CdL (1/8)

Pas d’accroc pour les gros


Les cinq premiers huitièmes de finale de coupe de la ligue ont accouché de résultats logiques, même si Dunkerque a dû aller jusqu’aux tirs aux buts pour l’emporter à Tremblay.

Entre Tremblay et Dunkerque, c’est décidément une histoire de pénalty. Si Guillaume Joli avait donné la victoire aux siens en championnat il y a quelques semaines sur le gong, cette fois-ci, c’est la séance de tirs aux buts qui a été nécessaire pour départager les deux équipes. Auparavant, chacun avait eu l’occasion de l’emporter. D’abord Dunkerque, en tête de trois buts à cinq minutes de la fin avant de s’écrouler (24-27, 55′), butant sur Nils Dresrüsse et manquant de lucidité dans les derniers instants, permettant à Tremblay d’égaliser pour envoyer tout le monde en prolongations. Les Franciliens ont ensuite compté deux buts d’avance dans le temps additionnel (32-30, 65′), mais Oleg Grams a fait des miracles, obligeant Sevaljevic à égaliser sur le gong pour accrocher des tirs aux buts, où William Annotel, le gardien nordiste, s’est montré décisif. “Il y a des périodes où on joue très bien et d’autres où nous sommes un peu victimes de notre débauche d’énergie et où nous sommes plus en difficulté. On aurait dû tuer le match, mais comme souvent cette saison, nous n’y sommes pas arrivés” notait le capitaine dunkerquois tandis que Benjamin Braux voulait surtout retenir l’état d’esprit positif de ses hommes. “Les tirs aux buts, c’est la loterie, mais les deux équipes ont eu les ballons pour l’emporter ce soir. Les joueurs ont mis beaucoup d’enthousiasme pour revenir dans le match, et il y a beaucoup de positif à retenir des dernières semaines” concluait le coach tremblaysien, au terme d’une semaine qui aura vu son équipe relever la tête après un début de saison compliqué.

Montpellier et Sélestat sérieux

A Aix aussi, il y a eu un peu de suspens, puisque Cesson a tenu la dragée haute aux locaux jusqu’au bout, ne cédant que dans les derniers instants (28-26). On retiendra surtout les 22 arrêts de José Baznik, avec un beau 100% aux jets de 7 mètres, côté aixois, tandis que Mathieu Ong a inscrit quatre buts dont celui de la victoire dans les derniers instants. Montpellier, à Dijon (40-28), et Sélestat, face à Nice (37-26), ont tranquillement dominé leur sujet. Nantes a fait un peu plus durer le suspens, butant notamment sur un très bon Mihai Popescu (13 arrêts) dans les cages de Saint-Raphaël, mais les Varois ont été plombés par leurs 17 pertes de balles. Jamais menés au score, les hommes de Thierry Anti ont mis un coup d’accélérateur fatal à un quart d’heure de la fin, notamment grâce à Jerko Matulic, meilleur buteur de son équipe avec six réalisations. Le H, finaliste la saison passée, rejoint ainsi les quatre autres qualifiés, en attendant les trois dernières rencontres prévues demain après-midi.

Kevin Domas

12 CommentairesPoster un commentaire

  1. fred - le 22 octobre 2017 à 09h25

    Les arbitres sont sûrs qu’il y avait bien des prolongations plutôt que de jouer directement de tirs aux buts ?

    • Fanhns - le 22 octobre 2017 à 17h17

      Surtout , une seule prolongation !

  2. The Fan - le 22 octobre 2017 à 10h37

    On sait jamais…

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves