jours et il n’y a pas le droit à l’erreur. Les allemandes ont clairement dominé la rencontre.

Nos derniers articles

7
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x