All J.27

Bergischer se place dans la course à l’Europe

Cette semaine, le titre vient peut-être de se décider. Personne n’arrive à faire trembler le SG Flensburg-Handewitt en Allemagne. Seul le SC Magdeburg a réussi cet exploit. Lions, zèbres, renards, tout le monde se casse les dents face à Lauge Schmidt et sa bande. Dans la course à la Coupe EHF, la défaite de Melsungen à Bergischer semble condamner Berlin, qui devra obligatoirement faire un résultat au Final4 de la Coupe EHF à Kiel pour espérer une Wild Card. Dans la zone des relégables, Ludwigshafen et Bietigheim semblent prendre la porte de sortie. 

Match de la semaine : Flensburg est quasiment assuré du titre

Rhein Neckar Löwen accueillait Flensburg en match de retard de la 22ème journée. Ce fut un combat de tous les instants, et pas franchement le match le plus spectaculaire. Mais c’est bien le SG qui l’a emporté dans un match tout en maîtrise.

Le match commence plutôt bien pour la bande de Schmid, Palicka enchaîne plusieurs parades et permet aux siens de garder l’avantage dans un match défensif (4-3, 10’). Et pendant les cinq prochaines minutes, aucun but ne va être inscrit. Contres de la défense, arrêts de gardiens, rien n’y fait et personne ne marque. C’est Jim Gottfridsson qui débloque le compteur (4-4, 15’). Plusieurs pertes de balles permettent ensuite à Flensburg de prendre l’avantage (7-9, 24’), Lasse Svan ne tremble pas. Andy Schmid n’arrive à rien, Lipovina arrose sans trouver le chemin des filets, Flensburg creuse l’écart avant la pause (8-12).

Au retour des vestiaires, les Lions semblent animés des mêmes intentions qu’en première mi-temps, et ils refont petit à petit leur retard (15-17, 41’). Petit bijou tactique : les lions vont mettre en place une défense évolutive, sur une même action, la 1-5 passe à une 3-2-1 puis une 3-3, avant de revenir à la 1-5, tout ça pendant une seule phase offensive. Et ça fonctionne (18-19, 45’). Flensburg lutte pour empêcher la relation Kohlbacher – Schmid, mais c’est Mensah qui égalise (20-20, 47’). Rasmus Lauge va ensuite prendre les choses en main, Benjamin Buric enchaîne les parades. Flensburg creuse à nouveau l’écart. Score final : 23-26.

Bien que mathématiquement, Flensburg est loin d’être champion, RNL n’a pas réussi l’exploit tant attendu de vaincre les nordistes. Aucune équipe si ce n’est Magdeburg n’a réussi à faire trembler le SG cette saison, qui fonce vers un deuxième titre de champion d’affilée. Attention toutefois à ne pas reproduire les mêmes erreurs que Mannheim, qui s’était vu champion trop tôt la saison passée.

MVP de la semaine : Andre Schmid

Avec 11 buts face à Hanovre, Schmid est notre MVP de la semaine. Toujours aussi précieux, il a été encore une fois un des meilleurs joueurs de Bundesliga cette saison. Un peu moins en vue sur certaines rencontres certes, il reste un joueur extraordinaire, et dont RNL dépend s’ils veulent performer à leur plus haut niveau.

Hanovre s’est accroché, mais n’a pas réussi l’exploit face aux Rhein Neckar Löwen. Sans Martin Ziemer, blessé à la cuisse, Hanovre s’en remet à Urban Lesjak, auteur d’une bonne performance (14 arrêts, 32%), et qui, après un début de rencontre dominé par les Löwen (8-12, 16’), permet à son équipe de revenir (13-13, 25’). RNL mène de seulement deux buts à la pause (14-16). Mené par un Andy Schmid toujours aussi décisif (11/16), les Löwen inscrivent un 5-1 d’entrée en deuxième période (15-21, 36’) alors qu’Appelgren fait les arrêts de l’autre côté du terrain, et et permet à l’écart de se maintenir (21-27, 47’). Quelques arrêts de Lesjak et une baisse de concentration chez les Löwen permettent à Hanovre d’améliorer le résultat. Score final 28-30.

Andy Schmid (Rhein-Neckar Lowen)

Berlin n’a pas eu sa revanche, Bergischer est presque européen

Avant l’affrontement avec les Rhein Neckar Löwen, Flensburg devait d’abord faire face à Gummersbach, et s’est imposé sans se fatiguer face au premier non-relégable. Le début de match est hésitant de la part des locaux, et Gummersbach reste au contact, et passe même brièvement en tête (8-9, 16’), mais des erreurs en fin de première période et la fluidité du jeu des Flensburger expliquent l’écart à la mi-temps (17-12), alors que Pouya Norouzi (1/4) et Ivan Martinovic (3/7), deux pièces essentielles du jeu de Gummersbach n’y arrivent pas. Sans trop d’efforts, les hommes de Maik Machulla dominent la deuxième période et maintiennent un écart raisonnable (18-14, 37’), qui s’accroît en fin de partie grâce à des arrêts de Buric transformés en contre-attaques. Score final 28-20.

Berlin attendait Kiel de pied ferme après la défaite en demi-finale de Pokal. Les derniers blessés y faisaient déjà leur retour. Le match commence d’ailleurs très bien pour les locaux, les gardiens de Kiel étant trop peu efficace. La défense s’accroche et à la pause, les zèbres ne sont distancés que de deux buts (15-13). Le retour des vestiaires va s’avérer fatal : Kiel marque un 4-0 et prend l’avantage (15-17, 36’). Niklas Landin va peu à peu monter en puissance, mais Berlin se réveille à nouveau et les deux équipes se répondent but sur but. Les renards ont la balle pour égaliser et lancent un kempa… Qui termine dans les mains de Niclas Ekberg. Kiel l’emporte 29-30.

C’est une nouvelle défaite pour Ludwigshafen, qui cette semaine n’a jamais réussi à inquiéter Göppingen. Les chouettes n’arrivent qu’à tenir un quart d’heure avant de laisser Göppingen agir à sa guise (4-5, 15’), mais parviennent à limiter les dégâts à la mi-temps (9-12). Au retour des vestiaires, Ludwigshafen ne peut rien faire contre l’attaque adverse, qui continue sur les mêmes bases (13-18, 40’). Sebastian Heymann (6/6) mais également Kresimir Kozina (6/6) en profitent et mènent leur équipe à une victoire relativement aisée. Score final 23-32.

C’est Erlangen qui a créé la surprise de la semaine avec une victoire face à Magdeburg, quatrième au classement. Ce sont les locaux qui prennent un premier avantage (6-4, 10’), mais Magdeburg s’appuie sur une défense solide et un jeu rapide pour prendre à son tour la tête (7-11, 18’). Erlangen revient progressivement grâce à plusieurs arrêts de Katsigiannis (11-11, 23’) puis les équipes se répondent but sur but sans qu’une ne prennent l’avantage à la pause (15-15). L’entrée de Quenstedt (6 arrêts, 35%) permet à Magdeburg de passer en tête (15-18, 36’), mais Erlangen ne se laisse pas perturber et reste au contact (20-21, 44’). Profitant des erreurs de leurs adversaires, Erlangen revient, et mène d’un but (24-23, 54’), et en partie grâce à un Katsigiannis qui se fait plus présent dans un dernier quart d’heure haletant, les locaux remporte la victoire. Score final : 26-25.

Dans la course à l’Europe, un inattendu se montre. Une équipe qui, il n’y a pas si longtemps évoluait en deuxième division. Il s’agit du Bergischer HC, vainqueur de Melsungen ce weekend. Melsungen avait pourtant la rencontre bien en main au premier quart d’heure (7-9, 17’). Peu avant la pause, les deux équipes se neutralisent et c’est un combat de tous les instants. Toute la seconde période, les deux équipes sont au coude à coude, et Yves Kunkel fini par écoper d’un carton rouge alors que Melsungen avaient l’avantage. Bergischer l’emporte sur le score final de 25-24, et devient un challenger sérieux pour une qualification en coupe d’Europe.

Dans le milieu de tableau, Lemgo a vaincu Wetzlar sur la plus petite marge. Le HSG prend l’avantage et le garde toute la première mi-temps, ils semblent maîtriser la rencontre (14-12). La deuxième mi-temps sera d’un tout autre acabit, Zieker donne rapidement l’avantage à Lemgo, et le gardera jusqu’à la fin de la rencontre. Score final : 27-28.

Bietigheim n’a rien pu faire à Minden. La bande de Dalibor Doder était supérieure dans tous les aspects du jeu, et domine toute la première période (16-12). Kim Sonne est efficace dans ses buts, et permet de limiter la remontée de Bietigheim. Score final : 29-26.

Leipzig récupère quelques points après une saison catastrophique. Stuttgart était pourtant bien partie, le match était maîtrisé tranquillement. Mais Stuttgart ne fait plus que limiter la casse et la défense n’arrive à rien, Leipzig refait son retard (17-17 à la pause). Au retour des vestiaires, le TVB reprend l’avantage et creuse l’écart (24-21 à la 44’). Puis c’est la révolte côté Leipzig, qui prend l’avantage et au final, le match. Score final : 29-32.

Julien Baudry – Romane Marcon

Rang   Equipe Pts J G. N. P. ButsDiff.
1 SG Flensburg-Handewitt 60 32 30 0 2 905:726179
2 THW Kiel 56 31 28 0 3 915:735180
3 SC Magdeburg 50 32 25 0 7 956:824132
4 Rhein-Neckar Löwen 50 31 24 2 5 875:760115
5 MT Melsungen 38 32 19 0 13 866:84917
6 Bergischer HC 37 31 18 1 12 811:79615
7 Füchse Berlin 36 31 18 0 13 846:81234
8 Frisch Auf Göppingen 34 32 16 2 14 851:8465
9 HC Erlangen 28 32 13 2 17 801:830-29
10 TBV Lemgo 26 31 11 4 16 785:795-10
11 GWD Minden 25 31 12 1 18 860:871-11
12 HSG Wetzlar 25 32 12 1 19 806:835-29
13 SC DHfK Leipzig 24 32 11 2 19 803:816-13
14 TSV Hannover-Burgdorf 24 32 11 2 19 879:902-23
15 TVB 1898 Stuttgart 23 32 10 3 19 862:944-82
16 VfL Gummersbach 13 32 6 1 25 762:912-150
17 SG BBM Bietigheim 11 31 5 1 25 740:912-172
18 Die Eulen Ludwigshafen 8 31 2 4 25 719:877-158
HandNews nouvelle application
Pub Espace Pronos Allemagne

6 CommentairesPoster un commentaire

  1. Vardarian - le 22 avril 2019 à 16h41

    Habituellement je trolle les RNL après leurs défaites.

    Aujourd'hui je n'y arrive pas: je suis en proie à la tristesse

  2. Kieler - le 22 avril 2019 à 17h29

    T'as raison, marre de voir Flensburg gagner mdrrr

  3. rkj4 - le 22 avril 2019 à 18h06

    RNL est bien parti pour ne pas jouer la prochaine LDC : ça doit faire longtemps que ça ne leur était pas arrivé.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).