Rétro

L’année historique des équipes de France

Ce n’était jamais arrivé. L’équipe de France sacrée chez les hommes et chez les femmes la même année. Entre ces deux titres merveilleux et la retraite internationale de Thierry Omeyer et Daniel Narcisse, on se devait de vous faire revivre cette année 2017.

En France cela ne s’était jamais vu. Deux équipes championnes du Monde dans le même sport, la même année. Dans le handball, il faut remonter en 1982 pour voir une telle performance.  C’était alors l’URSS qui avait décroché l’or chez les hommes et les femmes. On pourrait s’arrêter là, mais non. Les uns comme les unes ont dû se défaire de la Norvège en finale. Certes, les hommes étaient parvenus à tuer le match un peu plus tôt, dans un contexte qui leur était largement favorable. Une Accor Hotels Arena pleine et acquise à sa cause, ça aide. En revanche, à Hambourg c’était tout le contraire pour les Femmes de Défis. Une Barclaycard Arena, aussi pleine, mais rouge de Norvégiens. La suite on la connaît, un dernier but d’Alexandra Lacrabère, une dernière parade d’Amandine Leynaud et la France avait (enfin !) sa deuxième étoile accrochée sur le maillot, 14 ans après le titre décroché en Croatie en 2003. Si on ajoute à cela les titres décrochés chez les jeunes, le handball français a littéralement survolé la scène internationale en 2017, et quelque chose nous laisse croire que ce n’est pas terminé !

La retraite de deux grands

Autre moment historique pour le handball français lors de cette année 2017, la retraite de deux géants, Thierry Omeyer et Daniel Narcisse. Mars 2017, les féminines sont en pleine Golden League à Orléans lorsque l’on reçoit une alerte France TV pour nous annoncer la retraite internationale de ces deux monstres. Une retraite après un dernier match à Clermont-Ferrand qui comptait pour les qualifications à l’Euro 2018 (et encore une fois, c’était face à la Norvège). En janvier prochain, ce sera donc la première fois depuis 2001 que l’Equipe de France jouera une compétition internationale sans Thierry Omeyer. Un livre de 18 ans s’est achevé en 2017 pour l’équipe de France masculine, largement marquée de l’empreinte de ces deux coéquipiers et amis, qui jouent ensemble au PSG et qui peuvent désormais passer des vacances de Noël en famille.

12 CommentairesPoster un commentaire

  1. Pseudo - le 31 décembre 2017 à 10h53

    Très bel article ! Et il me semble que le «quelque chose» qui nous fait penser que la domination française n’est pas terminée est liée au succès des jeunes ! De toutes nos équipes, seules 3 n’ont pas eu la médaille d’or (Senior M et F, U19M et U20F l’ont eue), et sur ces 3 là, les U21M ont le bronze après une demi finale qui m’a définitivement opposé au jeu à 7 (le Danemark joue à 7 tout le long, utilise bien la règle mais ne gagne que 38-37 il me semble : Montrant qu’on peut leur passer 37 buts en jouant à 6, clairement on est meilleurs qu’eux, mais bien joué à eux ils utilisent les règles, rien à redire) et les deux dernières équipes U18F et U17M finissent quand même à la 4e place !! Lorsque les ombres sur le tableau sont des 4e places d’équipes encore très jeunes et une médaille de bronze au lieu d’une médaille d’or chez les jeunes, c’est clairement qu’on a un très beau paysage, un très beau palmarès, de notre année 2017 pour le handball français

    • Sasori9 - le 1 janvier 2018 à 13h05

      Chez les jeunes, les Danois sont les meilleurs, une des équipes est le plus difficile à battre parce qu'ils jouent ensemble depuis gamin. Ca explique pourquoi, tous les ans voire presque, l'équipe de Danemark est toujours au podium de -15 à -20.

      • jbclamence35 - le 1 janvier 2018 à 16h20

        Sasori, ça dépend des générations tout simplement et de la compétition. Il faut arrêter de croire qu'on peut tout expliquer.

        Par exemple, en 2015, la France est championne du monde U21 alors que cette génération (1994-95) n'est pas terrible (aujourd'hui, on connaît seulement Tournat au très haut niveau et Meyer dans une moindre mesure. C'est pareil pour les autres équipes.

        A cet âge-là, le facteur psychologique ou bien l'absence d'un ou deux éléments changent TOUT au résultat final.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).