Eurotournoi

Montpellier en finale, pas Nantes

Hugo Descat (Montpellier HB)

Les deux équipes françaises présentes à l’Eurotournoi, Montpellier et Nantes, ne s’affronteront pas dimanche. Les Nantais, battus par Szeged, n’iront pas en finale du tournoi, à l’inverse de Montpellier, vainqueur de Lisbonne.

Le scénario semblait parfait pour les organisateurs de l’Eurotournoi. Le tournoi amical strasbourgeois pouvait espérer, ce dimanche en finale, voir s’opposer les deux équipes françaises, Nantes et Montpellier, pour offrir au public alsacien un bel affrontement entre deux équipes haut de gamme du handball français. Montpellier et Nantes, tous deux premiers de leur groupe après deux jours de tournoi, devaient cependant confirmer leur position ce samedi : Nantes face à Szeged, et Montpellier contre le Benfica Lisbonne.

Nantes sombre contre Szeged

Aymeric Minne (Nantes)

Après avoir été tous deux malmenés lors de leur entrée en lice par Elverum, Nantes et Szeged se retrouvaient face à face pour décider de la première place du premier groupe. Sauf que rien n’a fonctionné côté nantais. Dans l’entame du match, Nantes ne parvient à marquer que trois penaltys. Face à cette situation, Alberto Entrerrios pose son premier temps mort (3-7, 13’). Les six joueurs de champ tournent, et ça se passe alors un peu mieux pour le H qui parvient progressivement à prendre pied dans le match. Aymeric Minne et Olivier Nyokas sont alors les principaux acteurs de la remontée nantaise, et Nicolas Tournat égalise même (12-12, 26’). Mais dans les derniers instants de la première mi-temps, Szeged, emmené par un Richard Bodo ultra efficace (8/8 sur le match), met cinq buts dans la vue des Nantais qui regagnent les vestiaires avec quatre longueurs de retard (13-17, 30’). « On a fait un vrai effort pour revenir, mais quand on revient on perd 4 ou 5 ballons de suite, ça a été très dur à encaisser, regrette Alberto Entrerrios, le coach du HBCN. On prend un coup dur physiquement, car on est déjà cuit à la mi-temps, ainsi que mentalement avec ce retour non récompensé. »

Alberto Entrerrios (HBC Nantes)

En difficulté avant de rentrer aux vestiaires, les Nantais abordent encore plus mal la deuxième période. Très vite, Entrerrios doit poser un nouveau temps-mort après que Szeged ait doublé son avance (14-22, 35’). Mais rien n’y fait. En panne de confiance en attaque avec moult ballons perdus et duels manqués face à Roland Mikler (16 arrêts), le H laisse trop d’espaces en défense et ses gardiens, tant Emil Nielsen que le jeune Andreas Hofmann, ne stoppent plus de tirs adverses (6 arrêts à eux deux sur le match). L’écart n’en finit pas de gonfler, et Nantes, jusqu’ici invaincu en phase de préparation, prend une grosse claque (18-34, 51’ ; 25-40 score final). « Je pense que c’est la première fois que je prends quinze buts avec Nantes, lâche David Balaguer. On n’est pas à la hauteur sur le match complet, en défense et en attaque. Mais je pense qu’il ne faut pas s’alarmer, on a fait une bonne préparation jusqu’ici. » Nantes devra relever la tête ce dimanche contre les Russes de Tchekhov, qu’ils affronteront pour la première fois de leur histoire. « Après une défaite comme celle-là, le minimum qu’on peut attendre est un match sérieux avec beaucoup d’engagement, » conclut Entrerrios.

Montpellier assure contre le Benfica

Benjamin Afgour (Montpellier HB)

De son côté, en clôture de la journée, Montpellier faisait face au Benfica Lisbonne. Les Lisboètes résistent un peu moins d’un quart d’heure au tableau d’affichage (7-7, 12’), avant de prendre un éclat (12-7, 18’). Montpellier domine son adversaire, avec notamment un Hugo Descat très entreprenant (7/7, dont 3/3 pen., le tout en première période). Marin Sego enchaîne quant à lui les arrêts, et les Héraultais arrivent à la mi-temps avec leurs cinq buts d’avance (15-10, 30’). Limités face à un adversaire qui leur est supérieur, les hommes de Carlos Resende ne parviennent pas à redresser la barre au retour des vestiaires (20-11, 36’). Le rythme baisse logiquement dans le dernier quart d’heure, mais les Montpelliérains font suffisamment le travail pour s’imposer confortablement (32-25). « Il ne fallait pas qu’on tombe dans le piège de se baser sur leur match d’hier où ils ont perdu contre Tchekhov, souligne Benjamin Afgour, auteur d’une bonne prestation (3 buts). On a plutôt bien maîtrisé le match. Il y a toujours des petites choses à améliorer, mais on va dans le bon sens. Il y a beaucoup de positif, tout le monde, y compris les jeunes, a pu apporter sa pierre à l’édifice. » Les Montpelliérains seront face à Szeged ce dimanche pour la grande finale du tournoi. « Ils ont fait un match très sérieux contre Nantes, on sait que c’est une équipe qui a beaucoup de valeur, abonde Afgour. On s’attend à un gros duel demain. »

Le programme de la dernière journée de compétition, ce dimanche :

13h : Benfica Lisbonne – Elverum
15h : Medvedi Tchekhov – Nantes
17h : Montpellier – Szeged

Mickaël Georgeault

15 CommentairesPoster un commentaire

  1. alex - le 24 août 2019 à 23h04

    Pour Nantes, la défaite est lourde mais ça reste qu’un match de prépa et puis Szeged n’est pas l’équipe la plus dégueue en Europe.
    Côté Montpellier, je trouve Descat très en forme depuis le début de la prépa, ça promet du lourd !

  2. VilHb94 - le 25 août 2019 à 01h29

    Descat en equipe de France, il est monstrueux.
    La champions league lui a donné des ailes, Guigou est dej oublié😃

  3. Barto04 - le 25 août 2019 à 07h44

    Guigou ne sera jamais oublié

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).