Nationale 1

En formation

Crédit : Jean-Pierre Riboli

L’air de Jean-Jaurès sent encore fort la balle pégueuse. Abandonné depuis 2009 au profit de l’écrin du Phare, la salle mythique accueille les équipes jeunes du club et son centre de formation qui évolue en N1 depuis 10 ans. Les habitués du club et autres têtes reconnues répondent régulièrement présents pour voir les jeunes pousses, entraînés par Laurent Busselier.

Petite particularité cette année, Chambéry possède un grand nombre de champion du monde : Bastien Soullier, Clément Damiani, Nori Benhalima et Hugo Brouzet sont les visages déjà bien connus de l’équipe. Ce qui n’est pas toujours un avantage d’avoir autant de qualité dans une équipe réserve comme en témoigne un autre grand espoir, Edgar Dentz : “Ça doit être le troisième match tous ensemble ! On essaye de trouver des relations entre nous, et ça va venir. Le plus dur, c’est de trouver les relations. On s’entraîne peu ensemble, on arrive avec un seul entraînement. Les petites relations sont dures à trouver” .

L’éternelle recomposition

Edgar Dentz – Crédit : Jean-Pierre Riboli

La liste des joueurs qui s’entraînent et ont été appelés par l’étage supérieur est en effet impressionnante. Une problématique régulière pour l’équipe réserve de l’ex-capitaine Busselier : “Ça dépend quand même des générations. On a beaucoup de joueurs qui s’entraînent avec les pro, donc pour travailler collectivement on s’appuie sur du plus léger. En attaque on s’en sort mais en défense… On est encore un peu naïf, frêle sur certaines situation, un peu en retard. On va essayer de corriger ça et d’être dans de meilleures conditions” .

Face à Torcy, la tâche s’annonçait d’autant plus compliquée que de nombreux joueurs étaient absents pour blessure. Mais heureusement le club a un vivier important cette saison, jusque dans l’effectif moins de 18, et des joueurs – déjà – cadres : “Ce soir il nous manquait six joueurs dont trois sur le sept majeur. Mais les joueurs ont répondus présents, les moins de 18 Mathieu Vigneron et Romain Giraudeau ont été super précieux. On a pu s’appuyer sur Clément Damiani sur plusieurs postes qui ne sont pas les siens, un Antoine Léger qui reprend des responsabilités. Il y a de la qualité, mais il manquait de la rotation et on avait pas de quoi proposer un vrai projet de jeu” .

L’objectif : être professionnel

Clément Damiani – Crédit : Jean-Pierre Riboli

Cette victoire avec toutes ces difficultés et face à une belle équipe de Torcy démontre que l’effectif a de grandes ambitions. Edgar Dentz ne s’en cache pas : “Pour nous, le but c’est de tout gagner. À domicile d’abord, puis à l’extérieur aller chercher des exploits… À Strasbourg, on craque sur la deuxième période mais on est pas loin. Pourquoi pas aller chercher les play-off, comme ça on est tranquille. Pourquoi pas ? On est capable, on a des supers entraîneurs, on a les joueurs, la preuve ce soir : on met un petit jeune au but pour faire souffler et il nous fait une partie de malade ! C’est bien, on a de la concurrence, avec du monde derrière.

Ne parlez seulement pas d’objectif pour la N1 à son entraîneur, qui a une autre vision du travail à effectuer en raison, aussi, des problématiques actuelles du club : “Avec ces difficultés, on est obligé de rester centré sur nous, sur les joueurs, leur travail individuel, leur développement et leur capacité à venir aider l’équipe première dans les années à venir. Il fallait prendre ces points là, on a une poule nord-est très dense et deux déplacements compliqués. […] On ne s’est pas mis d’objectif. Au complet ça devrait être intéressant. […] Mais nous, ce n’est pas la priorité. C’est l’équipe professionnelle qui fait office de priorité.” Un enseignement que les joueurs du centre de formation connaissent. L’ambition ne manque toutefois pas : “Comme n’arrête pas de nous répéter Bubu et Bert’ [Bertrand Pachoud, entraîneur adjoint], si un jour on veut espérer aller au dessus, on doit marcher sur la N1” .

Une formation en mouvement

Lohan Rose – Crédit : Jean-Pierre Riboli

Si l’équipe première est la référence, les questions se bouscule en ce moment sur la formation. Avec une particularité à Chambéry : la construction d’une académie de handball. Un objectif annoncé du club cette saison. Lors de la soirée de présentation, le souhait a été émis que le permis de construire arrive rapidement et, si possible, la première pierre avant l’été prochain. “On a toujours été innovant dans de nombreux domaines, on va essayer de l’être à nouveau avec cette académie et emmener du sang neuf et bon à l’équipe première.” Quel place aurait alors le centre de formation ? “On va voir comment on structure précisément – la N1 serait plutôt la tête de pont – et on est déjà en train de structurer le club dans la formation initiale. Ça fait trois-quatre ans qu’on y travaille. On sait très bien que ce sera de plus en plus difficile d’aller chercher certains joueurs désormais, les équipes de LNH quadrillent leurs territoires, il va falloir former chez nous et une fierté serait de former des chambériens jusqu’au plus haut niveau” .

Un engagement sur la formation de A à Z ambitieux, car il demande une coordination des effectifs moins de 14 à la N1. Ambitieux… Et pas forcément gagnant. Le départ de Melvyn Richardson sans gains a dû mal à passer au club et les récentes affaires de transactions de néo-pros attirent l’œil. Mais pour “Bubu” la balle n’est pas que dans le camp du club : “À nous de mieux protéger. Ce sont des cas qui vont faire jurisprudence, je crois. Le handball évolue sans cesse, son monde professionnel aussi : les cas étaient peu nombreux, maintenant il y en a de plus en plus. Il va falloir que les institutions fédérales et les clubs se prémunissent devant ça. […] Protéger la formation et la formation du handball français serait une bonne chose. Financièrement c’est une solution, mais encore une fois on a des têtes pensantes à la fédération et à la LNH qui doivent se préoccuper par rapport à ça” .

Le match : Chambéry 38-36 Torcy

Romain Giraudeau – Crédit : Jean-Pierre Riboli

Un premier regard sur les effectifs permet de noter que beaucoup de joueurs manquent à l’appel. Côté savoyard, le manque est important avec, entre autres, Maxence Girard, Fabien Chazallet et Nori Benhalima absents. Pour Torcy, on notera que Fabrice Guilbert n’est pas du voyage. Plus que les noms, ceux qui sont absent de la rencontre sont les défenses et leurs portiers. Côté Torcy, Frederic Piter (10/11) et Charly Sossou (6/10) vont s’en donner à cœur joie tandis que pour Chambéry ce sont les jeunes ailiers Mathieu Vigneron (4/6) et, surtout, Romain Giraudeau (7/9) qui marquent les buts et les esprits (8-10, 15e). “Il y a de la qualité, mais il manquait de la rotation et on avait pas de quoi proposer un vrai projet de jeu. On a pas de temps de travail avec ce qu’il se passe en équipe première. On est happé par les blessures en haut, mais on a de l’envie et du courage.” En parlant de courage, Laurent Busselier pense peut-être à Kenny Fidji (5/8). L’arrière gauche pas encore à 100% de ses moyens réussit à marquer la fin de la période de son empreinte même si le retour au vestiaire se fait alors que le score penche pour les visiteurs (19-20, MT).

Kenny Fidji – Crédit : Jean-Pierre Riboli

La première partie de la seconde période va donner des sueurs froides au public présent. Guillaume Tollerep (8 arrêts) rentré dans les buts de Torcy multiplie les parades et fait pencher un peu plus la balance (24-27, 39e). Chambéry continue tout de même à marquer par l’intermédiaire de ses deux pivots haut de gamme Hugo Brouzet (5/6) et Edgar Dentz (6/8) qui sont alignés ensemble. Autre élément décisif, le choix à la 40e de lancer Lohan Rose (7 arrêts) à la place de Bastien Soullier en difficulté sur sa ligne. En quelques minutes les savoyards reviennent dans la course et les “Chambé ! Chambé !” commencent à se lancer dans la salle (28-28, 43e). C’est le moment que choisit Antoine Léger (5/10) pour se libérer et envoyer deux super tirs lointain qui font la différence (33-31, 52e). L’exclusion de Brouzet à la 56e alors que Torcy joue son va-tout donnera encore des peurs aux supporters mais la victoire est bien au bout (38-36, SF). “Pour une première à domicile ça fait plaisir de gagner, commentera Edgar Dentz. Après on a un gros soucis avec un score de 38-36, en préparation on a eu des matches où on dépassait pas les 25 buts. On a une superbe attaque mais défensivement, c’est vraiment pas bon. On va remettre de l’intensité, et puis c’est pas grave pour ce soir avec ces trois points qui nous lancent dans le championnat” .

 À Chambéry, Maxime Thomas

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).