Recherche

Pas de résultat

Veuillez taper au moins 3 caractères...

CdF (M) - 1/4

Chartres arrête Chambéry en quarts

, par Zorman

Julien Meyer (Chartres)

À domicile, Chartres élimine Chambéry au terme d'un duel à deux visages, qui aura livré un impressionnant duel de gardiens (26-25). Toni Gerona et ses hommes décrochent la seconde demi-finale de l'histoire du club.

Quasiment 1 mois après les huitièmes de finale, où Chartres avait largement éliminé Limoges, et où Chambéry avait du s'employer pour venir à bout de Nancy, les deux belligérants se retrouvent pour une place en demi-finale de coupe de France.

Un premier acte accroché et offensif

À la Halle Jean Cochet, les deux formations vont se livrer un premier acte sans concession. Et si Chambéry est plus habitué du haut de tableau que son adversaire du jour, ce sont bien les Euréliens qui ont l'avantage face aux Savoyards ces 2 dernières années (3 victoires en 5 matchs). Ainsi, si les hommes de Toni Gerona prennent le premier avantage (7-4, 9'), sous l'impulsion d'un excellent Hugo Jund avant que les débats ne s'équilibrent. Et au terme d'un premier acte offensif, les deux formations se séparent sur un score de parité (16-16, 30').

Nikola Portner (Chambéry)

Un tout autre match dans le second acte

Mais la deuxième moitié de la rencontre aura un tout autre visage. Il faut attendre plus de 6 minutes pour voir un nouveau but inscrit, par un pénalty de Morten Vium (17-16, 36'). Et pour cause, Nikola Portner est fermement décidé à ne rien laisser passer et est tout simplement infranchissable (18 arrêts à 42%). De l'autre côté du terrain, en début de seconde période, les tireurs Chambériens sont mis à mal et ne trouvent pas non plus la mire, allumant les poteaux et murs de la salle chartraine. Toutefois, après un but de Portner, c'est Benjamin Richert (5/6) qui plante le +2 et provoque le temps mort des Euréliens (17-19, 42').

Ce temps mort va tout changer. L'attaque du C'CMHB se relance : Gaël Tribillion (5/6) et Sergiy Onufriyenko (6/10) font trembler les filets chambériens et, à l'entrée du money time, c'est Djordje Djekic qui met les siens devant (22-21, 50'). La dynamique est alors chartraine, mais cela suffit-il à assurer la victoire ? Sûrement pas, et les Euréliens vont trouver leur facteur X.

Sergiy Onufriyenko (Chartres Metropole Handball)

Chartres montre son Meyer visage

Très bon dans le premier acte, Julien Meyer (16/36, 44%) s'était fait oublier durant le début de seconde mi-temps, et va ressortir de sa boîte au meilleur moment. Durant les 10 dernières minutes, le portier alsacien s'illustre par pas moins de 7 parades, et pas des moins spectaculaires. Écœurant tour à tour tous les tireurs savoyards, de loin comme de près, sur attaque placée comme en contre-attaque, il porte les siens dans les dernières minutes, et permet à Onufriyenko de clore les débats (26-23, 59'). Une dernière minute marquée par une défense tout terrain laissera un maigre espoir aux hommes d'Érik Mathé mais la partie est jouée, et Chambéry vient échouer à une longueur de son adversaire du soir (26-25).

Avec cette victoire, Chartres s'offre la seconde demi-finale de son histoire, deux ans après la première. Une nouvelle réussite qui confirme la nouvelle dimension prise par le club sous l'ère de Toni Gerona, qui en est à sa troisième saison sur le banc. Le C'CMHB rejoint ainsi Toulouse en demi-finales, en attendant les deux derniers chocs de ces quarts : Nantes-Aix & Paris-Montpellier.

Antoine Piollat

Prochain match TV

Montpellier HB

20:00

Sam. 13 Avr.

Dunkerque

Voir le programme TV
0 0 votes
Évaluation de l'article
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
cochonne
cochonne
1 année il y a

Bonjour
Il faut reconnaitre que ceux, moi en premier lieu, qui lors de la montée avaient décrié le recrutement tardif ou du moins après celui des joueurs de Tony Gérona et avaient prédit un aller-retour LSL-Proligue express de chartres en sont pour leurs frais, un petit Méa-culpa s'imposait .

drauglin09
drauglin09
1 année il y a
Répondre à  cochonne

Comme Limoges, ils sont montés en plein Covid sans descente et passage à 16 clubs, donc, l'année de la montée, ils étaient confortables avec 1 an pour se structurer et éviter l'aller/retour comme hélas beaucoup de club de proligue. Après, ils ont quand même quelques noms, Koudinov, Ofryenko, Mortem Vium qui était le meilleur joueur d'Ivry à l'époque (bon, là, il est souvent blessé), Illic, Grahovac, ça fait une solide base de joueurs expérimentés.

Ewen WP
Ewen WP
1 année il y a
Répondre à  cochonne

Moi c'est Limoges sur lequel je me suis planté. Enrichi de Nieto, Daoud et Dolenec… je leur prédisais l'Europe.

3
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x